« Poème noir plus que thriller, Garden of love est une effrayante plongée dans nos pensées, nos peurs intimes. »
Libération