Anjana Appachana
Mes seuls dieux
Anjana Appachana Mes seuls dieux

Nouvelles traduites de l’anglais (Inde) par Alain Porte




Coups de cœur des libraires

« Le contraste entre l’Inde et l’Occident est important, comme nous pouvons le constater à travers le recueil de nouvelles, très touchant, d’Anjana Appachana : Mes seuls dieux. Les histoires se déroulent dans une Inde actuelle et oscillent entre le vaudeville et les problèmes de castes, toujours à l’ordre du jour. Est également abordée, avec beaucoup de finesse, la position des femmes, soumises à leur famille, mari, belle-famille et, parfois encore, contraintes d’accepter des mariages arrangés. Un réel décalage existe entre la progression des études et la persistance des traditions. C’est avec une grande poésie que l’auteure nous attire dans ce monde paradoxal. Un livre qui fournit des données socio-économiques très enrichissantes et permet de se faire une réelle idée du pays au-delà de l’aspect "Bollywood". » Tania Massault, librairie Pantoute — Québec (Canada)
« Dans un style simple, épuré et à la fois oral comme il est de tradition dans les longues épopées indiennes, Anjana Appachana nous offre un subtile et touchant recueil de nouvelles où sont présentes toutes les forces et les contradictions de l’Inde moderne. La femme est au cœur de ces histoires parfois tragiques, comme elle est au cœur des préoccupations d’Anjana ; et pour preuve, l’on y découvre qu’elle aura à lutter encore et encore pour son respect et sa dignité dans une société encore entièrement dominée par un modèle masculin. » Brindha Seethanen, librairie Millepages — Vincennes 
« Huit nouvelles qui nous plongent en pleine culture indienne... Exotisme garanti. Des histoires aussi différentes que distrayantes. À découvrir ! » Librairie Le Monde d’Arthur — Meaux
Coup de cœur de la librairie Le Merle Moqueur à Paris 
Mes seuls Dieux d’Anjana Appachana fait partie de la sélection coups de cœur - nouvelles de la Librairie de Paris.
Le coup de cœur de Pierre Delaforge de la librairie Les Arpenteurs à Paris
« Anjana Appachana est une fine observatrice et c’est à travers son regard tendre et souvent amer qu’elle nous raconte son pays aux mille facettes, des plus fascinantes aux plus désespérantes. Dans le détail de la vie intime de ses héroïnes, l’auteur nous invite à une superbe réflexion sur la condition féminine et surtout humaine. C’est à un voyage drôle et bouleversant qu’elle convie le lecteur et c’est pour un grand bonheur de lecture qu’on se laisse embarquer. » Catherine Mugnier, librairie Imaginaire — Annecy
Lu et conseillé par Romain de la librairie des Danaïdes de Aix-les-Bains
Lu et conseillé par Simone Roche de la librairie Saint-Pierre de Senlis

Lu et conseillé par Wilfrid Séjeau de la librairie Le Cyprès de Nevers

« Pleines d’inventions narratives, les nouvelles d’Anjana Appachana, parfois drôles et tendres, parfois féroces, donnent une description précise de l’Inde contemporaine du point de vue de la femme. A travers les différents âges, les différents métiers, elles nous emmènent dans le quotidien de ces femmes, tiraillées dans leur quotidien entre leur vie de femme libérée et leur vie domestique aliénée aux règles et aux traditions hindouistes.
Mes seuls dieux est un recueil de nouvelles qui place le lecteur au cœur même de la sensibilité indienne. » Delphine, librairie M’Lire — Laval
« Ces huit nouvelles s’enlacent et se dénouent avec ce même charme unique fait d’enchantement amoureux et de cruauté insouciante, de songeries amères et tendres, de conflits cocasses ou tragiques... Sur ce sol instable, en pleine évolution, Anjana Appachana montre avec grâce et empathie les chemins difficiles de la libération de la femme indienne. Ces huit nouvelles, on s’en doute, sont nourries d’une riche expérience personnelle et témoignent d’un sens aigu de la description dans les moindres détails des comportements, des mœurs et du décor.
D’une histoire à l’autre, on est pareillement envoûté par l’héroïne, fillette ou jeune fille, qui se débat au milieu des drame et des préjugés de la famille et du voisinage, et les situations se répondent si bien, depuis l’enfance jusqu’aux crises de l’âge adulte, qu’en éprouve très vite le sentiment d’être dans l’espace multiple et concerté du roman, toutes les nouvelles déployant les événements heureux ou dramatiques de la vie traditionnelle d’une famille de la petite bourgeoisie indienne. » Librairie L’Esprit large — Guérande 
« Dans la veine de Pirzâd, Anjana Appachana nous raconte les femmes indiennes dans un subtil télescopage de générations. La confrontation de plusieurs générations, la concomitance de la tradition et du modernisme, les contrastes exacerbés qui en résultent sont autant de pépites qui font scintiller ces huit histoires dans lesquelles la condition des femmes est omniprésente, surprenante et déroutante.
La vie professionnelle indienne est aussi abordée, sous l’angle des relations humaines particulièrement épineuses dans un pays où les traditions se surajoutent aux règles occidentales, rendant la cohabitation bien spéciale entre prières, poésie et rentabilité.
Les jeunes femmes sont pour certaines très désireuses d’un mariage à la "Taj Mahal" tandis que d’autres tentent avec plus ou moins de succès de s’éloigner des coutumes et certaines même voudraient réussir à concilier l’inconciliable. Mère, filles, tantes, femmes, enfants toutes sont soumises à de telles contradictions dans leurs aspirations que la vie les contraint à composer, se rebeller, réussir parfois, renoncer avec fatalisme souvent. » Hélène Camus, librairie Tournez la Page — Combourg
Coup de cœur de Rachel de la librairie Le Failler de Rennes
« À travers ces huit nouvelles, parfois cruelles, parfois tendres et drôles, Anjana Appachana, nous décrit l’Inde du point de vue de la femme indienne où coexistent différentes époques, voir différents mondes. Il s’agit là de toute la complexité d’une société mêlant tradition et modernité. » Yann, librairie Gwalarn — Lannion
Lu et conseillé par Aurélie Paschal de la librairie Prado Paradis de Marseille 
« D’une histoire à l’autre, on est pareillement envoûté par l’héroïne, fillette ou jeune fille, qui se débat au milieu des drames et des préjugés de la famille et du voisinage, et les situations se répondent si bien, depuis l’enfance jusqu’aux crises de l’âge adulte, qu’on éprouve très vite le sentiment d’être dans l’espace multiple et concerté du roman, toutes les nouvelles déployant les événements heureux ou dramatiques de la vie traditionnelle d’une famille de la petite bourgeoisie indienne.
Les huit nouvelles s’enlacent et se dénouent avec un même charme unique fait de cruauté inconsciente et d’enchantement amoureux, de songeries amères et tendres, de conflits cocasses ou tragiques. Nourries d’une riche expérience personnelle, elles témoignent d’un sens aigu de la description dans les moindres détails des comportements, des mœurs et du décor. » Librairie du Boulevard — Genève, Suisse 
« L’auteure nous invite avec brio et empathie à suivre les chemins difficiles de la libération de la femme indienne. D’une histoire à l’autre, on est pareillement envoûté par l’héroïne, fillette ou jeune fille, qui se débat au milieu des drames et des préjugés de la famille et du voisinage... » Librairie-café Soif de lire
Lu et conseillé par Claire Lesorbe, librairie Entre les lignes.