Mille librairies

Selon la formule consacrée, nos livres sont disponibles dans toutes les bonnes librairies. Et grâce à la loi sur le prix unique du livre, il y a en France un tissu aussi riche que varié de librairies indépendantes de grande qualité. Ce sont ces librairies que nous avions envie de vous faire découvrir ici – dans une sorte de promenade où l’on rencontrera des personnalités bien trempées et des espaces singuliers où trouver son bonheur… de lire.

Coups de cœur des libraires

La Pensée écologique« L’excellente maison d’édition Zulma s’est lancé le nouveau défi d’entamer, en cette année 2019, une collection d’essais. On pourra trouver, dans leur catalogue, des livres de philosophie, d’économie, d’histoire et de société toujours avec ce souci de nous faire découvrir des incontournables malheureusement oubliés. C’est le cas pour le tout premier livre de la collection, La Pensée écologique de Timothy Morton. Bien que paru en 2010 en anglais, cette première traduction en français, signée magistralement par la romancière et philosophe Cécile Wajsbrot, est toujours d’actualité. Morton, philosophe avec une abondante œuvre publiée en anglais, montre sa capacité à associer des classiques à la culture pop contemporaine en y ajoutant un prisme très personnel et intéressant. Dans La Pensée écologique, vous lirez une relecture de L’Origine des espèces de Darwin avec maintes références à Disney, Blade Runner (le film préféré de l’auteur) ou Star Wars. Kant, Levinas, Marx, Adorno et Descartes dialoguent avec Coleridge, Wordsworth, Milton, Rimbaud ou Shelley, entre autres, puisque le postulat principal de Morton est que l’art et seulement l’art peut nous aider à penser une écologie globale qui permette de faire face aux problèmes environnementaux auxquels nous sommes exposés. Pour ceci, les deux éléments clefs de cette pensée écologique sont le maillage (“le fait de constater que tous les êtres sont interconnectés”), et l’étrange étranger (“les frontières entre les êtres et l’identité des êtres sont affectées par cette interconnexion”). Provocateur, original, brillant et surtout très solide avec ses théories, l’essai de Timothy Morton nous pousse à sortir des sentiers battus, à redéfinir nos certitudes en envisageant une pensée plus large, plus sombre, plus artistique et enfin plus écologique, qui a à voir avec “l’art, la philosophie, la littérature, la musique et la culture [...], et qui inclut toutes les voies imaginables du vivre ensemble”. » Librairie Gallimard – Montréal
El Edén

« [Un grand roman mexicain]

La narration de ce roman-là c’est de transvaser la tragédie collective dans l’intimité, un peu comme essayer de faire rentrer l’encyclopédie sur une carte postale, ça déborde de partout, ça fait sauter les sang, ça pousse à vouloir s’extraire, deux hommes parlent dans un bar, la nuit, Dario et son ancien prof de littérature, ils viennent d’El Edén, petite ville mexicaine, deux hommes dans un bar quand ça se met à vider des seaux de bière et des rhum-glaçons ça se raconte pas mal de choses, sans les filtres du jour, ça fait des souvenirs qui remontent à la surface et qui viennent claquer sur le comptoir, El Edén c’est l’histoire d’un siège brutal, violent, sanglant, c’est des factions armées qui snipent, qui coupent des têtes, dénuées de toute morale, c’est comme un règlement de comptes où tout le monde passe à la caisse, les innocents comme les assassins, Dario il est parti chercher son frère malgré le couvre-feu, avec sa nana la belle Norma, et ce qu’il se passe dans les rues, ce qu’il voit ça ne se raconte pas sans avoir cette impression de crever dans soi, Dario et son ancien prof c’est des hommes dévastés, meurtris par l’événement, c’est des gueules qui absorbent l’alcool comme un médicament, El Edén se lit à la manière d’une confession erratique, faite de chair, de sang et de trouille, El Edén c’est un roman qui te mange de l’intérieur, qui te fait battre le cœur comme le tic-tac d’une bombe, ça t’emballe et ça te secoue, El Edén te laisse comme ça, sur le carreau, pantelant, hagard, avec des résidus de folie qui te coursent le sang, parce que l’écriture est puissante, parce que l’écriture est celle d’une tragédie humaine, une force de frappe qui n’attend rien d’une respiration, elle est LA respiration, ton souffle, rares sont ces romans qui peuvent de cette façon appréhender un monde et une société gangrenée par la violence tout en donnant voix aux belles personnes, parce que même si rien n’est épargné, il reste que l’amour existe, que l’amitié et la fraternité sont invincibles, El Edén c’est beau et douloureux, pénétrant et fougueux, il est tout simplement un grand grand roman mexicain, merci.
Bang bang ! » Fabien Bernier, librairie Decitre - Grenoble