La vie rêvée des plantes
Lee Seung-U La vie rêvée des plantes

Roman traduit du coréen par Choi Mikyung et Jean-Noël Juttet

Ajouter à ma liste d'envie
Ajouter à ma liste d'envie

12,5 × 19 cm
304 pages
978-2-84304-372-7
18,80
Paru le 24/08/2006
Autres formats
Poche Z/aNumérique

Après des années d’absence, Kihyon est de retour. Entre une mère énigmatique, un père retiré dans son jardin à converser avec ses plantes, et un frère qui a tout perdu, Kihyon cherche sa place. Il se voit bientôt confier une mission par un mystérieux commanditaire : enquêter sur sa propre mère, dont les silences dissimulent un troublant secret de famille. Obsédé par ce qu’il découvre et par la passion dévorante qu’il éprouve pour la belle Yun Sunmi, il tente à tout prix de réparer les blessures du passé…

L’atmosphère sulfureuse et pénétrante de La vie rêvée des plantes irradie d’un mélange déroutant de violence et d’infinie délicatesse, et nous plonge dans les formes les plus crues et les plus élevées de l’amour.

« Un livre intense de la première à la dernière ligne. » Le Soir

         

 

Lee Seung-U

Lee Seung-U est né en 1959 en Corée du Sud. Il explore avec virtuosité la complexité des sentiments humains et leurs mécanismes, mêlant souvent le sensible, le poétique et une violence parfaitement maîtrisée. Son œuvre lui a valu de nombreux prix, dont le prestigieux prix Daesan pour L’Envers de la vie. Majeure et unique dans la littérature coréenne contemporaine, sa voix est celle de l’intranquillité.



12,5 × 19 cm
304 pages
978-2-84304-372-7
18,80
Paru le 24/08/2006
Autres formats
Poche Z/aNumérique

Bonus

« Un livre intense
de la première
à la dernière ligne. »
Le Soir

« Je voulais réunir, réconcilier des êtres qui sont aux antipodes, très différents les uns des autres et qui finissent par se trouver, par découvrir une harmonie. Une parabole sur la réunification, l’union. Un récit, même fictif, peut apporter beaucoup… J’ai plutôt tendance à croire que pour guérir des âmes blessées, c'est la mémoire, ou alors les rêves et les fantasmes qu’une société caresse, qui peuvent le faire. Ou encore la littérature. »

Lee Seung-U

« Un maître coréen à découvrir. »
L’Express

« Du polar sordide
au chant d’amour,
un roman animiste,
politique, aigre-doux. »
Le Matricule des anges

« Un imaginaire
riche et capiteux
qui rend à l’amour
sa dimension mythique. »

Le Figaro littéraire

« Un roman qui n’est pas un polar
mais recèle plein de suspense...
Un récit qui n’est pas une fable
mais se lit comme un conte : poétique, symbolique…
Ouvrez ce merveilleux livre
d’un auteur coréen
au talent universel. »

Sonia, Fnac Créteil

Lee Seung-U chez Zulma