Marcus Malte Le Garçon

Roman
Prix Femina 2016

Ajouter à ma liste d'envie
Ajouter à ma liste d'envie

14 × 21 cm
544 pages
978-2-84304-760-2
23,50
Paru le 18/08/2016
Autres formats
Numérique

Il n’a pas de nom. Il ne parle pas. Le garçon est un être quasi sauvage, né dans une contrée aride du sud de la France. Du monde, il ne connaît que sa mère et les alentours de leur cabane. Nous sommes en 1908 quand il se met en chemin – d’instinct.
Alors commence la rencontre avec les hommes : les habitants d’un hameau perdu, Brabek l’ogre des Carpates, philosophe et lutteur de foire, l’amour combien charnel avec Emma, mélomane lumineuse, à la fois sœur, amante, mère. « C’est un temps où le garçon commence à entrevoir de quoi pourrait bien être, hélas, constituée l’existence : nombre de ravages et quelques ravissements. » Puis la guerre, l’effroyable carnage, paroxysme de la folie des hommes et de ce que l’on nomme la civilisation.
Itinéraire d’une âme neuve qui s’éveille à la conscience au gré du hasard et de quelques nécessités, ponctué des petits et grands soubresauts de l’Histoire, le Garçon est à sa façon singulière, radicale, drôle, grave, l’immense roman de l’épreuve du monde.

« Ce roman est  une météorite tombée dans les plates-bandes du monde littéraire. » Mona Ozouf, Présidente du jury du Prix Femina

Marcus Malte

Marcus Malte, né en 1967 à La Seyne-sur-Mer, ne cesse de surprendre par la force et la maîtrise, la violence et la tendresse de ses romans. Comme Garden of love ou Le Garçon (Prix Femina), Aires est un sacré coup de maître.



14 × 21 cm
544 pages
978-2-84304-760-2
23,50
Paru le 18/08/2016
Autres formats
Numérique

Bonus

« Ode à une âme pure, ce roman-monde, à la fois tenu et lyrique, est un pur joyau littéraire. »

Claire Julliard, L’Obs

Les lectures de Claire Julliard

« Ce roman est  une météorite tombée dans les plates-bandes du monde littéraire. »

Mona Ozouf, Présidente du jury du Prix Femina

Tous nos romans primés

« Marcus Malte possède le don rare de créer une intelligente connivence avec son lecteur. Amusant, suscitant l’angoisse, horrifiant les consciences, il se révèle un grand colporteur d’histoires »

Élise Lépine, Transfuge

Les lectures d’Élise Lépine