éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

En librairie le jeudi 13 septembre 2018  

Mais leurs yeux dardaient sur Dieu
12,5 x 19 cm • 336 pages
ISBN 978-2-84304-832-6
21 € • A paraître le 13/09/18
Imprimer l’argumentaire
Littérature
Zora Neale Hurston

Mais leurs yeux dardaient sur Dieu


Roman traduit de l’anglais (États-Unis) par Sika Fakambi

« Janie avait seize ans. Un feuillage vernissé et des bourgeons tout près d’éclore et le désir de prendre à bras-le-corps la vie, mais la vie semblait se dérober. Où donc étaient-elles, ses abeilles chanteuses à elle ?… Du haut des marches elle scruta le monde aussi loin qu’elle put, et puis elle descendit jusqu’à la barrière et s’y pencha pour contempler la route de droite et de gauche. Guettant, attendant, le souffle écourté par l’impatience. Attendant que le monde vienne à se faire. » Il ne faudra pas moins de trois mariages et trois vies – le vieux Logan Killicks et ses sentiments trop frustes, le fringant Joe Starks et ses ambitions politiques dévorantes, puis la promesse d’égalité, l’étreinte d’amour et le frisson extatique qu’incarne Tea Cake – pour permettre à Janie d’atteindre toute la mesure de son rêve d’émancipation et de liberté.
Portrait d’une femme entière, animée par la force de son innocence, qui brave la rumeur du monde et se révèle à l’existence, Mais leurs yeux dardaient sur Dieu est un chef-d’œuvre – et l’un des tout premiers romans écrits par une Afro-Américaine. Un monument de la littérature, aussi percutant aujourd’hui que lors de sa parution aux États-Unis en 1937. À découvrir ou redécouvrir dans une traduction inédite magistrale.


Un emblème de la littérature afro-américaine

Emblème de la littérature afro-américaine, l’héritage de Zora Neale Hurston est revendiqué par Toni Morrison, Alice Walker, Maya Angelou, Zadie Smith, Paul Beatty, Oprah Winfrey ou encore Beyoncé.

Née en Alabama en 1891, influencée par son enfance à Eatonville, Floride – la première ville afro-américaine fondée aux États-Unis –, Zora Neale Hurston devient la première femme noire diplômée d’anthropologie, puis l’une des figures de proue du mouvement de la Renaissance de Harlem. Romancière, nouvelliste et essayiste, aussi flamboyante que controversée, refusant de se laisser embrigader par les diktats de l’époque, Zora Neale Hurston est aujourd’hui considérée comme l’une des voix les plus vivantes et inventives de la littérature américaine. Elle témoigne par sa vie et son œuvre d’un engagement unique, porté par une langue incomparable. Treize ans après sa mort en 1960, la romancière Alice Walker lui dédie cette épitaphe : « Zora Neale Hurston : Un Génie du Sud. »

« L’un des plus grands écrivains de notre époque. » Toni Morrison

 

« Zora Neale Hurston était une femme puissante, un formidable écrivain et une personne fabuleuse.  Espiègle et académiquement solide : un mélange délicieux.» Maya Angelou

 

 


 

 


Un roman culte

« Il n’est pas de livre plus important à mes yeux que celui-là. Il me parle comme aucun autre. » Alice Walker

« Mais leurs yeux dardaient sur Dieu est pour moi l’un des plus grands romans américains du XXe siècle. […] Prose rigoureuse, percutante, éblouissante, qui touche au cœur autant qu’elle impressionne. J’aime ce roman comme aucun autre. » Zadie Smith

« Mon roman d’amour préféré entre tous. »  Oprah Winfrey

« Un roman magnifique sur une femme en quête d’elle-même et d’amour. » Edwidge Danticat

Dans la presse...

« Mais leurs yeux dardaient sur Dieu est de la même nature que les œuvres de William Faulkner, F. Scott Fitzgerald et Ernest Hemingway, celle de la vraie littérature américaine. » Saturday Review


« Son nom est peu connu en France, mais l’influence de Zora Neale Hurston sur la littérature américaine a été considérable. Toni Morrison, prix Nobel de littérature, n’a cessé de proclamer sa dette à l’égard de celle qu’elle considère comme sa mère en littérature. Cela n’a rien de surprenant, puisque toute l’œuvre de Hurston s’était donné pour tâche de restituer la richesse et l’originalité de la culture noire des États-Unis, celle de son enfance, et d’en transmettre l’héritage. […] Un des plus beaux hommages jamais rendus à la culture de ceux que, bon gré mal gré, elle considérait comme “son peuple”. » Didier Éribon, Le Nouvel Observateur

Histoire d'un livre

Paru en 1937, Their Eyes Were Watching God est le premier roman écrit par une femme afro-américaine. Encensé par la romancière Alice Walker, il est redécouvert dans les années 1970 et devient une référence majeure de la littérature américaine. Réédité en 1977, il s’écoule à plus de 75 000 exemplaires en un mois à peine et demeure aujourd’hui l’une des œuvres de la littérature afro-américaine les plus lues et encensées, au programme de tous les lycées américains. En 2005, Oprah Winfrey en a fait une adaptation pour la télévision : le roman réintègre aussitôt la liste des meilleures ventes du New York Times pour plusieurs semaines ! L’œuvre de Zora Neale Hurston s’écoule à plus de 500 000 exemplaires par an aux États-Unis.


Zora Neale Hurston, l'ancêtre politique, par Kaoutar Harchi, pour Ballast

L’écrivaine et anthropologue Zora Neale Hurston, disparue en 1960, fut l’une des figures de la Renaissance de Harlem, mouvement afro-américain — à la fois littéraire, musical et artistique — né dans l’entre-deux-guerres. Longtemps oubliée, peu traduite en français, « féministe avant la lettre », la chercheure Kaoutar Harchi brosse ici le portrait d’une femme qui, sa vie durant, aura lutté contre l’illégitimité artistique et intellectuelle.


https://www.revue-ballast.fr/zora-neale-hurston-lancetre-politique/

Zora Neale  Hurston
Contact presse
01 58 22 19 90
presse@zulma.fr

Contact librairie
Catherine Henry
01 58 22 19 90
catherine.henry@zulma.fr