PRO
PRO

Librairie La Comédie humaine

Librairie La Comédie humaine
17 rue du Vieux Sextier
84000 Avignon
04 65 81 25 36
Voir le plan

Coups de cœur des libraires

Le Silence des dieux

« Un paisible village perdu au fin fonds d’un désert n’est relié au monde extérieur que par une unique petite route, empruntée chaque matin par un autocar qui va de ville en ville et y marque un arrêt.
Un matin le car ne vient pas, les militaires arrivent, bloquent la route, sans donner d’explications, provoquant stupeur et sidération.
C’est le début d’un huis clos incompréhensible qui va petit à petit conduire le village au chaos, à la recherche de boucs émissaires, se mettant entre les mains des plus vils et manipulateurs… Mais dans ce chaos la vie va trouver son chemin : des opprimés, révoltés, vont partir sur les chemins de l’exil pour renaître… et revenir bien plus tard regarder les oppresseurs en lambeaux restés au village.
Une merveilleuse fable sur l’enfermement et ses conséquences dramatiques, sur l’exil, la renaissance. Une ode aux opprimés, aux révoltés, parsemés de magnifiques poèmes qui tracent le chemin de la vie et de la beauté. Une fable d’espoir qui met en garde contre les enfermements et montre les chemins de la liberté, de la création. » Cyril D., librairie La Comédie humaine - Avignon

Ce que Frida m’a donné

« Un roman original, tant par son format que son récit. L’autrice, également artiste peintre, mêle illustrations, peintures à un texte légèrement déroutant. Celui d’une artiste en quête d’inspiration qui erre dans son appartement en construisant tout un parallèle sur la vie artistique de Frida Kahlo. Une approche nouvelle de l’artiste. On y découvre avec délice des histoires méconnues ou des plus légendaires. » librairie La Comédie humaine - Avignon

Contrebande

« Un armateur havanais de bateaux de pêche, faible, dépressif et poète à ses heures, mène une vie de débauche et de misère, errant de clubs miteux en cafés lugubres, ruiné par la baisse de la demande en poissons.
À la fois fasciné et révulsé par la très forte personnalité du capitaine de son principal navire “La Buena Ventura”, un homme que l'on appelle “Requin” (ancien tolard, pirate aventureux et force de la nature), il va se laisser convaincre de se lancer dans la contrebande d'alcool.
S’en suivent tous les préparatifs pour cette expédition : la recherche d’un partenaire américain, des pesos pour acheter une grande quantité de rhum, d’une distillerie aux prix abordables, et enfin la traversée avec la peur incontrôlable des gardes côtes.
Une plongée dans le Cuba des années 30, un La Havane dans lequel misère, prostitution, faim, injustices sociales et corruption s’emmêlent et ravagent les âmes des hommes qui tentent d’y survivre. Une sorte de grand bouillon malfaisant sous une atmosphère étouffante de chaleur et de moiteur, tableau d’une Amérique à genoux incroyablement retranscrite.
Pour la première fois traduite en français, l’œuvre de Serpa est d’une immense richesse : partout des mots justes, piquants, tranchants. Des expressions, des sens, des émotions à vifs, sous fonds de tension perpétuelle prête à exploser.
Hemingway dit en son temps de Serpa qu'il était, tout simplement, “le meilleur écrivain d'Amérique latine”. » Cyril D., librairie La Comédie humaine - Avignon

Au nord du monde

« On ne sait pas trop quand ça se passe, probablement après une catastrophe climatique, ni vraiment où, dans le grand nord, les steppes sibériennes, peut-être. La personne qui raconte vit seule, dans son village, armée jusqu’aux dents, au cas où. Jusqu’au jour où passe un avion. Et qui dit avion dit humanité, quelque part. Makepeace prend la route pour une épopée de plusieurs années.
Une dystopie très originale où le lecteur, sans indication de lieu ni d’époque se laisse entraîner par la voix d’un véritable conteur. Une voix qui, tout en se souvenant un peu du “monde d’avant”, ne s’étonne pas de ce présent auquel il a su s’adapter, pour survivre, avec acharnement.
Coup de cœur pour ce roman mené tambour battant, entre western et road movie aux frontières d’un monde... pas si “dyptopique” que ça... » Aurore C., librairie La Comédie humaine - Avignon

Un monstre et un chaos

« Un chef d’œuvre de la rentrée littéraire. Avec une merveilleuse écriture, Hubert Haddad nous emmène dans les shtetls de l’est européen à la veille de l’une des pages les plus noires de l’Histoire : la création du ghetto de Lodz et l’installation à sa tête du sinistre Chaïm Rumkowski. Dans cette plongée au cœur de l’enfer, l’auteur délivre un hymne aux martyrs et à la survivance. » Librairie La Comédie humaine — Avignon

Ce qu’ici-bas nous sommes

« Une œuvre-monde à l’imaginaire des plus débridé, qui fourmille de jeux avec les lettres et l’Histoire, pimentée par les dessins de l’auteur, une lecture extraordinaire qui nous transporte très loin… » La Comédie Humaine – Avignon