Un jour avant Pâques
Zoyâ Pirzâd Un jour avant Pâques

Roman traduit du persan (Iran) par Christophe Balaÿ

Nouveauté



Coups de cœur des libraires

Le coup de cœur de Julie Bacques de la librairie L’Amandier de Puteaux
« Difficile de résumer l’intrigue de ce court roman, mais c’est un vrai bijou ! A travers trois fêtes de Pâques, c’est toute la vie d’Edmond qui va nous être racontée, mais c’est aussi toute la vie quotidienne de la communauté arménienne d’Iran qui est décrite. Construit en trois temps, enfance, maturité, vieillesse, on découvre une culture, un mode de vie. Tout un petit monde : famille, amis, voisins, prend vie avec beaucoup de finesse, de tendresse et d’humanité. On connaissait déjà Zoyâ Pirzâd pour un recueil de nouvelles Comme tous les après midi et pour un roman On s’y fera [...] qui racontait la vie quotidienne d’une femme à Téhéran. Ici, dans la même veine, avec ce style pointilliste et plein de poésie, c’est le quotidien de toute une communauté. Une délicieuse miniature persane ! » George Bassan, librairie Obliques — Auxerre
« La vie quotidienne d’une famille arménienne dans un quartier populaire de Téhéran. Loin des clichés occidentaux, l’auteur nous fait découvrir un monde où les enfants de communautés différentes se jouent des barrières ethniques ou religieuses. Le style plein de fraîcheur et de poésie fait éclater un feu d’artifice d’odeurs et de couleurs. À découvrir d’urgence ! » Librairie Lo Païs — Draguignan
« Plus que l’histoire d’Edmond c’est l’ambiance de ce livre qui nous touche, ces petits rien évoqués, ces relations (difficiles) entre personnes, en bref un très beau petit roman. » Julie, librairie Mot à Mot — Pertuis
« Un récit très doux même si la violence est sous-jacente, fait de non-dits et de suggestions qui nous transportent dans un quotidien à la fois éloigné et si proche de nous. » Librairie Vaux Livres — Vaux-le-Pénil
« Ce livre au charme tenace s’enracine dans une réalité iranienne au cosmopolitisme étonnant. Zoyâ Pirzâd ensorcelle avec une simplicité déconcertante. » Librairie La Galerne — Le Havre
« Une histoire à trois temps en Iran à travers les yeux d’un Arménien, histoire pleine de poésie, de couleurs, de vie. » Olivier Gallais, librairie Comme un Roman — Paris
« À la manière de Marjane Satrapi dans Persepolis, Zoyâ Pirzâd nous introduit en Iran et surtout au sein de sa minorité chrétienne arménienne. La langue, millénaire, est pure, fine, délicate et nous transporte littéralement. » Bénédicte, librairie des Danaïdes — Aix-les-Bains
Lu et conseillé par Laëtitia de la librairie La Mandragore de Chalon-sur-Saône
« Ce roman rassemble trois périodes de la vie du narrateur ; son enfance dans sa famille arménienne à Téhéran et son amitié avec Tahareh, fille musulmane ; sa carrière de directeur d’école et le refus de voir sa fille épouser un musulman d’origine turc ; enfin, la mort de sa femme, épreuve dans laquelle il apprendra doucement à pardonner à sa fille. Trois moments clés, trois veilles de Pâques. Un livre tout en contraste, qui nous plonge au cœur de la vie iranienne. » Librairie Raconte-moi la Terre — Lyon
Lu et conseillé par Marie-Paule Bonnaud de la librairie Contact d’Angers
Lu et conseillé par Jean-Baptiste Hamelin de la librairie Le Carnet à Spirales de Charlieu 
Lu et conseillé par François Reynaud de la librairie Lucioles de Vienne
Un jour avant Pâques figure parmi les coups de cœur étrangers de la librairie Sauramps Odyssée de Montpellier 
Un jour avant Pâques fait partie de la sélection de la librairie Ombres Blanches (Toulouse)
« Merveilleuse idée que la couverture de ce petit livre, faite de touches subtiles, délicates et colorées. Tout comme l’écriture de Zoyâ Pirzâd, précise et intelligente, respectueuse des traditions d’un garçon arménien d’Iran contant son quotidien entre rituels et mélanges des cultures, rythmé par les fêtes et les saisons. Edmond nous entraîne dans les cours, les jardins, le cimetière, partout précédé de Tahereh, son amie musulmane, dans une quête initiatique où la plus modeste des fleurs est un enchantement. Ils portent sur toute chose un regard vif et poétique. C’est ainsi que l’enfant va grandir dans un monde où l’amour filial console l’intolérance, où les vivants et les morts cohabitent dans des portraits de femmes justes et beaux. Leurs rires se répondent à travers les générations, leurs larmes se fondent dans l’élégance du langage et la légèreté du style. Un texte précieux, ciselé comme une miniature persane. L’auteur de Comme tous les après-midi et de On s’y fera transcende à nouveau le quotidien par son écriture. » Myriam Peyraud, librairie du Théâtre Zannini — Bourg-en-Bresse