Beata Umubyeyi Mairesse

Beata Umubyeyi Mairesse

Beata Umubyeyi Mairesse est née à Butare au Rwanda en 1979. L’impensable surgit dans sa vie avec le génocide des Tutsi. Le départ pour la France sera celui d’une adolescente armée du plus précieux des bagages : sa passion pour la littérature. Après des études supérieures à Sciences-Po Lille et à la Sorbonne, elle intègre le monde des ONG et assure des missions aux quatre coins de la francophonie. Son premier recueil de nouvelles, Ejo (La Cheminante, 2015), a reçu le Prix littéraire François Augiéras 2016 ; Lézardes (La Cheminante, 2017) a reçu le Prix de l’Estuaire 2017 & le Prix du livre Ailleurs 2017.

« Imaginez donc : les guerres interethniques qui ravagent l’Europe ont jeté à la mer des centaines de milliers de vieux et de vieilles espérant rejoindre les “couloirs humanitaires sûrs” puis les immenses camps de réfugiés du Sahel. Cette génération, née au cœur de l’opulence, barricadée depuis toujours dans des oasis artificielles, a vu son histoire s’effondrer en quelques mois… Chaque État de la Fédération africaine a annoncé le contingent de main-d’œuvre hautement qualifiée qu’il est prêt à accueillir… Le Rwanda, déjà densément peuplé, a déclaré ne pouvoir accueillir qu’un nombre très limité d’aînés, à trier sur le volet. C’est pour ces happy few que DeBussy a conçu son émission… »
 
À lire et méditer dans Apulée #3 : La Civilisation, une nouvelle édifiante de Beata Umubyeyi Mairesse, qui se passe « à quelques encablures d’aujourd’hui ».

Bonus

« Ouvrir la revue Apulée, du nom de cet auteur berbère qui, avec les Métamorphoses, ouvrit au IIe siècle une brèche de liberté aux littératures de l’imaginaire, est toujours un moment magique. »

Alexandra Schwartzbrod, Libération   

« Une revue
magnifique ! »

Marie-Hélène Fraïssé,
France Culture

« Le titre de ce quatrième numéro, Traduire le monde, confirme bien la mission de passeur (…) que son rédacteur en chef, Hubert Haddad, revendique et pratique avec générosité. »

Thierry Cécille, Le Matricule des anges       

« Apulée est une perle de littérature. »

Luca Ruffini Ronzani, librairie Multipresse – Spa (Belgique)