PRO
PRO

Librairie La Buissonnière

Librairie La Buissonnière
10, place Victor Hugo
76190 Yvetot
02 35 56 19 10
Voir le plansite de la librairie

Coups de cœur des libraires

L’Hôtel du Cygne

« Ce roman social, à la narration concise et efficace constate l’air de rien les conséquences de la politique de l’enfant unique dans la Chine contemporaine, les effets pervers de la corruption et de l’enrichissement personnel généralisé et l’appât de l'argent démesuré. C’est tout le paradoxe vivant de la Chine, un pays qui se voudrait intègre, érigé en modèle social exemplaire en apparence mais qui recouvre de nombreuses facettes et des disparités flagrantes, économiques et sociales. Chacun tente de vivre comme il le peut, naviguant au jour le jour entre astuces et combines.
Avec nuances, fantaisie et justesse, l’auteure dévoile des personnages fragilisés, profondément humains : un enfant unique ultra-choyé, malicieux et capricieux, finalement très solitaire, une nourrice secrètement blessée, intensément aimante malgré les déceptions, déterminée à affronter les aléas. » Betty D., librairie La Buissonnière - Yvetot

Les Aventures d’Ibidem Serpicon

« Une fantaisie. Un texte au style débridé, loufoque et fantaisiste, une déambulation fantasque qui révèle en filigrane tendresse et touchante mélancolie. » Manuel, librairie La Buissonnière - Yvetot

Ce que Frida m’a donné

« C’est un formidable et étonnant ouvrage qui nous est ici offert, un récit écrit, peint, dessiné, admirablement composé. Artiste peintre sud-américaine, Rosa Maria fait le récit de son arrivée à Paris dans l’attente d'inaugurer sa prochaine exposition composée d'une cinquantaine de toiles inspirées par la vie, l’œuvre et la maison de Frida Kahlo. Drôle, cocasse, candide, touchante, Rosa Maria nous entraîne dans un passionnant jeu de bascules et de miroirs de son petit espace parisien à la labyrinthique maison mexicaine de Frida Kahlo, d’un univers graphique en contre-plongée à des plongées bio-graphiques aux touches subtiles, d’intérieurs en extérieurs, de présences en absences, d’interrogation sur soi à l’énigme que représente l’œuvre et la vie de l’autre. Ce que Frida lui a donné, Rosa Maria Unda Souki nous l’offre aujourd’hui dans ce livre. Nous aurions tort de ne pas nous en saisir à notre tour. » Manuel, librairie La Buissonnière - Yvetot

Au nord du monde

« À la frontière du roman d’anticipation et de la littérature des grands espaces, entre western post-apocalyptique et fable politique au temps de nouveaux totalitarismes, Au nord du monde est un roman fascinant et passionnant, haletant et tenant, riche d'émotions, d’interrogations et de projections qui catalyse les inquiétudes du monde à travers la survie de son héroïne dans une Sibérie dévastée et un monde dépeuplé. Une découverte ! » Manuel, librairie La Buissonnière - Yvetot

Le Clou« Portrait minutieux et mélancolique de la jeunesse chinoise des années 80 et 90 en proie au désarroi et à l’ennui existentiel. Entre tourments et désespérance, habités d’une lucidité implacable certains tentent d’éclaircir et de pénétrer les tragédies maoïstes passées qui leur ont échappé. Chape de plomb infernale perpétrée au fil des ans dans un pays où la destruction est symbole de création et de créativité. Tout semble permis tandis que rien ne l’est. Décors factices et grandioses qui encerclent le cocon de l’enfance qui finira par éclater. Quête longue et sensible d’une vérité parfois inatteignable. Une soif d’amour et d’émancipation rarement assouvie, étanchée. Roman ample, magnifique et douloureux, bouleversant, éloigné des clichés habituels et immédiats. Deux narrations s’entremêlent et alternent le temps d’une nuit d’évocation, tentent de faire la lumière sur les cinquante dernières années écoulées. Loin des clichés (rouges) flamboyants du vaste empire, c’est une petite province terne, pathétique et ennuyeuse qui est évoquée. La corruption, le népotisme et la différence de classes sociales demeurent toujours présents. » Betty Duval-Hubert, librairie La Buissonnière — Yvetot
Miss Islande

« La formidable romancière islandaise, autrice de l’inoubliable Rosa candida étonne et surprend encore et toujours par sa fraîcheur, son humour, sa perspicacité, sa drôlerie, ses personnages comme Hekla, cette jeune femme au prénom de volcan, jeune romancière que les hommes invitent à concourir pour le titre de Miss Islande plutôt qu’à reconnaître son talent d’écrivaine dans cette île si éloignée de tout, encore bien isolée du monde dans ces années soixante. Le talent d’Audur Ava Olafsdottir est incomparable, son roman dégage un charme fou, possède un souffle de liberté et de création rafraîchissant, surprenant et inattendu. C’est l’irruption de la poésie dans le quotidien et du quotidien dans la poésie. Quel bonheur, quel plaisir, quelle réjouissance ! » Manuel, librairie La Buissonnière — Yvetot

La Géante« Une beauté grandiose. Entre vos mains un petit bijou littéraire, simple et discret mais ô combien précieux, étrange et intriguant. On pénètre lentement dans ce roman, dès les premiers mots et les premières phrases vous savez que vous ne voulez pas en hâter la lecture, surtout pas. Il y a de l’immobilité et de l’attention, du silence et de l’éloquence, de la force et de la fragilité sous la masse observatrice de la géante. La Géante qui sait et qui ne dit rien, elle accompagne et recueille sur ses chemins de pierres les solitudes, les silences et les émotions humaines. Magnifique ! » Betty, librairie La Buissonnière — Yvetot
Ce qu’ici-bas nous sommes

« Offrande lyrique. Ce roman a l’allure d’un joyeux bazar loufoque et euphorique savamment organisé et pensé. C’est un mélange d’éruditions, d’informations fausses et vraies, détournées, malaxées, ruminées, digérées, offertes au lecteur comme autant d’offrandes lyriques et drôlatiques. C’est savoureux, déroutant, surprenant, inclassable. Le récit est hybride, riche en textes et en images, une proposition de voyage anthropologique au ton moqueur et narquois, jamais irrévérencieux. Entre réalités fictives et fantasmagories, vous pénétrez au cœur des ténèbres, au cœur de ce qui fait sens, l’essence même de l’homme. Laissez-vous porter et partez pour un grand voyage littéraire. » Betty, librairie La Buissonnière — Yvetot

SolliccianoLe coup de cœur de Manuel de la librairie La Buissonnière de Yvetot
Opium PoppyLe coup de cœur de Manuel de la librairie La Buissonnière de Yvetot
Les Immortelles« Une ode magnifique, bouleversante et tragique aux « Immortelles », celles de la Grand-Rue, les prostituées de Port-au-Prince qui vivent, survivent des charmes de leur corps et de leur chair. Janvier 2010, la terre a tremblé, s’est fissurée, Haïti a sombré dans le chaos, la misère et le désespoir. Une Immortelle se souvient. Elle demande à l’écrivain de retranscrire sa douleur, celle de ses compagnes. Elle veut un écrit éternel à la mémoire des disparues, à la mémoire de sa protégée. La révolte est poignante, presque palpable. Ne restent que des ossements sous les décombres, mais le Verbe est, le Verbe admet encore une fine lueur d’espoir. Un premier roman puissant, habité par le souffle du verbe. Fulgurant. Les Immortelles est sans aucun doute l’un des premiers romans les plus marquants de la rentrée. Un souffle nouveau, une nouvelle voix dont la présence annonce la naissance et l’avenir d’un grand auteur. » Betty, librairie La Buissonnière — Yvetot
Le Garçon« Laissez-vous porter par le charme incroyable de ce texte, sa beauté lente et pénétrante, le verbe tenu et poétique qui trace le passage d’un homme d’abord petit devenu grand en ce début de XXe siècle. Images fulgurantes de beauté, d’amour, de sensualité, de connaissance et d’apprentissage, de bonté avant que la folie guerrière et meurtrière des hommes ne s’enclenche. Le garçon apprend au cœur des tranchées, retrouve son instinct de survie, s’ébranle dans la fureur des éclats, des cris et du sang tel un animal indomptable. Farouche et courageux, il a peut-être déjà saisi l’éphémère de la vie, son essence même. » Betty, librairie La Buissonnière — Yvetot
Le Messie du Darfour« Avec une agilité romanesque doublée d’un formidable talent de conteur, Abdelaziz Baraka Sakin nous conduit au Darfour à travers l’histoire et le destin d’Abderahman, magnifique, intrigante, courageuse et redoutable jeune femme malmenée par les violences guerrières de son pays. Porté par un art consumé des personnages et de leur humanité, teinté d’humour, le roman décale la violence, frôlant le registre de la fable, nous faisant d’autant plus sentir l’horreur et mieux saisir ce qui se trame dans cette partie du monde oubliée de tous. Une belle découverte ! » Manuel, librairie La Buissonnière — Yvetot
Le rouge vif de la rhubarbe« Paralysée des jambes depuis son étrange naissance, Ágústína rêve de gravir la montagne qui surplombe son village islandais pour voir le monde d’en haut. En attendant, elle vit et partage ses heures avec Nína, contemple les paysages, s’éveille aux sentiments amoureux, participe à la vie du village. Une fois de plus, Auður Ava Ólafsdóttir enchante la littérature et les lecteurs de sa touchante singularité, de ses personnages qui tirent leur force de leurs blessures et de leurs attentions aux autres… Délicat, drôle, décalé, poétique, attachant, surprenant, ce roman est d’une rafraichissante douceur ! » Manuel, librairie La Buissonnière — Yvetot
Les Nuits de laitue« Un premier roman frais et cocasse porté par un humour décalé. Une belle galerie de personnages doux dingues et attachants, à l’émouvante solidarité. Il plane dans les Nuits de laitue la fraîcheur que porte Rosa candida d’Auður Ava Ólafsdóttir, un souffle de douce folie sud-américaine en plus ! » Librairie La Buissonnière — Yvetot
Premières neiges sur Pondichéry« On s’émerveillera toujours de la fabuleuse et envoûtante prose romanesque de Hubert Haddad, un ravissement qui conduit le lecteur de Jérusalem à Pondichéry en compagnie d’Hochéa Meintzel, vieux violoniste virtuose. Dans un éclatement d’odeurs, de couleurs, de sonorités et de paysages, ce voyage sans retour en Inde est aussi un voyage intérieur sur les blessures anciennes, un voyage fait d’émotions et de rencontres, un voyage qui permet de renouer le fil de la vie à un fabuleux passé ancestral. Merveilleux ! » Manuel Hirbec, librairie La Buissonnière — Yvetot
By the rivers of Babylon« 1982, Augustown, Jamaïque. M. Saint-Joseph a beau être professeur il ignore qu’en coupant les dreadlocks du petit Kaia, pour le punir d’une improbable faute, il va déclencher bien plus que l’indignation d’une famille. C’est du sel qu’il vient de jeter sur une plaie ouverte, du bois sec qu’il vient de déposer sur des braises encore chaudes. La colère gronde au sein de la communauté, une colère ravivée, aussi ancienne que ne l’est l’oppression économique et sociale subie par les rastafaris. Pour comprendre la violence sourde que provoque cet acte sacrilège Kei Miller, par l’entremise de la sage et magnifique grand-mère de Kaia, va raconter l’histoire de ce peuple en zoomant sur une série de personnages, dont Alexander Bedward, prophète sublime et fondateur du Bedwardisme. Il signe un roman brûlant et enchanteur, oscillant entre poésie, fiction et histoire, dont on ressort avide d’en connaître davantage sur la culture rasta et qui porte en son sein l’empreinte universelle des révoltes justes. » Géraldine Guiho, librairie La Buissonnière — Yvetot
Dans l’épaisseur de la chair« Odyssée lumineuse dans les replis et les remous de la Méditerranée, ayant sottement chuté de son bateau, le narrateur pris par les eaux hivernales déploie magistralement l’histoire de sa famille, celle de son père depuis l’Andalousie, l’Algérie et la France. Situations romanesques cocasses, familiales, tragiques et guerrières, avérées ou fictives, peu importe, le talent de Jean-Marie Blas de Roblès n’est plus à démontrer. Sans jamais se départir de teintes d’humour nuancées et savoureuses. Roman-hommage à son père en finesse et délicatesse, une odyssée lumineuse ! » Betty, librairie La Buissonnière — Yvetot
Ör« Quel bonheur, quel enchantement! Humour et mélancolie sont finement associés dans une belle et lente réflexion autour de l’âme humaine, le fait d’exister dans son essence et son non-sens. Les cicatrices, les blessures à peine refermées, entrouvertes, sont aussi une ressource et nourrissent l’envie de continuer. L’auteure séduit de ses textes et de sensibilité romanesque et humaine. » Betty, librairie La Buissonnière — Yvetot
Evangelia« Ce roman facétieux, plein d’humour et de fantaisies revisite les grands récits bibliques en les transformant en situations romanesques inattendues, drôles et cocasses. Et l’on s’attache à ces personnages de l’Ancien et du Nouveau Testament devenant irrésistiblement romanesques sous le talent et l’humour de David Toscana. Et l’on croit en la vie d’Emmanuelle, fille de Marie et de Dieu le Père, sœur aînée du petit Jésus ! Ce sera donc Elle la Messie, la Christe, même si son petit frère ne l’entend pas de cette oreille ! David Toscana a dû follement s’amuser en revisitant dans les détails ce récit biblique pour nous donner tant à rire et à penser ! » Manuel, librairie La Buissonnière — Yvetot