PRO
PRO

Librairie Payot – Rive Gauche

Librairie Payot – Rive Gauche
Rue de la Confédération 7
1204 Genève, Suisse
Voir le plansite de la librairie

Coups de cœur des libraires

Les Filles d’Égalie

« Plus de quarante ans après sa sortie, ce roman drôle, malin, irrévérencieux, est enfin traduit en français ! Par un renversement de paradigme, la plume et la langue inventive de Gerd Brantenberg laisse toute latitude au féminin, pour mieux remuer le terreau mouvant de l’égalité ! Romantisme latent et dialogues haut-perchés, tout est prétexte au manifeste comme au divertissement. Jouissif, et toujours nécessaire ! » Typhaine, Librairie Payot – Rive Gauche - Genève

Les Filles d’Égalie

« Plus de quarante ans après sa sortie, ce roman, drôle, malin, irrévérencieux, est enfin traduit en français !
Par un renversement de paradigme, la plume et la langue inventive de Gerd Brantenberg laisse toute latitude au féminin, pour mieux remuer le terreau mouvant de l’égalité ! Romantisme lantant et dialogues haut-perchés, tout est prétexte au manifeste comme au divertissement. Jouissif et toujours nécessaire ! » - Librairie Payot

Qui a ramené Doruntine ?

« Au cœur d’une Albanie gardée par ses villages enclavés, Ismaïl Kadaré se joue des légendes et leur couperet, menant tour à tour son huis-clos dans les pas d’une enquête rationnelle puis dans les bras du mystère... Ce récit est de ceux qui vous happent, épopée nocturne et cadencée qui vous rend à l’ordinaire criblé de flèches fantasmagoriques... » Typhaine, Librairie Payot – Rive Gauche - Genève

Qui a ramené Doruntine ?

« "Peut-être qu’elles aiment chevaucher la nuit, enlacées à une ombre, dans les ténèbres et le néant …"
Par un soir sans soupir, Doruntine frappe à la porte de la maison familiale, dont elle n’a pas franchi le seuil depuis son mariage au loin, il y a trois ans. À la première question de sa mère, Doruntine répond que c’est son frère Konstantin qui l’a ramenée, conformément à sa bessa, sa promesse de la conduire à sa mère sur simple demande de cette dernière. Or, jusqu’à ce soir, la promesse ne fut pas honorée, et pour cause, Konstantin est mort et enterré ! Pourtant, Doruntine a bel et bien chevauché aux côtés d’un cavalier prétendant être son frère, mais elle avoue déjà à demi-mot ne pas avoir vraiment vu son visage… Face aux superstitions et autres rumeurs hérétiques, le capitaine Stres flaire une fumisterie sentimentale relevée par une mise en scène obscure, et malgré sa propre ambivalence à l’égard de la revenue, il hisse haut sa raison et son savoir-faire, quitte, au bout du conte, à tourner le dos à ses premiers préceptes. Au cœur d’une Albanie gardée par ses villages enclavés, Ismaïl Kadaré se joue des légendes et leur couperet, menant tour à tour son huis clos dans les pas d’une enquête rationnelle puis dans les bras du mystère, réveillant ainsi des dualités séculaires venues finalement taquiner l’âme d’un seul homme … Ce récit est de ceux qui vous happent entièrement, épopée nocturne et cadencée, avant de vous rendre à l’ordinaire criblé de flèches fantasmagoriques. » Typhaine, Librairie Payot Rive Gauche - Genève

Les Filles d’Égalie

« Au sein de la société matriarcale d’Égalie, le jeune Petronius, élevé en garçon naturellement vulnérable, nourrit pourtant des rêves de carrière maritime destinée aux femmes, comme de grand amour, sincère et partagé. Alors qu’il s’astreint, mal à l’aise dans son soutien-verge étroit et ridicule, à sa présentation au bal des débutants, une jeune femme détonante le repère et décide de le prendre sous son aile, moyennant quelques bouleversements du cœur et de l’esprit…

Plus de quarante ans après sa parution en norvégien, ce roman vif, drôle, malin, irrévérencieux, est enfin traduit en français, et quelle traduction !
Par un renversement de paradigme, la plume comme la langue alerte et inventive de Gerd Brantenberg laissent toute latitude au féminin, pour mieux remuer le terreau mouvant de l’égalité.
Une violence sociétale inversée jusque dans le moindre détail à travers une narration portée par un romantisme salutaire et des dialogues haut-perchés, prétextes au manifeste comme au divertissement.
Un texte jouissif, et toujours nécessaire ! » Typhaine Lockart, Payot Rive Gauche - Genève

La vérité sur la lumière

« Entre blizzard et naissances, Dýja parcourt les manuscrits désordonnés légués par sa grand-tante qui fut sage-femme avant elle. Son testament métaphysique interroge la grâce de la venue au monde face à la précarité de l’existence humaine… Plus que jamais, Ólafsdóttir nimbe son œuvre d’une poésie en toute chose, là où seule demeure, face à l’incertitude, l’étincelle. » Librairie Payot Rive Gauche - Genève