T. M. Rives
Le Serpent des blés
T. M. Rives Le Serpent des blés

Roman traduit de l’anglais (États-Unis) par Lucien d’Azay




Coups de cœur des libraires

« C’est l’histoire d’une jeune femme qui vit seule avec sa fille. En quête d4 un amoureux, elle va rencontrer un scientifique new-yorkais, spécialiste des serpents. À travers cette tranche de vie, l’auteur replonge le lecteur au cœur de l’Amérique dans des paysages tout droit sortis des tableaux d’Edward Hopper. C’est écrit de manière ciselée, une écriture, sèche, terre à terre. Ce livre est un petit bijou à découvrir. » José Giornal, librairie La Mémoire du Monde, Avignon

« Court bijou d’une centaine de pages, ce Serpent des Blés est un plaisir cinématographique, ciselé dans la lumière des matins d’été. Dans un instantané sépia, irisé du jaune des blés, du bleu d’une camionnette ou du rouge vif d’un chapeau, se dessinent les contours d’un récit vif et mordant, à la manière de ces serpents qui se glissent entre nos jambes pour disparaître à tout jamais. » Librairie Port Maria

« Publié en 2005, cette nouvelle édition nous fait (re)découvrir ce roman solaire et intense explorant la rencontre et la naissance des sentiments amoureux dans la chaleur des paysages américains. » Librairie L’Usage du papier (Trouville-sur-mer)

« Un premier roman lumineux. Tendrement fantasque, légèrement décalé (un style un peu à la Carver) » Isabelle, Librairie Le Passeur de l’Isle (L'Isle-sur-la-Sorgue)

« Macey est une petite fille qui vit seule avec sa mère au fin fond de la Pennsylvanie. Un scientifique excentrique va débarquer dans leur vie pour étudier les serpents. Je ne pensais pas éprouver de l’intérêt un jour pour les serpents et pourtant ce joli roman nous donne envie d’en savoir plus ! Une plume avec beaucoup de charme qui mérite d’être lue. Tellement court que vous n'avez pas d'excuser pour ne pas le dévorer ! » Manon, Librairie Furet du Nord (Lille)

« Court et intense. D'une écriture précise et poétique, original dans sa construction. Fulgurant. Étonnant. Vite lu, on a envie de l'ouvrir à nouveau pour picorer des instants et savourer encore un peu. » Librairie L’Escale (Belgique)

« Coup de cœur pour ce court roman, tout en tableaux à la manière d’Edward Hopper, pour dire la rencontre amoureuse d’une femme, à hauteur d’enfant -sa fille-, bref un petit bijou ! » Corrine, Librairie Domaine des murmures (Champagnole) 

« Je viens de terminer ce court roman qui a eu l'effet d'une brise légère sur ma petite vie de lectrice.
Je ne compte pas le nombre de fois où je me suis surprise à sourire en ces pages. La narration se fait à travers Macey, petite fille vivant seule avec sa mère. Leur vie bien réglée va être bouleversée quand Mitchell, scientifique un poil excentrique pour ce petit coin de campagne des États-Unis, arrive dans la région pour ses recherches. La mère de Macey décide vite de le prendre entre ses filets mais cet homme charmant semble plus intéressé par les serpents et leur observation. À hauteur d'enfant, on analyse la naissance d'un couple, on ressent à quel point les adultes peuvent parfois avoir des comportements étranges et on apprend tout sur les particularités du serpent des blés qui gagne une place centrale dans toute cette histoire.
Un texte particulièrement intelligent et finement fantaisiste qui devrait naturellement trouver sa place auprès des grands classiques américains dans votre bibliothèque. » Aurélie, Librairie La Pléiade - Cagnes-sur-Mer

« Roman américain fulgurant et plein de doute. » Louisa, librairie Claudine (Belgique)

« Coiffée de son beau chapeau du dimanche en velours rouge, la mère de Macey que nous ne connaîtrons que sous ce nom, part en excursion à 8h du matin, direction les collines dorées de Feldon pour y faire un pique-nique. Celui-ci n’a rien d'improvisé, nappe à petits carreaux et un vrai festin composé avec soin et cuisiné la nuit précédente sont au menu. Macey a dû pour l’occasion chausser de nouvelles sandales et une robe qu’elle ne doit en aucun cas salir et surtout arborer un "guide régional des insectes de la forêt" en dépit de son peu d’attrait pour ce livre. Sur les conseils d’entremetteuse de son amie (?) Mrs Earl, à la chevelure sculpturale et à la couleur indécise, la mère de Macey se lance à la rencontre d’un inconnu dans les bras duquel Mrs Earl veut la jeter; un biologiste qui, selon elle, arpente les collines chaque matin en quête d'insectes ...
L’homme, Mitchell, est en fait un herpétologiste, un spécialiste des serpents. Il vient de New York, est aux antipodes des péquenots et des imbéciles que la mère de Macey croise et vomit. Elle succombe à son charme, Macey se passionne pour les serpents, des barbecues s'organisent entre "amis".
Mitchell bouscule les conventions de cette Amérique profonde et figée qui fait un peu froid dans le dos. Mais Mitchell tel le serpent des blés est-t-il fait pour demeurer dans un tel vivarium ?
T. M. Rives excelle dans l'art de poser des personnages, des ambiances, des images picturales et cinématographiques de cette Amérique qui ne cesse de nous fasciner et de nous interroger.
Il n’a écrit qu’un livre et quel livre ! Je ne saurai que vous conseiller le travail de photographe qu’il poursuit désormais. Merci une fois de plus aux éditions Zulma pour les belles découvertes offertes ! » Marie-Blanche, Librairie Athenaeum - Beaune

« Géant excentrique ou animal sauvage devenu le maître dans sa cage ? Par petites touches sinueuses, le lecteur est maintenu à la lisière de l’effroi. À travers le regard désincarné d’une petite fille, l’irruption d’un prédateur bienveillant donne à ce récit cinglant les allures d’une morsure de serpent. » Lucile, Le Forum des livres - Rennes

« Avec peu de moyens, plongeant au cœur des sensations et des non-dits, une histoire d’amour fulgurante et habitée d’une tension étrange…» Nicolas, Librairie Le Vent Délire (Capbreton)

« Le Serpent des blés se lit comme un conte : une ode à la liberté » La Librairie Imaginaire 

« Le Serpent des blés nous parle d’Amérique, du cœur mythique de l’Amérique, celle d’Edward Hopper ou Jim Harrison. Un texte très court, mais captivant et ensorcelant ! » Florence, Librairie Plume & Fabulettes – Ancenis

« C’est l’histoire d’une femme, sa fille et d’un herpétologiste... Un petit bijou, un petit moment de grâce à la Norman Rockwell, drôle et très imagé ! Un premier roman à la rencontre d’une Amérique profonde, celle de Faulkner ou Harrison. À découvrir absolument ! » Isabelle, Librairie L'Autre Monde – Avallon

« Cette réédition est la bienvenue puisqu’elle remet en lumière une œuvre splendide que nous ne connaissions pas.
Pour cadrer très brièvement l’histoire et surtout ne pas trop en dire, Le Serpent des blés est l’histoire d’une rencontre, celle que font la jeune Macey et sa maman célibataire lorsqu’elle tombe sur Mitchell lors d’un pique-nique dans les collines de Pennsylvanie. Herpétologue vif et plein d’esprit, gentiment fantasque, Mitchell s’installe dans leur vie… 
En un peu plus de 80 pages, T. M. RIVES tisse une histoire à facettes, pleine de tendresse, de sensations visuelles, de découvertes, de partages, mais où s’invitent aussi très délicatement des sentiments mêlés, plus complexes des relations humaines entre adultes.
Avec sa narration tout en virages, où le présent apparemment limpide éclaire ses zones d’ombres par des flashbacks qui s’invitent sans prévenir, où le paysage, brutalement, empli l’espace, le regard, marque de son immensité et de son rythme celui de l’écriture, où les liens que tissent les êtres humains déploient toutes leurs nuances, Le Serpent des blés nous marque de son empreinte dorée et chaude. De la chaleur pleine et mordante d’un soleil de midi, légèrement intrusive, celle qui s’immisce en nous pour darder ses rayons au dedans et faire son chemin longtemps encore après les dernières lueurs du jour.
Un grand et superbe texte de la littérature américaine contemporaine à lire absolument. » Andreas, Librairie Myriagone - Angers

« Lors d’un pique-nique sur les collines jaunes pâles chauffées par le soleil, Macey et sa mère font la rencontre d’un grand type étrange amateur de serpents. Un magnifique roman plein de grâce et de sensibilité où il est question d’enfance, de nature et d’amitié. » Librairie Calligrammes (La Rochelle)

« Un texte fulgurant et qui, en même temps, dès les premières pages, donne l'impression d’assisterà un moment suspendu, un moment de grâce dans la vie de Macey et de sa mère. » Amélie, Librairie la Grande Evasion -

« C’est un court roman intriguant, questionnant, empreint d’une certaine tension.
C’est une parenthèse enchantée dans la vie d’une mère et de sa fille. 
Un instant où l’on entend le bruissement provoqué par le vent dans les herbes hautes, où l’on a envie de boire un verre en soirée, de se laisser emporter sans rien attendre. » Librairie Quartier Libre - Bruxelles

« MAGNIFIQUE , réjouissant et apaisant … » Sophie, Librairie Bain d’encre