Miss Islande
Auður Ava Ólafsdóttir Miss Islande

Roman traduit de l’islandais par Éric Boury
Prix Médicis étranger 2019

Nouveauté

978-2-84304-868-5
12,99
Paru le 05/09/2019
Autres formats
Grand format

Islande, 1963. Hekla, vingt et un ans, quitte la ferme de ses parents et prend le car pour Reykjavík. Il est temps d’accomplir son destin : elle sera écrivain. Sauf qu’à la capitale, on la verrait plutôt briguer le titre de Miss Islande.

Avec son prénom de volcan, Hekla bouillonne d’énergie créatrice, entraînant avec elle Ísey, l’amie d’enfance qui s’évade par les mots – ceux qu’on dit et ceux qu’on ne dit pas –, et son cher Jón John, qui rêve de stylisme entre deux campagnes de pêche…
Miss Islande est le roman, féministe et insolent, de ces pionniers qui ne tiennent pas dans les cases. Un magnifique roman sur la liberté, la création et l’accomplissement.

Auður Ava Ólafsdóttir

Explorant avec grâce les troublantes drôleries de l’inconstance humaine, Auður Ava Ólafsdóttir poursuit, depuis Rosa candida, une œuvre d’une grande finesse, qui lui a valu notamment le Nordic Council Literature Prize, la plus haute distinction décernée à un écrivain des cinq pays nordiques. Encensée par la presse, elle est aussi la lauréate de l’Íslensku bókmenntaverðlaunin, le plus prestigieux prix littéraire islandais, pour Ör, et du Prix Médicis étranger pour Miss Islande.

« Révélée au public français grâce à Rosa candida, l’Islandaise Auður Ava Ólafsdóttir possède l’art de dire les choses compliquées avec des mots simples. Celui aussi de suggérer l’émerveillement devant le miracle quotidien de l’existence. » – Elena Balzamo, Le Monde des Livres.



978-2-84304-868-5
12,99
Paru le 05/09/2019
Autres formats
Grand format

« Ode à la création, à la liberté et à l’amitié, solide et indéfectible, Miss Islande nous porte en avant et fait battre le cœur un peu plus fort. »

Bérénice, librairie Hall du livre – Nancy

Les coups de cœur de la librairie Hall du livre

« Miss Islande est un roman critique, un petit bonbon très acide qui nous rappelle que la littérature n’a pas uniquement vocation à arrondir les angles. »

Élise Lépine, Transfuge

Les lectures d’Élise Lépine

Auður Ava Ólafsdóttir chez Zulma