Le Goût âpre des kakis
Zoyâ Pirzâd Le Goût âpre des kakis
Nouvelles traduites du persan (Iran) par Christophe Balaÿ
Prix Courrier International du meilleur livre étranger 2009
A paraître



Coups de cœur des libraires

Le Goût âpre des kakis figure parmi la sélection de la librairie Page et Plume de Limoges
« Chroniques douces amères de la vie amoureuse des jeunes Iraniens. En cinq nouvelles, Zoyâ Pirzâd traite avec férocité et tendresse les méandres de l’amour au quotidien. » Librairie L’Arbre à Lettres — Paris
« Chroniques douces amères de la vie amoureuse des jeunes Iraniens. En cinq nouvelles, Zoyâ Pirzâd traite avec férocité et tendresse les méandres de l’amour au quotidien. » Librairie Les Traversées  — Paris
« Chassés croisés amoureux en Iran.
Des nouvelles qui nous en disent long sur le couple : les rapports de force, l’attirance, l’espérance, la déception…
On savait déjà que "l’amour est très surestimé", en voilà une parfaite illustration. » Maya, librairie Vivement Dimanche - L’Ainée — Lyon 
« Le Goût âpre des kakis confirme le talent de Zoyâ Pirzâd pour décrire avec subtilité les ironies de la vie, les détails insignifiants qui prennent des proportions inouïes, les couples qui se défont et le temps qui passe. […] De son écriture dépouillée, Pirzâd parle de choses universelles qui touchent profondément le lecteur. » Wilfried Séjeau, librairie Le Cyprès — Nevers
Le coup de cœur de Pascale Delaveau de la librairie C’est la faute à Voltaire de Amboise.
Lu et conseillé par Hélène Camus de la librairie Tournez la Page de Combourg
« Après Un jour avant Pâques, petit bijou d’orfèvrerie des mots, Zoyâ Pirzâd publie, aux éditions Zulma, de très jolies nouvelles, au goût doux-amer.
Elle dessine, de sa plume subtile, de beaux portraits d’hommes et de femmes au travers de leur quotidien en Iran.
Si la tradition veut qu’on saupoudre de sucre un voile tendu au dessus de la tête des jeunes mariés pour apporter douceur et bonheur à leur union, ce petit livre décrit le réalisme d’une société qui oscille entre tradition et modernité.
On s’amuse beaucoup à la lecture de certaines pages, et dans le même temps on ressent le vague à l’âme propre aux poètes.
On y rencontre des jeunes femmes actives, des rêveuses, des capricieuses, des ménagères accomplies, des dames âgées nostalgiques et des hommes aussi… Et c’est merveilleux de sentir à quel point l’auteur aime ses personnages. » Myriam Peyraud, librairie du Théâtre Zannini — Bourg-en-Bresse
« Chroniques douces amères de la vie amoureuse des jeunes Iraniens. En cinq nouvelles, Zoyâ Pirzâd traite avec férocité et tendresse les méandres de l’amour au quotidien. »

Gazette – sélection des librairies L’Arbre à Lettres, n° 10, été 2009