Marcial Gala

Marcial Gala est né à La Havane en 1965 et partage sa vie entre Buenos Aires et Cuba. Romancier, poète et architecte, il est l’indéniable héritier des grands maîtres latino-américains, lauréat du prix Alejo Carpentier (La Cathédrale des Noirs, Belleville Éditions). Appelez-moi Cassandre s’inscrit dans la lutte pour les droits des enfants et des personnes LGBTQIA+, et rend hommage au pouvoir sans limites de la littérature. Une voix au souffle exceptionnel.

 



« Il semble qu’il y ait, chez Marcial Gala, une sorte de volupté à faire tomber toute frontière géographique ou culturelle. Torrentiel il saute de Cuba aux États-Unis et à Barcelone, épousant les déplacements d’une diaspora de Noirs adeptes de sorcelleries multiples, capables d’être à la fois des criminels et de bons chrétiens. »

Gilles Costaz, Le Monde diplomatique

Marcial Gala chez Zulma

Bonus

« Par la puissance de son écriture, ce roman va bien
au-delà de l’exercice de genre autour du respect
de l’identité sexuelle, il s’enfonce profondément
dans les Ténèbres au cœur de la notion
d’universalité du mal, générique, totalitaire
et offre comme rédemption, une autre puissance,
celle de l’imagination, de la littérature. »

Dominique Aussenac, Le Matricule des anges

« Un tableau foisonnant,
à la fois fataliste et magique,
où se déploie
un langage luxuriant. »

François-Xavier Gomez, Libération

« L’une des voix les plus originales de la littérature cubaine. »

Diario Uno

« Marcial Gala rejoint la tradition
des écrivains qui savent la beauté
et le danger de la fiction,
car le salut des personnages
qu’ils ont créés, comme leur perte,
dépendent de leur soif
d’imaginaire. Éblouissant. »

The New York Times

« Je ne veux pas être Raúl, ni Nancy.
Je savais que j’allais mourir, je ne le lui ai pas dit,
à quoi bon ? Il valait mieux lui laisser ses illusions,
et qu’il croie que notre amitié avait un avenir.
Je ne veux pas être Raúl, ça, je l’ai toujours su,
dès mon plus jeune âge je l’ai su.
Je ne suis pas Raúl parce que je suis Cassandre
et que le sang de Priam coule dans mes veines.
Les dieux me l’ont dit. »

Marcial Gala, Appelez-moi Cassandre

Lire un extrait du roman

Le mythe de Cassandre réinterprété dans un roman engagé !