Gerd Brantenberg
Les Filles d’Égalie
Gerd Brantenberg Les Filles d’Égalie

Roman traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud


14 × 21 cm
352 pages
979-10-387-0001-7
22,00
A paraître le 06/01/2022

« Elle » fait bon vivre en Égalie. La présidente Rut Brame travaille nuit et jour à la bonne marche de l’État, quand son époux Kristoffer veille avec amour sur leur foyer. Il y règne d’ailleurs une effervescence toute particulière : à quinze ans, leur fils Pétronius s’apprête à faire son entrée dans le monde. Car voici enfin venu le bal des débutants.

Mais l’adolescent, grand et maigre, loin des critères de beauté, s’insurge contre sa condition d’homme-objet. Dans l’impossibilité de prendre son indépendance, il crée presque malgré lui un mouvement qui s’apprête à ren- verser le pouvoir matriarcal en place. L’avenir de la cité radieuse est amené à changer... pour le meilleur et pour le pire.

Avec Les Filles d’Égalie, Gerd Brantenberg signe une dystopie féministe et résolument provocatrice. Elle renverse littéralement les codes de la société patriarcale : les femmes ont tous les pouvoirs, et la langue s’en ressent. Le féminin, omniprésent, l’emporte systématiquement sur le masculin, faisant apparaître de nouveaux mots qui soulignent avec une ironie mordante l’oppression invisible qui règne sur les femmes d’aujourd’hui. Brûlant d’actualité et débordant d’humour, Les Filles d’Égalie, le grand roman féministe norvégien du XXe siècle, est enfin traduit en français.

Gerd Brantenberg

Gerd Mjøen Brantenberg, née en 1941, est une écrivaine féministe norvégienne. En 1977, Les Filles d’Égalie paraît d’abord dans une relative confidentialité avant de conquérir le monde et de connaître un accueil phénoménal aux États-Unis et en Europe.



14 × 21 cm
352 pages
979-10-387-0001-7
22,00
A paraître le 06/01/2022

Bonus

Un best-seller mondial déjà publié aux États-Unis, en Allemagne, en Suède,
au Danemark, aux Pays- Bas, en Espagne, en Italie,
en Corée... Enfin traduit en français !

« Les bruits cessèrent bien vite
quand quelqu’une cria dans l’hémicycle :
“C’est un coup d’État !”
Toutes tendirent l’oreille.
— ... la population nous a choisis comme ses représentants...
— Représentantes ! Tantes, tantes, tantes !!
chuchota quelqu’une à voix haute.
Elles ne savent plus parler égalien ou quoi ? »

Les Filles d’Égalie, Gerd Brantenberg

« Une dystopie féministe. »
Livres Hebdo 

Gerd Brantenberg chez Zulma