éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuapuléeIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer


Pascal Garnier


Figure marquante de la littérature française contemporaine, Pascal Garnier (1949-2010) avait élu domicile dans un petit village en Ardèche pour se consacrer à l’écriture et à la peinture.

Romancier d’atmosphère alliant poésie subtile et technique à la Simenon, Pascal Garnier excelle dans l’art du détail juste, du portrait en taille-douce et du dialogue plus vrai que nature – avec un humour ravageur. Simple et authentiquement irremplaçable.

 

Pascal Garnier a reçu le Prix de l’Humour noir pour Flux, et le Grand Prix de la SGDL pour Chambre 12. Zulma a publié treize de ses romans, dont la Théorie du panda ou Lune captive dans un œil mort, traduits dans une dizaine de langues.

Revue Brèves - numéro spécial Pascal Garnier
Un maître du roman noir
Pascal Garnier par lui-même
Coups de coeurs des libraires

Les Insulaires et autres romans (noirs)
Librairie - café Soif de lire
« Voici trois chefs-d’œuvre d’humour noir aux rebondissements rocambolesques. On y retrouve tout l’univers de Pascal Garnier, à la fois tendre et cruel, habité de personnages dont le quotidien dérape en aventures qu’on trouve, d’ordinaire, à la page des faits divers.
Dans La Place du mort, un homme tranquille se découvre veuf… et trompé. Les Insulaires conte les retrouvailles hasardeuses de deux amants, coupables d’une folie homicide. Et dans Trop près du bord, on s’attache à Éliette, veuve sexagénaire isolée dans sa villa ardéchoise, qui s’acoquine bien malgré elle avec un petit truand frais sorti de prison.
Mais on n’a rien dit de l’art de Pascal Garnier si on oublie l’écriture, étonnamment visuelle, cousue de mots d’esprit et de croquis à main levée : le monde qui nous entoure est le plus mal connu, Garnier nous en restitue le fond humain d’une plume admirable.
[...] Un grand écrivain, méconnu, et dont les romans exploraient l’univers des petites gens. »




Lune captive dans un œil mort
Les Guetteurs de Vent
« Satire du monde sécuritaire, ce roman ne vous fera pas regretter votre séjour aux Conviviales.
Détente et humour garantis. »




Lune captive dans un œil mort
Librairie Ombres Blanches
Lune captive dans un oeil mort fait partie de la sélection de la librairie pour janvier 2009.




Le Grand Loin
Librairie M’Lire
« Après La Théorie du panda et Lune captive dans un œil mort, Pascal Garnier nous ravit encore une fois par son style féroce et son humour décapant ! Il va loin, très loin... pour notre plus grand plaisir !! »

Delphine




Lune captive dans un œil mort
Librairie Prado Paradis
Lu et conseillé par Dominique Paschal.




Cartons
Livres in room
Le coup de cœur de Catherine Le Duff.




Les Hauts du Bas
Librairie Livre Sterling
Lu et conseillé par Emmanuel Delhomme.




L'A26
Librairie Vandromme
« Un roman très noir, d’un pessimisme total sur un monde étréci au trou de la serrure, porteur de la folie ordinaire des petites gens glissant vers l’enfer avec émotion et non sans humour. »

Clo Brion




Cartons
Librairie Trait d'union
Le coup de cœur de Bénédicte Deprez.




Cartons
Le Monte-en-l’air
« C'est un livre facile à lire, fluide avec ce fil fragile sur lequel on sent les personnages comme si tout pouvait basculer d'un moment à l'autre. Merci ! »




La Théorie du panda
L'Arbre à Lettres Bastille
« Dans un village breton débarque Gabriel, un homme mystérieux, réservé sur son passé, mais extrêmement serviable et attentif à chaque habitant. Seulement, les apparences sont trompeuses. »

Gazette – sélection des librairies L’Arbre à Lettres, n° 7, été 2008




La Théorie du panda
Librairie Vivement Dimanche
« Une écriture fluide et légère au service d'un drame actuel. »




Cartons
Charlemagne - Toulon
« Une nouvelle fois Pascal Garnier vient nous surprendre avec un récit de déménagement où l'indicible mystère d'un probable drame à venir se glisse dans les méandres du quotidien. Sans nouvelles de son épouse, notre héros se laisse gagner par le désespoir, s'enlise tout doucement dans les sables mouvants de son garage... Un humour tendre et abrasif allié à un style subtil et poétique toujours juste, enlumine et illumine ce dernier opus. Cartons est un livre parfait pour (re)découvrir ce discret poète des calmes plats et des tempêtes de l'âme. »

Philippe Mériotte




Lune captive dans un œil mort
Fontaine - Victor Hugo
« Les Conviviales est le nom d’une résidence de rêve pour retraités, dans le sud de la France. Sécurité maximum assurée par M. Flesh en personne. Il y a Martial et Odette, Marlène, Maxime, Léa, et Nadine l’animatrice. Tout ce petit monde vit dans un huis clos qui semble bien lisse, jusqu’à cette nuit fatale…
Un petit roman noir, grinçant et surtout réjouissant. »

Florence Petitpierre




Lune captive dans un œil mort
Librairie - café Soif de lire
« On leur a vendu une fin de vie idéale au soleil : des maisons confortables dans une résidence sécurisée, avec gardien, dans le sud de la France... le bonheur quoi ! Avec l’humour noir qui le caractérise, Pascal Garnier dépeint une forme de huis clos, une mini-société qui cherche à se convaincre qu’elle a ce qu'elle voulait et qu’on lui a promis. Mais l’image d’Épinal du paradis sur catalogue se transforme en enfer… Un livre drôle et grinçant, touchant souvent, une sorte de "desperate housewives" chez les seniors. »

Jennifer Le Morvan




Cartons
Librairie - café Soif de lire
« Si vous aimez l'âpreté, l'acidité, la poésie et la mélancolie qui teintent tous les romans de Pascal Garnier, vous adorerez "Cartons"; roman inédit, roman posthume qui commence par quelques cartons ... de déménagement. Brice la cinquantaine quitte son appartement de Lyon pour une batisse dans le village de Saint Joseph. Sa femme, journaliste, est en reportage en Egypte et c'est tout seul qu'il affrontera cette difficile épreuve. En attendant son retour, il vivra en ermite dans le garage, éventrant de temps à autre un carton pour trouver un ustensile ou un habit ... Blanche, une femme étrange, éthérée, va s'immiscer dans la vie de Brice, dans ses doutes, dans ses cartons... Un roman d'atmosphere, d'abord obsédant et inquiétant qui se termine en roman noir et qu'on ne lache qu'une fois la denière page tournée ! »

Jennifer Le Morvan




La Théorie du panda
Librairie Le Bel Aujourd'hui
Le coup de cœur d'Odile Riot.




Lune captive dans un œil mort
Soleil Vert
« Un petit bijou ! Je découvre sur le tard cet auteur avec ce court roman noir, perle si l'en est, qui nous entraîne dans un huis-clos qui pourrait presque nous faire rire si le drame latent n'était pas aussi perceptible. Avec une grande finesse, Pascal Garnier évoque la vie des seniors, la vieillesse, la solitude, la frustration, la sénilité imminente, l'illusion d'une troisième vie dorée dans ce qui pourrait n'être que leur dernière demeure sur terre. Au travers de sept personnages : deux couples, une femme seule, une animatrice fumeuse de haschich et un cerbère en guise de gardien et d'homme à tout faire, c'est toute la psychologie de l'humanité qui est concentrée dans ce microcosme à priori idyllique mais qui ne saurait tarder à exploser. »




Le Grand Loin
Les Traversées
« Un road-movie burlesque à l’humour noir corrosif. »




Le Grand Loin
Librairie Comme un roman
« Un road movie dans lequel se côtoient pour notre plus grand plaisir le grotesque et l'étrange !
Des personnages attachants, monstrueux et fragiles nous entraînent dans une aventure proche de l'hallucination. Servi par de savoureux dialogues, ce roman au ton faussement naïf mêle la tendresse à l'absurde. Une belle alchimie ! »

Maude Mihami




Cartons
Librairie Calligrammes
« Un condensé posthume de toute la noirceur qui caractérise l'oeuvre du très talentueux Pascal Garnier. Un ultime bijou, à lire près du coeur. »

Jacky Flenoir




Lune captive dans un œil mort
Librairie Mots et Compagnie
« Une fable drôle et grinçante sur l’intolérance. Une mise en évidence que l’insécurité est souvent une vision de l’esprit savamment entretenue. »




Lune captive dans un œil mort
Librairie des Danaïdes
« Pascal Garnier, comme à l’ordinaire, nous amène, l’air de rien, dans un quotidien pas très ordinaire. »

Bénédicte




Les Insulaires et autres romans (noirs)
Interlignes
« Dans le style de Simenon avec quelque chose de certains Boileau-Narcejac, des situations anodines pouvant survenir à tout un chacun, personnages bien campés dans le réel et finement étudiés, de ces situations quasi quotidiennes mais qui virent de manière inattendue. Du roman noir, bien noir. »

Marie-Hélène et Frédéric




Lune captive dans un œil mort
Librairie Vivement Dimanche
« Un petit monde, des personnages parfaitement croqués qui nous amusent autant qu'ils nous plongent dans l'effroi. »




Cartons
Librairie Un ange passe
Coup de cœur de Serge Bessière




Cartons
Librairie Tournez la Page
« C'est le jour du déménagement de Brice, dont la femme est absente et qui doit assumer tout seul ce moment de stress. Pire il part à la campagne dans une maison pour laquelle elle avait eu le coup de foudre, perdant ainsi tous ses repères. Les cartons sont envahissants, au départ comme à l'arrivée, et la solution de les faire déposer dans le garage va peut-être s'éterniser !
Pascal Garnier nous emporte dans un tourbillon fascinant, sorte de maelström infernal où les cartons symbolisent une vie entre deux vies ! L'écriture est implacable, d'un humour qui frôle le cynisme et c'est halluciné que le lecteur se laisse emporté dans cette dégringolade. »

Hélène Camus




Comment va la douleur ?
La femme renard
« Un roman d’atmosphère insolite, parfaitement construit et écrit, où le cynisme désenchanté côtoie des élans de tendresse, où l’humour gris est toujours présent, où l’on ressent du vague à l’homme. »




Cartons
Le Coin des livres
« J'ai pris beaucoup de plaisir à le lire, l'écriture de Pascal Garnier étant toujours aussi agréable. Ce livre, étrange et envoûtant comme ses personnages, est très émouvant. »

Françoise Gaucher




La Solution Esquimau
Librairie - café Soif de lire
« On peut faire confiance à l'humour noir redoutable de Pascal Garnier [...]. Jubilatoire ! »




Cartons
Folies d'encre
« Tout commence par un déménagement… Brice, illustrateur pour enfants emménage dans l’immense bâtisse qu’il a achetée avec sa femme, dans un tout petit village peuplé seulement de quelques âmes, comment dire… étranges. Pour apprivoiser sa nouvelle demeure, ses nouveaux voisins, sa nouvelle vie, Brice va basculer dans une toute aussi étrange dimension… Pascal Garnier invente un univers sensible tout particulier et « emballe » son lecteur avec autant de savoir faire qu’un « déménageur breton », des personnages fascinants, un texte troublant… »

Stéphanie




Lune captive dans un œil mort
Librairie Sauramps
Lune captive dans un œil mort figure dans la sélection de la librairie Sauramps.




Cartons
Librairie Le Divan
Coup de cœur à la librairie




La Théorie du panda
Librairie Vandromme
« Pascal Garnier c’est un style, jubilatoire, de l’humour noir entre les mots, des métaphores qui sonnent juste : "Sa main dans celle de Gabriel pèse un bifteck de trois cent grammes…". […] Noir, comme un conte moderne, la dernière phrase reprenant la première, "c’est un quai de gare désert…" concentrique, sur une parenthèse de la vie adoucie par la rassurante présence d’une grosse peluche en forme de panda. »

Clo Brion




Nul n’est à l’abri du succès
Librairie Un ange passe
Coup de cœur de Serge Bessière




Cartons
Librairie Bisey
Le coup de cœur de Luc.




La Théorie du panda
Rêves de Mots
Le coup de cœur d'Eric Berginiat.




Lune captive dans un œil mort
Les Lettres Constellées
« Des personnages pathétiques, voire cocasses, des situations tragi-comiques et surtout l’écriture de Pascal Garnier font de ce livre un pur moment de bonheur.
N’hésitez pas si vous aimez l’humour noir…
JOUISSIF ! »

Stéphanie




Cartons
Les Gourmands lisent
Le coup de cœur de Julie Létoublon.




Cartons
Librairie Vandromme
« Cela commence par un déménagement et de ces professionnels, taillés en armoire normande, prêts à charger une vie du quotidien, entassée dans des cartons, vers la nouvelle maison. Un coup de cœur de Brice et d'Emma. Tiens, changer de cap, vivre à la campagne...
Avec ce roman, Pascal Garnier et son art de frapper les mots d'humour noir, nous conduit dans les travers de l'humain, presque banal mais là où ça fait mal, là où un homme esseulé, déboussolé peut se retrancher dans un garage, au milieu de cartons scrupuleusement étiquetés, dans un village embourbé de sordides secrets et le déni d'une douloureuse réalité dont le carton n'est qu'un illusoire emballage. Un roman qui déménage, fort. Oui, du grand art. »

Clo Brion




Lune captive dans un œil mort
Librairie L'ImagiGraphe
Lu et conseillé par Isabelle Leclerc.




Le Grand Loin
Librairie Vivement Dimanche
« Avec férocité, avec fragilité aussi, les personnages de Pascal Garnier s’accrochent à leurs rêves naïfs ou dérisoires, en éclopés de la solitude fuyant le réel pour davantage s’y perdre. Ange du mal déguisé en cordon bleu ou en tueur à gages flapi, ce sont décidément des gens comme vous et moi, des monstres candides en proie à leur plus chère folie. »




Les Insulaires et autres romans (noirs)
Calligrammes
Lu et conseillé par Magali Bancherelle




Cartons
Librairie Guillemot
Le coup de cœur de Marie-Laure Le Marc.




Le Grand Loin
Librairie Prado Paradis
Lu et conseillé par Dominique Paschal.




Cartons
Les Oiseaux rares
Le coup de cœur de Fabienne Olive.




Cartons
La Maison jaune
Le coup de cœur de Sylvie Ramon.




La Théorie du panda
Librairie Lucioles
« Une grande force se dégage de ce style épuré, de ces dialogues ciselés. Si bien que, lorsque l’aura de Gabriel commence à se brouiller, un léger malaise s’insinue pour peu à peu envahir tout le récit. L’ange ne cacherait-il pas un visage démoniaque ? Une figure vampirique se nourrissant du malheur d’autrui ?
Mais comme toujours chez Pascal Garnier, le Bien et le Mal ne sont que les deux facettes d’une seule et même pièce qui tournoie sans cesse. La violence est celle d’un ange déchu à qui la solitude et la culpabilité ont coupé les ailes. »

Renaud Junillon




Nul n’est à l’abri du succès
Librairie du Théâtre Zannini
« Encore une fois, Pascal Garnier m'a enchantée : j'ai ri, souri, rêvé, été subjuguée par sa verve, la pertinence d'analyse de ses personnages, leur vivacité, les rebondissements de son histoire. Quel bonheur de le lire ! Un dimanche pluvieux se transforme en dimanche heureux ! » Lydie Zannini




Cartons
Le Matoulu
« Un roman original et captivant ! »

Lyse Cordaux




Lune captive dans un œil mort
Librairie Coiffard
Lu et conseillé par Véronique Marchand.




La Théorie du panda
Librairie les Cahiers de Lamartine
«Merci mille fois de nous avoir fait découvrir ce petit bijou qu'est La théorie du Panda ! »




Lune captive dans un œil mort
Librairie Obliques
« Avec l’humour noir qui le caractérise, Pascal Garnier dépeint cette forme de huis clos, cette mini-société qui cherche à se convaincre qu’elle a ce qu’on lui a promis et ce qu’elle voulait.
Mais l’image d’Épinal du paradis sur catalogue se transforme souvent en enfer… Un livre drôle et grinçant, touchant souvent, et qui peint avec acuité notre société qui croit que le bonheur s’achète. »

George Bassan




Cartons
Librairie Saint-Pierre
« J’ai été séduite par ce roman fort, magnifique. Ma première approche vers Pascal Garnier me laisse sur un sentiment profondément émouvant. La vie simple d’un être en détresse me touche beaucoup. J’aime l’écriture fluide, poétique et colorée de l’auteur. »

Simone Roche




Lune captive dans un œil mort
Librairie La Muse Agitée
« L’ironie est parfois tendre, la logique du récit juste et le suspens garanti.
On sourit à cette fable maligne et parfois pathétique.
Ces retraités qui rêvent d’un monde aseptisé et dégagé de toute menace, qui veulent couler des jours paisibles dans un paradis de pacotille ont emporté avec eux leurs blessures, leurs fantasmes et leurs mensonges. Humains trompés par la grande braderie de la béatitude, et qui se réveilleront sous le regard de la lune au beau milieu d’un pugilat jubilatoire pour le lecteur !
Drôle et caustique. »




La Théorie du panda
Librairie Sauramps
« Gabriel est un drôle de type, sans attache apparente, comme échoué dans ce petit bled de Bretagne où, très vite, il sympathise avec tout le monde : le patron du bar, la belle femme de l’hôtel dans lequel il a posé ses valises, une jeune paumée à moitié pute que son petit ami mène par le bout du nez.
Pascal Garnier est un drôle d’écrivain, une nouvelle fois attaché à nous raconter ces vies minuscules dans un style inimitable, mélange de sarcasme, de pure affection, d’humour pince-sans-rire et de violence désabusée. Pour la énième fois, réaffirmons-le ici très fort : il s’agit là d’un de nos plus grands écrivains de roman noir.
Ne passez pas à côté. »

François Huet




Lune captive dans un œil mort
La Librairie des Halles
Lune captive dans un oeil mort fait partie de la sélection de la librairie.




La Théorie du panda
Librairie Accrolivres
« Un petit livre cocasse qui allie merveilleusement l’alchimie de la tendresse et de l’humour noir. Un joli livre. »

Fabien Leroy




La Théorie du panda
Les Traversées
« Dans un village breton débarque Gabriel, un homme mystérieux, réservé sur son passé, mais extrêmement serviable et attentif à chaque habitant. Seulement, les apparences sont trompeuses. »

Gazette – sélection des librairies L’Arbre à Lettres, n° 7, été 2008




Lune captive dans un œil mort
La Page
« Un huis clos délicieusement cynique qui ravira les amateurs de romans noirs. »




Lune captive dans un œil mort
Librairie Le Cyprès
« Pascal Garnier choisit le décor d’une résidence ultramoderne destinée à des seniors argentés pour se livrer à un jeu de massacre d’une vigueur peu commune. Une fable grinçante et virtuose qui nous a glacé le sang.
[…] L’auteur ne cherche pas à se moquer ou à caricaturer ces personnages angoissés, en quête de sécurité, il nous en parle au contraire avec une tendresse et une empathie bouleversantes. Ce sont des Robinson, finalement si seuls, dans ce décor de cauchemar. Après cette lecture, on rêve de métissage, d’espaces ouverts, de partage, merci ! »

Wilfried Séjeau




La Théorie du panda
Librairie Calligrammes
« Il cite Pessoa pour se justifier : "J’écris parce que la littérature est bien la preuve que la vie ne suffit pas." C’est sans doute pour cela, pour cette détresse mi-avouée, que ses personnages nous sont si proches. Une réceptionniste d’hôtel, deux junkies au bout du rouleau et le patron, dont l’épouse est à l’hôpital… Au fond de la Bretagne, Gabriel et ses talents de cuisiniers tissent des liens très forts avec eux. Nous aussi. »




Lune captive dans un œil mort
Librairie Vandromme
« Dénichant les petits travers de chacun et ramenant en surface les secrets enfouis, Pascal Garnier nous renvoie l’image peu reluisante d’une société sécuritaire, sous forme de fable écrite à l’humour noir. Un vrai régal. »
Clo Brion






Lune captive dans un œil mort
Librairie Sauramps en Cévennes
Lu et conseillé par Jean-Pierre Agasse.




Le Grand Loin
Librairie - café Soif de lire
« Amateurs(trices) de Pascal Garnier, ne PAS s'abstenir< !!!! Un homme placide et effacé va kidnapper sa fille dans l'asile psychiatrique où elle est enfermée. C'est le début d'un road movie pour deux êtres solitaires, enfermés dans leurs psychoses et qui se découvrent... Grâce à sa plume grinçante et acérée, Pascal Garnier dépeint avec grâce les êtres "cabossés par la vie". »
Jennifer Le Morvan




Lune captive dans un œil mort
Librairie Vaux Livres
« Pascal Garnier excelle pour installer des ambiances harmonieuses, sereines, qu’un grain de sable viendra tragiquement enrayer et faire basculer dans le noir et le tragique. »




Le Grand Loin
Librairie Vandromme
« S'embarquer dans le nouveau roman de Pascal Garnier en compagnie de Marc à l'ordinaire un peu fatigué, de sa fille Anne, pas toute seule à penser dans sa tête et du gros chat chaud et mou Boudu, est un voyage aux frontières du grand Loin, souvent border-line, bouillonnant et parfois si proche de nous.
Sous le regard impassible du matou, l'escapade devient fuite. Du quotidien pour l'un, de l'asile pour l'autre et cette décoiffante cavale à la poursuite d'un meilleur ailleurs dans un camping car autant déglingué que ses occupants finira dans une apothéose violacée. Jubilatoire ! »

Clo Brion




Cartons
Librairie Vaux Livres
« Comme souvent dans les romans de Pascal Garnier, le rythme s’accélère, les failles s’accroissent et se dévoilent. Le roman noir et le drame prennent leur ampleur agrémentés d’un humour désespéré. Ce dernier roman posthume vivement conseillé ne restera pas dans les cartons. "Oui, il y a bien une vie après la mort... celle des autres, bien entendu" sans oublier celles des livres. »




Lune captive dans un œil mort
Librairie Gwalarn
« Humour et finesse pour un huis clos bien noir. Qui a dit que la retraite ce sont des vacances paisibles ? »




Le Grand Loin
Librairie Pantoute
« Encore une fois, Pascal Garnier réussi son pari de nous surprendre, il nous laisse désarmés face aux mésaventures de ses personnages. Un père vieillissant, pris d’une envie folle de liberté et d’horizons lointains, embarque sa fille, placée en hôpital psychiatrique depuis de nombreuses années, pour un périple des plus singuliers. A la place d’un road movie endiablé, on retrouve les craintes et faiblesses de ces deux êtres aussi instables et maladroits l’un que l’autre. Loin d’être un roman sur la relation père-fille, c’est plus une image saisissante de réalisme sur le besoin d’ailleurs de l’Homme. Pascal Garnier nous a quitté début mars 2010 pour un autre ailleurs, il nous restera de cet auteur atypique ses œuvres emplies de personnages attachants. »

Tania Massault




La Théorie du panda
Librairie La Griffe Noire
« Un raconteur d’histoires extraordinaire. Histoire originale, psychologie parfaite, c’est un des petits joyaux de la littérature française de ces dernières années et un de nos chouchous. Précipitez-vous ! »

Gérard Collard




Lune captive dans un œil mort
Librairie Le Scribe
Lu et conseillé par Jacques Griffault.




Le Grand Loin
Librairie Millepages
« C’est bizarre la vie, parfois. Il suffit un jour de ne pas se sentir à sa place - lors d’un dîner ennuyeux par exemple - pour avoir envie de prendre la tangente, d’aller le plus loin possible de tout.
Marc, la soixantaine désabusée et Anne, sa fille déséquilibrée vont fuir ensemble sans but, histoire de, en quête d’un dénouement dérangeant, d’un choc frontal avec la folie.
Avec ce road movie aussi drolatique que désespéré, Pascal Garnier réaffirme avec l’entrain carnassier qui est sa marque qu’il est un écrivain libre comme l’air, pour ne pas dire libertaire. Le fait que Le Grand Loin soit dédicacé à la mémoire de la chanson Samuel Hall du trop tôt disparu Alain Bashung n’est pas un hasard... Oooh, non. »

Pascal Thuot




Comment va la douleur ?
Librairie Atout Livre
« Un petit chef-d’œuvre d’humour noir ! »

Florence Lorrain




Nul n’est à l’abri du succès
Librairie Vandromme
« Jeff est un modeste écrivain et un homme tout simplement qui a raté son fils, la mère de son fils et sa compagne. La vie, quoi. Puis arrive le succès, sous la forme d'un prestigieux prix littéraire. La vie change, pas le bonhomme, pris dans un tourbillon auquel il n'est pas préparé. Fuite vers un ailleurs délirant aux côtés de son fils, comme pour retrouver la jeunesse perdue. Un Garnier jubilatoire, plein d'humour, de poésie et d'une noirceur désenchantée. La vie quoi ! »

Clo Brion




Lune captive dans un œil mort
Librairie L'Esprit large
« Comme souvent chez Pascal Garnier, le roman est construit par crescendo. Le huis-clos devient explosif. À force d’être tenu à l’écart, le monde extérieur finit par terroriser nos résidents. Chacun perd peu à peu son sang-froid… »

Nadine Dumas




Comment va la douleur ?
Librairie La Galerne
« Il est rigolo ce livre au titre plombant. Sont rigolos ces personnages caricaturaux avec un flingue vite sorti, dans des situations qu’on imagine au ciné. Est rigolo comme la littérature peut transformer un rien en histoire. Quand Queneau et Simenon font du stylo, lequel tombe à l’eau ? L’émotion qui vient et qu’on n’imaginait pas transforme cette surprise en un beau présent. »

Olivier




Cartons
Librairie Odessa
« Pascal Garnier aime les personnages modestes, ceux qu'on croise au café du coin. Ses héros sont plutôt des cabossés de l'existence, basculant parfois dans le crime ou dérapant dans la folie. (...) Obsédé par l'enfermement, écorché vif, passant de l'ironie à l'émotion, Pascal Garnier est un grand styliste. »




Lune captive dans un œil mort
À livre ouvert
« Martial et Odette quittent le nord de la France pour acquérir une petite maison dans une résidence privée toute neuve Les conviviales, destinée aux retraités. Elle doit leur assurer le confort, la sécurité et l'animation afin de passer une retraite dorée au soleil. Ils sont les premiers acquéreurs, arrivent ensuite Maxime et Marlène puis Léa. M. Flesh s'occupe de l'entretien du complexe et de sa surveillance, Nadine de l'animation du Club House... Après les apéros d'usage, les bains dans la piscine et autres bronzages ou visites, l'ambiance va peu à peu se détériorer.
Pascal Garnier confirme son talent dans ce roman très maîtrisé tant dans sa construction que dans son écriture. Il distille la tension, crée un suspense effrayant, des effets de surprise jusqu'au climax digne d'un grand roman policier. »




Lune captive dans un œil mort
Librairie L'Echappée Belle
« Chronique cynique de tranches de vies au pays du tout sécuritaire... Habitué du roman noir, Pascal Garnier nous offre ici la chronique cynique de tranches de vies au pays du tout sécuritaire.
« Les conviviales », résidence pour retraités aisés ou tout est prévu pour ne plus être confronté aux aléas du réel ; maisons identiques, aseptisées ou les souvenirs n’ont pas leur place, caméras de surveillances, gardien cerbère, piscine, club house, animatrice culturelle...
Huis clos oppressant entre les seuls occupants de ce « paradis », ou derrière la bonhomie des relations de bon voisinage, les apéros et autres visites culturelles se trame, insidieusement la peur de l’autre, l’autre que l’on jalouse, envie, que l’on soupçonne ou cherche à séduire.
Toute la palette des sentiments humains est ici passée en revue, sans fard ni faux semblants, réinventer sa vie, l’enjoliver, jusqu’ou peut-on faire fi de son passé ?
Derrière cette ambiance club de vacances, apparaît en filigrane le douloureux constat que pour vivre avec les autres, il faut avant tout les accepter, serait-il exacerbé par cette sensation d’enfermement derrière laquelle on sent poindre l’impossibilité de totalement se réinventer.
Amnésie volontaire ou résignation, fascination du pire ou vrai folie, tous ont des secrets, que sont-ils prêt à faire pour les protéger ? »




Lune captive dans un œil mort
Graffiti
« Pascal Garnier décrit avec finesse et humour une génération qui voudrait s’offrir le bonheur en prime ! »




Les Insulaires et autres romans (noirs)
Librairie Pantoute
« Les œuvres de Pascal Garnier s'apprécient comme du bon vin. Zulma réédite pour les amateurs une compilation de trois de ses histoires. Celles-ci sont excellentes et du plus pur style roman noir. L'auteur a l'art de dépeindre des personnages attachants emplis de réalisme, ce qui est effrayant quand l'on voit jusqu'où ils peuvent sombrer à cause d'un malheureux concours de circonstances.
Dans La place du mort, un homme se retrouve du jour au lendemain veuf et cocu, et développe une obsession pour la conjointe de l'amant de sa femme. Expliqué en ces termes cela peut paraître abracadabrant mais la particularité de Pascal Garnier est justement son aisance à créer, à partir de situations anodines, des imbroglios dignes des meilleurs scénaristes. Ce premier roman est absolument décapant et bourré d'humour.
Pour Les Insulaires, c'est l'histoire d'un homme qui en venant enterrer sa mère, tombe sur son amour d'adolescent. Cette dernière, disponible, est prête à tout pour leur reconstruire une histoire malgré les casseroles qu'ils traînent.
Enfin, Trop près du bord raconte comment une sympathique retraitée peut sortir de son rôle de femme parfaite pour l'amour d'un homme rencontré depuis seulement quelques jours.
Ces trois romans sont vifs, se dévorent à toute vitesse et laissent à chaque fois sur le carreau. A découvrir et à déguster. »

Tania Massault




La Théorie du panda
Librairie Atout Livre
« On retrouve la fine écriture de Pascal Garnier, son humour déroutant, son art du dialogue, son empathie pour ses personnages, tout ce qui fait que la parution de chaque nouveau livre est une fête. La Théorie du Panda confirme, si besoin était, son immense talent, écrit très justement son éditrice Laure Leroy. Rappelons que Pascal Garnier fut récompensé par le Grand prix de l’humour noir en 2006 pour Flux (Zulma). Mais laissons lui les mots de la fin avec un court extrait de La Théorie du Panda : "— Qu’est-ce que vous allez faire à présent que vous êtes riche ? — M’emmerder comme un riche. Comme un pauvre j’ai déjà donné." »

Florence Lorrain




Comment va la douleur ?
Librairie Le Chat Pitre
Comment va la douleur ? figure dans la sélection du bulletin Le Chat Malo publié par la librairie.




Lune captive dans un œil mort
Librairie Contact
Lu et conseillé par Marie-Paule Bonnaud.




Cartons
Librairie du Théâtre Zannini
« Ce très beau petit livre « est un de ces chefs-d’œuvre sur le pouce dont Pascal Garnier possédait à merveille la recette ... » Comment en parler ? On peut envisager de citer quelques lignes, phrases ou passages qui nous ont touchés, sauf qu'il faudrait citer tout le roman tant il est bercé de poésie, d'ironie douce-amère, et de ces talentueuses trouvailles qui font que vous ne le lâchez plus, que vous êtes pris dans la toile tantôt gluante tantôt duveteuse que le romancier tisse autour de vous, lecteur captif... »

Myriam Peyraud




Le Grand Loin
Librairie Le Scribe
Lu et conseillé par Jacques Griffault.




Le Grand Loin
Librairie Gwalarn
« Un peu acide, toujours incisif, plus noir que jamais, le dernier roman de Pascal Garnier est saisissant. En un rien de temps, le décor est planté. On s'y sent à l'aise (ou pas), et puis vlan ! tout s'écroule. Un détail, une pensée, un geste, rien ne nous est épargné. Implacablement, les protagonistes n'en finissent pas de surprendre. Paumé, frappés, incontrôlables, désespérément humains. Comme toujours dans les romans de Pascal Garnier, la tension monte vite et nos nerfs s'en amusent, jusqu'à quel point ? Candeur et folie s'entortillent. Magistralement irrévérencieux envers le genre humain, Pascal Garnier est de nouveau là pour nous clouer le bec. » Emmanuelle George




La Théorie du panda
L'Arbre à Lettres Denfert
« Dans un village breton débarque Gabriel, un homme mystérieux, réservé sur son passé, mais extrêmement serviable et attentif à chaque habitant. Seulement, les apparences sont trompeuses. »

Gazette – sélection des librairies L’Arbre à Lettres, n° 7, été 2008




Les Insulaires et autres romans (noirs)
Librairie Mary
« Voici la ré-édition de trois romans noirs sublimés par les éditions Zulma dans une présentation à l'habituelle superbe, de P. Garnier le "styliste du détail juste". Des collisions de vies simples, des formules évidentes et pourtant jamais vues, de l'humour ciselé, parfois mordant, souvent coupant, voilà le programme. Ici, pas de détails du quotidien avant de plonger dans la noirceur, à la Douglas Kennedy, non, ici la noirceur embaume le quotidien d'un piment doux-amer et le tout est sculpté comme un Rodin. Certains des textes délivrent d'autre part une langueur idéale pour une lecture au soleil. »

Frédéric Hélary




Lune captive dans un œil mort
Le Comptoir des mots
Lu et conseillé par Nathalie Lacroix.




Cartons
Pages après Pages
Le coup de cœur de Béatrice Putégnat.




Le Grand Loin
Librairie Le Cadran lunaire
Lu et conseillé par Jean-Marc Brunier.




Lune captive dans un œil mort
Librairie du Théâtre Zannini
Lu et conseillé par Lydie Zannini.




Le Grand Loin
Librairie Mots et Compagnie
« Un roman noir, loufoque et désopilant. Une fin diabolique !
J’ai adoré, je vous le recommande. »




L'A26
Folies d’encre
Le coup de cœur de Jacques-Etienne Ully.




Le Grand Loin
Librairie Liragif
« Marc, la soixantaine, confortablement assis dans sa vie bien rangée, est subitement sujet à des troubles volontaires du comportement (regarder le tapis du salon à la loupe, parler fort à table lors d'un dîner mondain...) dont il ne peut pas discuter avec sa compagne si bien installée dans leur joli cocon. Il décide alors de fuir avec sa fille internée depuis de longues années dans un hôpital psychiatrique. La suite est du pur Pascal Garnier, délicieusement sordide, socialement incorrect. Les codes de notre société voltigent, la normalité n'est plus là où on l'attend. L'auteur nous dérange et nous secoue dans tous les sens. Les phrases sont courtes, incisives. Bien qu'il s'agisse d'un livre court, nous avons le temps de penser mille fois qu'il ne va pas oser et il ose et nous rions jaune...
Ceux qui aiment Garnier ne seront pas déçus, les autres, je leur conseille d'essayer... »




Le Grand Loin
Librairie Lettre et Merveilles
Lu et conseillé par Mélanie Le Loupp.




Nul n’est à l’abri du succès
L'Esperluète
« Un petit chef-d’œuvre d’humour noir bondissant, marqué au coin si singulier de Pascal Garnier, à la fois tendre et cruel – démesurément humain. »

Olivier L'Hostis




La Théorie du panda
Librairie M’Lire
« Un style épuré, des dialogues ciselés, voilà la recette extraordinaire de Pascal Garnier pour jeter aux yeux du lecteur les vérités les plus sordides de l’espèce humaine. Un roman qui m’a surprise, m’a dérangée et pourtant une petite perle de ce début d’année. »

Delphine




Lune captive dans un œil mort
Librairie du Rond Point
Lu et conseillé par A. Andruszkow.




Lune captive dans un œil mort
Librairie Agora
Lune captive dans un œil mort figure dans la sélection "Littérature française" de la librairie.




La Théorie du panda
La Colline aux livres
« Avec son sens de la formule vitriolée, Pascal Garnier nous livre un conte noir, délavé, implacable. Nous sommes sur son grill et il nous retourne d'une face sur l'autre jusqu'au dernier mot de la dernière page. »

Stéphane




Le Grand Loin
Librairie Martin-Delbert
Le coup de cœur de Christine Salazar.




La Théorie du panda
Folies d'encre
Le coup de cœur de Sylvie Gomez.




La Théorie du panda
Librairie Apostrophe
Le coup de cœur de Maïté et James Hugueny.




Le Grand Loin
Librairie Le Monde d'Arthur
« Crime, folie, humour noir sont au rendez-vous dans ce roman où les personnages sont décrits avec tendresse.
À lire pour le plaisir. »




Cartons
La Parenthèse
Le coup de cœur de la librairie.




Cartons
Librairie Lettre et Merveilles
Le coup de cœur de Mélanie Le Loupp.




Cartons
Librairie L'Esprit large
« Un roman noir, très noir, où le souffle d'espoir qui apparaît est anéanti par la folie et l'amour. Le roman débute sur le déménagement de Brice, la cinquantaine, usé par la vie, qui doit quitter son appartement lyonnais pour une grande maison à la campagne. Son épouse, journaliste, est quelque part en Egypte. Pascal Garnier était le maître de ce genre à mi chemin entre le roman noir et le roman sentimental ou humain, selon l'humeur. »




Comment va la douleur ?
Librairie Le Scribe
« Un roman d’atmosphère insolite, parfaitement construit et écrit, où le cynisme désenchanté côtoie des élans de tendresse, où l’humour gris est toujours présent, où l’on ressent du vague à l’homme. »

Jacques Griffault




Lune captive dans un œil mort
Librairie Page et Plume
Lune captive dans un œil mort figure parmi la sélection de la librairie.




La Théorie du panda
Librairie Tournez la Page
« C'est un roman malicieux, tendre parfois, à coup sûr désenchanté. »

Hélène Camus




La Théorie du panda
Librairie L'Esprit large
« Nous sommes sous le charme de ce roman et de ce personnage qui vient en aide aux gens qu’il rencontre sans poser de question. Gabriel s’installe dans un hôtel d’une petite ville de Bretagne. On se sait rien de lui. Il erre dans la ville et atterrit au Faro, petit bar où le patron semble un peu perdu sans sa femme, hospitalisée. Un roman plein d’émotions et de tendresse. »

Nadine Dumas




Le Grand Loin
Baz'Art des Mots
Le coup de cœur de la librairie.




Comment va la douleur ?
Librairie Vivement Dimanche
« Bernard, doux et naïf, croise le chemin de Simon, tueur à gage forcément cynique sur le point de raccrocher. L'un, désargenté et désœuvré, servira de chauffeur à l'autre (en petite forme physique et morale), pour un road movie drôle et désordonné.
L'écriture fluide de Pascal Garnier nous enchante et nous inquiète tour à tour. »




Cartons
Librairie Mary
« Roman posthume, Cartons nous fait vivre un entre-deux douloureux avec la plume formidable de Garnier, une plume acerbe, piquante, émouvante, perclue pourtant de noir. Il nous raconte l'histoire d'un homme perdu qui se remet, qui s'en remet, aux cartons avant d'affronter une nouvelle maison, une nouvelle vie. Il y rencontrera des évidences, des étrangetés, devra reprendre des décisions. C'est simple comme le quotidien, aussi lumineux et aussi noir. »

Frédéric Hélary