PRO

La Librairie Imaginaire

La Librairie Imaginaire
4 bis, rue de la Poste
74000 Annecy
04 50 51 75 17
Voir le plansite de la librairie

Coups de cœur des libraires

La Maison aux livres

« Un bibliophile est un amateur de livres rares et précieux. Un bibliomane est un collectionneur compulsif, dont le contenu du livre importe peu. La bibliopathonomadie est l'art de l'égarement à travers les livres.

Au retour d’un voyage professionnel, un écrivain reçoit la visite d’un notaire l’informant qu’il hérite d’une bibliothèque gigantesque (environ 38000 ouvrages) d’un donateur inconnu. Lui revient le choix d’accepter ou non cette donation. Grand amateur de livres et lecteur compulsif, le narrateur va accepter de devenir le nouveau propriétaire de La maison aux livres. L’édifice tout en verre ainsi que la cabane de lecture attenante vont peu à peu retenir cet homme en son sein et il va tenter de découvrir qui en était l’heureux propriétaire. Pour cela, il va mener son enquête à l’intérieur même des ouvrages. De leur classement ingénieux : tous les livres semblent graviter autour d4un seul et même texte, aux notes manuscrites laissées par le défunt, ce voyage littéraire va couper notre homme du monde extérieur.

La maison aux livres d’Enis Batur est ce qu'on pourrait qualifier de petite pépite littéraire inclassable. Ce n’est ni un roman, ni un essai mais plutôt une ode aux livres et à la lecture dans la droite lignée de De l'égarement à travers les livres d'Eric Poindron. Outre l’amour du livre en tant qu‘objet, La maison aux livres est une déclaration d’amour au pouvoir des mots et à l’immensité des mondes qu’ils ouvrent, sans quitter son fauteuil. Alors, qu'attendez vous pour ce voyage immobile? » Librairie Imaginaire — Annecy

Le Serpent des blés

« Le Serpent des blés se lit comme un conte : une ode à la liberté » La Librairie Imaginaire 

Les Aventures d’Ibidem Serpicon

« Dans Les Aventures d’Ibidem Serpicon, il y a un peu d’Éric Chevillard, d’Edgar Hilsenrath, de Raymond Queneau, de l’OULIPO à fortiori. Un grand mélange loufoque, doux-dingue ; une prose humoristique et absurde. 
Ibidem Serpicon, comptable dans une librairie parisienne, aime à se promener lentement dans les rues de la capitale. Il apprécie prendre le bus, s’asseoir sur les bancs des squares, regarder les gens, les rencontrer, parler avec eux et se faire avoir. Naïf au grand cœur, un peu débile sur les bords, voire carrément, Ibidem est attachant et en même temps on a envie de lui botter les fesses. Ces dernières, d’ailleurs, qu’il tient en grande estime.
Dans une sorte de dialogue ininterrompu avec la voix off, sa petite voix intérieure, Ibidem discute et tente d’analyser le monde dans lequel il évolue. Pas tout à fait un roman, ces aventures seraient plutôt une succession de saynètes burlesques et attendrissantes. » Librairie Imaginaire - Annecy

Mes seuls dieux« Anjana Appachana est une fine observatrice et c’est à travers son regard tendre et souvent amer qu’elle nous raconte son pays aux mille facettes, des plus fascinantes aux plus désespérantes. Dans le détail de la vie intime de ses héroïnes, l’auteur nous invite à une superbe réflexion sur la condition féminine et surtout humaine. C’est à un voyage drôle et bouleversant qu’elle convie le lecteur et c’est pour un grand bonheur de lecture qu’on se laisse embarquer. » Catherine Mugnier, librairie Imaginaire — Annecy
Notre quelque partLe coup de cœur de Catherine Mugnier de la librairie Imaginaire d’Annecy