PRO
PRO

Librairie 47° Nord

Librairie 47° Nord
Maison Engelmann - 8 bis, rue du Moulin
68100 Mulhouse
03 89 36 80 00
Voir le plansite de la librairie

Coups de cœur des libraires

La Somme de nos folies

« Vitaminé !
Des personnages cherchant à se reconstruire, formant une famille loufoque et touchante.
Entre traditions et mondialisation, malheurs et joies, c'est une Malaisie haute en couleurs qui est décrite, avec humour et poésie. » Justine, Librairie 47° Nord (Mulhouse)

Ör

« Un livre qu'on ne veut pas quitter, tant on est bien entre ses pages, où l'humour et la douceur guérissent les cicatrices.
Et pourtant, cela débute par les questionnements de Jónas Ebenser, qui souhaite mettre fin à ses jours et réfléchit à la manière dont il va s'y prendre. Divorcé depuis peu, sa vieille mère perdant un peu la tête et venant d'apprendre que sa fille Nymphéa n'est en réalité pas sa fille de sang, il se sent déboussolé, seul et incompris face aux 3 femmes de sa vie.
De manière cocasse, les réflexions pour mener au suicide s'élucubrent dans sa tête, mais sans trouver de solution faisable. Il décide alors de partir dans un pays en guerre, en ruine, le pays le plus dangereux du monde.
Bricoleur dans l'âme, il part avec pour seul attirail sa malette à outils. Et que vogue la galère. Et s'il se fait tirer dessus au coin d'une rue, tant mieux pour lui. Mais lorsqu'il débarque à l'Hôtel Silence, rien ne se passe comme il l'avait imaginé. De rencontres en rencontres, il se fait une place parmi ces habitants, aidant pour les menus travaux et tenant compagnie. Son projet de fin de vie se trouve alors entravé et résonne à son oreille les paroles de sa mère en rêve : "Au lieu de mettre fin à ton existence, tu n'as qu'à cesser d'être toi et devenir un autre."
Ör en islandais signifie "cicatrices", de genre neutre. "Ör dit que nous avons regardé dans les yeux, affronté la bête sauvage, et survécu." » Justine, Librairie 47° Nord

La Sirène d’Isé

« Un récit poétique étrangement beau.
Hubert Haddad joue avec les sons, le style, les métaphores... On entre dans une atmosphère étrange, une sorte de conte en bord de mer, où l'on voyage sur le chant des mots et des flots, dans l'extase des sens. On suit Malgorne, enfant sourd et muet, né de Leeloo, qui fut internée pour folie dans le mystérieux hôpital des Descenderies.
Il grandira là, en bord de falaise, dans ce domaine éloigné de tout, et se verra confier la charge d'un jardin labyrinthique. Il rencontrera Peirdre, jeune fille dont le point commun est la solitude.
C'est un récit pour ceux qui aiment être bousculés, par l'écriture et la recherche stylistique, et sont amoureux de poésie et du voyage par les mots. » Justine, Librairie 47° Nord (Mulhouse)

Épépé

« Imaginez, si on vous disait « Epépé étété, malétété ébébé », que répondriez-vous ? Vous ne comprenez pas ? « Etyétyé pépépé » peut-être ? Non ?
Alors imaginez-vous perdus dans une ville immense et inconnue dans laquelle tout le monde, sans exception, baragouine dans ce langage étrange et obscur, sans qu'aucune sonorité ne vous paraisse familière et alors que toutes vos tentatives pour vous faire comprendre échouent lamentablement.
Un enfer. Et pourtant, voici précisément ce qui arrive au malheureux Budaï, pourtant célèbre linguiste, maîtrisant plus d'une vingtaine de langues et qui, se rendant innocemment à un congrès à Helsinki, se retrouve propulsé dans cette ville mystérieuse dont il ne reconnaît rien.
Où aller ? À qui s'adresser ? Personne ne le comprend et il ne comprend personne. Que faire pour quitter cet endroit ? Comment mettre un terme à cette absurdité ?
Chef-d'oeuvre de la littérature hongroise écrit dans les années 1970, "Epépé" est une folle aventure de lecture, entre l'oeuvre d'art et le page-turner, parfait pour votre été, une extravagante fantaisie dont transpire la jubilation de l'auteur à mettre en scène un personnage hyper-rationnel dans un univers dénué de sens. Drôle et inquiétant, toujours réjouissant, ce roman à la trame surréaliste et kafkaïenne mais à la forme très accessible est un régal d'intelligence et d'originalité.Un bijou ! » Librairie 47 degrés Nord (Mulhouse)

L’Exception« L’auteur traite avec humour le destin de cette femme qui pensait vivre avec son mari jusqu’à la fin de ses jours et qui apprend qu’elle a été la seule femme de la vie de Floki mais parmi d’autres hommes. Le portrait d’une femme forte qui arrive à prendre son destin en main. » Marie Nawrot, librairie 47° Nord — Mulhouse  
Le Peintre d’éventail« Ce récit poétique nous entraîne vers ce Japon si harmonieux et si violent à la fois. » Marie Nawrot, librairie 47° Nord — Mulhouse  
Premières neiges sur Pondichéry« Hubert Haddad fait une fois de plus voyager son lecteur, de Jérusalem à Pondichéry cette fois-ci. Hochéa Meintzel, violoniste israélien reconnu mondialement se rend à un festival de musique en Inde du Sud. Hanté par un attentat dans sa ville d’origine il se laisse toucher par un autre pays, des rencontres, des couleurs, des odeurs…» Marie Nawrot, librairie 47° Nord — Mulhouse