PRO
PRO

Librairie Le Carnet à Spirales

Librairie Le Carnet à Spirales
3 bis, place de la Bouverie
42120 Charlieu
04 77 60 08 55
Voir le plansite de la librairie

Coups de cœur des libraires

L’anarchiste qui s’appelait comme moi

« Un jour de désœuvrement, Pablo Martín Sánchez découvre qu’un anarchiste révolutionnaire de la première partie du XXe siècle portait son nom. Le romancier devient historien, l’historien devient raconteur d’histoires, le roman devient d’aventures et le lecteur, pris au piège, se régale. C’est finalement assez simple l’écriture ! Une magnifique co-édition par Zulma et La Contre Allée. » Jean-Baptiste Hamelin, Le Carnet à Spirales — Charlieu

Épépé

Épépé est « le livre fascinant » de Jean-Baptiste de la librairie Le Carnet à spirales de Charlieu.

« Épépé est fascinant par sa construction qui emmène le lecteur dans un piège, en même que son personnage principal Budaï. »

Le Garçon

« Un OLNI - Objet littéraire non identifié - Un bonheur pour les sens, l’essence de la littérature : libre, inventive, musicale, insaisissable. Ce Garçon est un bijou d’une exigence rare et rassurante… Le terme est choisi : on ne lit pas le Garçon, on plonge dans une aventure littéraire. À lire et à offrir, car la littérature est une fête, et ce Garçon est son invité d’honneur. » Librairie Le Carnet à Spirales — Charlieu 

La Mémoire de riz« La nouvelle est un art délicat, celui du savant dosage de l’imagination, du mot juste et de la chute où nombreux ont chuté... Blas de Roblès en est un sorcier. » Jean-Baptiste Hamelin, librairie Le Carnet à Spirales — Charlieu 
Monsieur Sapiro« Miki, cinquantenaire, dresse le bilan ordinaire de sa vie... ordinaire : publicitaire blasé, il rêvait d’être artiste, il n’est plus amoureux de sa femme depuis fort longtemps et il n’a surtout jamais eu le courage de bousculer l’ordre des choses. Alors quand dans un luxueux hôtel, la serveuse annonce que l’on demande M. Sapiro au téléphone. Après maintes (et truculentes) hésitations Miki devient M. Sapiro, éminent faussaire. Benny Barbash, par un habile jeu de miroirs et de digressions hilarantes, dissèque avec brio la double personnalité de vrai - faux M. Sapiro. Après avoir soutenu et conseillé Little Big Bang et My First Sonny, le Carnet à spirales a aimé le nouveau Benny Barbash ! » Christèle Hamelin, librairie Le Carnet à Spirales — Charlieu 
L’Armée illuminée« Matus, enseignant bientôt retraité, est démis de ses fonctions pour avoir donné à ses élèves une version toute personnelle sur l’histoire des rapports entre le Mexique et les États-Unis. Loin d’être décontenancé par cette décision, Matus s’octroie le statut de général et part à l’assaut de Fort Alamo avec son armée personnelle, une poignée de gamins simplets. Dans la veine de ses deux précédents romans, David Toscana nous sert une fable déjantée et géniale, entre réel et imaginaire. » Jean-Baptiste Hamelin, librairie Le Carnet à Spirales — Charlieu 
Little Big Bang« Coup de cœur : un israélien décide de maigrir et pour cela entame divers régimes dont un le conduira vers une issue pour le moins désagréable pour lui mais désopilante pour nous. Avec un sens de l’humour très acéré et un talent de conteur indéniable, Benny Barbash, à partir d’une simple fable, nous dresse un portrait sans concession de la situation israélo-palestinienne. Un regard pertinent et légitime : une lecture obligatoire pour dédramatiser certaines situations et décontracter certains protagonistes. Finalement une fable universelle... » Christèle Hamelin, librairie Le Carnet à Spirales — Charlieu 
Un jour avant PâquesLu et conseillé par Jean-Baptiste Hamelin de la librairie Le Carnet à Spirales de Charlieu 
El último lectorLu et conseillé par Jean-Baptiste Hamelin de la librairie Le Carnet à Spirales de Charlieu 
C’est moi qui éteins les lumièresLu et conseillé par Jean-Baptiste Hamelin de la librairie Le Carnet à Spirales de Charlieu 
Murambi, le livre des ossementsLu et conseillé par Jean-Baptiste Hamelin de la librairie Le Carnet à Spirales de Charlieu 
La Vie et les Agissements d’Ilie Cazane« Sous le joug de Ceaucescu, cette allégorie poétique et farfelue qui ironise ce régime totalitaire jouant de la peur de la répression, de la délation (la vraie, celle qui conduit à la torture puis à la mort) afin de maintenir le peuple sous contrôle. Et pourtant ! » Jean-Baptiste, librairie Le Carnet à Spirales — Charlieu 
La Divine Chanson« La puissance d’un conte africain, la profondeur d’un blues et la fantaisie d’un jazz envoûtant... Rien que cela. Cette divine chanson est une divine surprise, un moment rare de lecture. Sous les griffes du narrateur, un chat vivant sa septième et ultime vie, Gil Scott-Heron renaît. Tantôt exceptionnelle mais aussi régulièrement affligeante sa courte vie sera ainsi décrite entre spiritualité et réalité artistique. Un être sans compromis sur son art, sur le rôle potentiel (essentiel) de la musique dans l’évolution des droits des Noirs, sur son intégrité totale et parfois excessive dans la création, dans son oeuvre. Passionnante également la DIVINE CHANSON l’est par ses personnages : le père Reginald Kamau, absent, footballeur, fêtard puis retiré de la vie ; la magnifique et incroyable grand-mère Lily Williams, personnage haut en couleur vouant à son petit-fils une admiration totale, conteuse ; la mère ; Sappho... Mais aussi ceux que l’on croise : écrivains, chanteurs, musiciens... » Librairie Le Carnet à Spirales — Charlieu 
Le Maître du Jugement dernier« Un monument (...) J’ai aimé l’écriture : ciselée, fluide, d’une beauté totale. On tourne les pages avec l’impression de toucher de la main, d’être à côté des protagonistes. J’ai adoré les personnages, on n’arrive pas à les saisir. » Jean-Baptiste Hamelin, librairie Le Carnet à Spirales — Charlieu 
La vie en cinquante minutes« Aucun doute, Benny Barbash sait à merveille se mettre dans la peau de tout un chacun. Il est aussi bien un enfant qui enregistre tout sur son petit magnéto et retranscrit ainsi tous les problèmes familiaux et par là-même les maux d’Israël (My first Sony) ; ou un homme dont l’oreille devient le berceau d’une jeune pousse d’olivier (Little Big Bang) ; ou bien Monsieur Sapiro, publicitaire  qui rêve de changer le cours de sa vie ; ou enfin, dans cet excellent dernier roman, une femme cinquantenaire qui, découvrant un long cheveu blond entortillé dans la bretelle de maillot de corps de son mari, se lance jalousement et frénétiquement dans une chasse à la blonde. Mais est-ce vraiment une femme qu’elle cherche ? N’est-elle pas plutôt à la recherche d’une autre existence, cette vie qu’elle n’a pas pu, pas su, mener et dont elle fait entièrement porter l’échec à son époux ? Il nous rend Zahava (c’est le prénom de cette femme) tellement proche, tellement tangible,  ses interrogations, ses angoisses, sa fragilité sonnent tellement juste, que nous doutons avec elle, nous devenons, nous respirons Zahava. Oui pas de doute, Benny Barbash sait toujours aussi bien dérouler les vies ordinaires, familiales, conjugales, souvent alourdies par le poids de la religion, avec humour, sensibilité et lucidité. » Librairie Le Carnet à Spirales — Charlieu 
Rosa candida« Voilà le petit bonheur de la rentrée, la découverte qui fait du bien, qui rafraichit, qui laissera longtemps après, l’air de rien, une petite rose à 8 pétales dans un coin de la tête. Voilà, je vous laisse découvrir la roseraie d’Arnjóltur et retourne tailler mes rosiers. » Jean-Baptiste Hamelin, librairie Le Carnet à Spirales — Charlieu 
Monsieur Han« Monsieur Han était médecin à Pyongyang, en Corée du Nord. Il fut atteint de plein fouet par la bêtise humaine, par la guerre de Corée, tiraillé entre deux pays qui dans son cœur n’en forment qu’un, heurté par des frontières cruelles, violentes, ubuesques. Un indispensable classique coréen que Zulma réédite.
Hwang Sok-yong est l’un des auteurs incontournables de la Corée et certaines pages de ce Monsieur Han, comme celle de la séparation tragique de la famille Han, sont considérées comme les plus belles et abouties de la littérature coréenne.
L’œuvre traduite de Hwang Sok-yong est disponible chez Zulma et est à découvrir sans délai. » Jean-Baptiste Hamelin, librairie Le Carnet à Spirales — Charlieu 
Un train pour Tula« Tout l’art de Toscana est de réussir à créer un univers, des personnages hors du commun affublés de tares qu’il sait rendre palpables. "Un train pour Tula" est à quai : embarquez ! » Jean-Baptiste Hamelin, librairie Le Carnet à Spirales — Charlieu 
Sollicciano« Cinématographique et troublant, le troisième roman d’Ingrid Thobois, Sollicciano, est un magnifique portrait de femme : Norma-Jean bouscule la vie et ses codes. Ce texte démontre toute l’originalité et la maîtrise d’une auteure qui se plaît en permanence à surprendre le lecteur. Une vraie réussite, une grande émotion de lecture. » Jean-Baptiste Hamelin, librairie Le Carnet à Spirales — Charlieu