Enis Batur
La Maison aux livres
Enis Batur La Maison aux livres

Roman traduit du turc par François-Michel Durazzo

Nouveauté



Coups de cœur des libraires

« Quel amoureux des livres n’a jamais rêvé de posséder une bibliothèque de plus de 30 000 titres ? Au retour d’un voyage, un écrivain et éditeur de renom hérite d’un tel bien, niché dans un écrin de verre sur les hauteurs d‘Istanbul, face au détroit du Bosphore. Mais bientôt, le rêve vire à l’obsession et le cadeau s’avère empoisonné : quel mystérieux bibliophile a bien pu constituer un tel trésor ? Et pourquoi l’avoir choisi lui pour s’en occuper ? Scrutant les innombrables notes laissées par son prédécesseur et son ingénieuse méthode de classement des ouvrages, le narrateur nous entraîne dans une épopée livresque et labyrinthique à la Alberto Manguel ou Umberto Eco, dans une ode à la lecture que l’écrivain turc a voulu accessible à tous. » Librairie Grangier, Dijon

« En gentleman bibliothécaire, Enis Batur nous convie à un voyage labyrinthique dans l’univers feutré de la littérature mondiale, dans le monde étrange tel que le considère les mordus de l’écrit, les bibliophiles obsessionnels, et autres lecteurs compulsifs. Avec une douce érudition et un amour sans bornes pour le livre, on déambule dans les mystères de l'âme archiviste et la magie toujours nouvelle procurée par l’ouverture d'un livre.

La maison aux livres est de ces textes d’une langueur palpable, d’une intemporalité tangible, un texte qui se diffuse avec le sacré et la folie des hommes, une douce folie que de conserver des livres déjà lus, et ceux qu’on lira plus tard si la vie pouvait durer éternellement.

On en sort le sourire ravi, l’œil pétillant de s’être reconnu parmi cette guilde des lecteurs guidé par les mots imprimés. On a croqué la pomme de l’histoire, on a lu un livre de plus que l’on se gagne de trouver une place dans sa bibliothèque personnelle. » Fabien Bernier, Librairie Decitre — Grenoble

« Un bibliophile est un amateur de livres rares et précieux. Un bibliomane est un collectionneur compulsif, dont le contenu du livre importe peu. La bibliopathonomadie est l'art de l'égarement à travers les livres.

Au retour d’un voyage professionnel, un écrivain reçoit la visite d’un notaire l’informant qu’il hérite d’une bibliothèque gigantesque (environ 38000 ouvrages) d’un donateur inconnu. Lui revient le choix d’accepter ou non cette donation. Grand amateur de livres et lecteur compulsif, le narrateur va accepter de devenir le nouveau propriétaire de La maison aux livres. L’édifice tout en verre ainsi que la cabane de lecture attenante vont peu à peu retenir cet homme en son sein et il va tenter de découvrir qui en était l’heureux propriétaire. Pour cela, il va mener son enquête à l’intérieur même des ouvrages. De leur classement ingénieux : tous les livres semblent graviter autour d4un seul et même texte, aux notes manuscrites laissées par le défunt, ce voyage littéraire va couper notre homme du monde extérieur.

La maison aux livres d’Enis Batur est ce qu'on pourrait qualifier de petite pépite littéraire inclassable. Ce n’est ni un roman, ni un essai mais plutôt une ode aux livres et à la lecture dans la droite lignée de De l'égarement à travers les livres d'Eric Poindron. Outre l’amour du livre en tant qu‘objet, La maison aux livres est une déclaration d’amour au pouvoir des mots et à l’immensité des mondes qu’ils ouvrent, sans quitter son fauteuil. Alors, qu'attendez vous pour ce voyage immobile? » Librairie Imaginaire — Annecy

Un coup de cœur de la librairie L’Infinie comédie

« LE livre pour les amoureux des livres. À ceux qui aiment leur odeur, leur poids, leurs histoires, leur complexité ou au contraire, leur simplicité. On se retrouve dans les lignes d’Enis Batur, passionné… donc passionnant. C’est le cri d’amour du bibliomaniac. » Alexandra, Librairie Port Maria — Quiberon

Un coup de cœur de la Librairie Descours — Lyon

« La Maison aux livres est un court roman qui flirte avec l’onirisme, le mystère. Un écrivain se voit hériter d’une demeure/bibliothèque gigantesque qui semble cacher bien des secrets, à commencer par l’identité de son défunt créateur. Cet écrivain va dès lors développer une obsession qui va chambouler sa vie afin de percer à jour la brume qui entoure cette maison et son donateur.
Mais au-delà de cette histoire se déroule toute une réflexion sur la lecture, notre rapport à la littérature et aux livres, la représentation que l’on en a...
On se sent parfois dans un autre espace/temps tant sont denses les pensées du narrateur et en même temps totalement à notre place si l’on est un(e) passionné(e) de littérature.
Je le conseille vivement à tous les amoureux des livres, des histoires et de leur passation d’un individu à un autre. Il y a de très belles pages, hommage puissant et poétique à la lecture et une touche de suspense envoûtant. » Céline Boire, Librairie Trarieux — Tulle

« Un roman qui met sur sa couverture Manguel, Borges et Eco, le trio gagnant, je ne regarde même pas, je prends, je lis. Est-ce que ma passion des livres sur les livres, les bibliothèques a été satisfaite ? Oui ! Une enquête littéraire sur cette mystérieuse "Maison aux livres" dont le narrateur hérite, pourquoi lui, qu’est-ce que cette maison, à qui appartenait-elle, quelle est la logique des choix des ouvrages, de leurs classement ? C’est jubilatoire pour tous les bibliophiles ! » Aurélie Janssens, Librairie Page & Plume — Limoges

« Un écrivain et bibliophile invétéré se découvre héritier d'un énigmatique inconnu et reçoit une mystérieuse bibliothèque cachée sur les hauteurs d'Istanbul...
Enis Batur signe un merveilleux roman, envoûtant et brillant d'érudition, qui ravira les amoureux des livres et des lieux qui leurs sont dédiés ! » Alexis, Librairie Grangier

« Amoureux des livres, amateurs de textes oubliés et autres disciples de la littérature, ce livre est pour vous ! » Librairie de Paris