Un train pour Tula
David Toscana Un train pour Tula

Roman traduit de l’espagnol (Mexique) par François-Michel Durazzo

Ajouter à ma liste d'envie
Ajouter à ma liste d'envie

12,5 × 19 cm
288 pages
978-2-84304-522-6
19,80
Paru le 02/09/2010
Autres formats
Numérique

Enfant maudit, Juan Capistrán se voue dès l’adolescence à la conquête d’une fillette qui le dédaigne. Devenue femme, la belle Carmen l’ignore plus que jamais… En toile de fond des récits du vieux conteur et des interprétations romanesques de Froylán, son biographe : la ville frontalière de Tula, fabuleux théâtre de personnages, comme Fernanda, la mère morte en couches de Juan, le père Nicanor, le général Pisco et le maestro Fuentes, entre autres témoins de l’orgueil légendaire des « Tultèques », tous un peu aventuriers ou trafiquants en illusions.
  
Tula, qui n’est pas sans rappeler le Macondo de Cent ans de solitude, est l’occasion de tableaux de genre hilarants. Au service du mythe de la passion impossible, le réalisme baroque de Toscana nous entraîne dans un labyrinthe de fausses pistes et d’authentiques chausse-trapes.

David Toscana

Né en 1961 à Monterrey, David Toscana est l’un des romanciers mexicains les plus talentueux de sa génération.
Depuis le fameux El último lector, il nous offre des romans d’une inventivité magnifique, doublée d’une réflexion virtuose sur les enjeux de la fiction. Ses œuvres sont traduites dans une dizaine de langues.

« De page en page, on voit double, on voit triple, on voit magique. Certains ont l’alcool gai. Toscana a l’imagination heureuse. » Frédéric Vitoux, Le Nouvel Observateur



12,5 × 19 cm
288 pages
978-2-84304-522-6
19,80
Paru le 02/09/2010
Autres formats
Numérique

David Toscana chez Zulma