Coups de cœur des libraires

Lune captive dans un œil mort figure parmi la sélection de la librairie Page et Plume de Limoges
« Un huis clos délicieusement cynique qui ravira les amateurs de romans noirs. » Librairie La Page — Londres (Royaume-Uni)
Lune captive dans un œil mort figure dans la sélection "Littérature française" de la librairie Agora de La Roche-sur-Yon
« Avec l’humour noir qui le caractérise, Pascal Garnier dépeint cette forme de huis clos, cette mini-société qui cherche à se convaincre qu’elle a ce qu’on lui a promis et ce qu’elle voulait.
Mais l’image d’Épinal du paradis sur catalogue se transforme souvent en enfer… Un livre drôle et grinçant, touchant souvent, et qui peint avec acuité notre société qui croit que le bonheur s’achète. » George Bassan, librairie Obliques — Auxerre
Lune captive dans un oeil mort fait partie de la sélection de la librairie des Halles de Niort
« Pascal Garnier excelle pour installer des ambiances harmonieuses, sereines, qu’un grain de sable viendra tragiquement enrayer et faire basculer dans le noir et le tragique. » Librairie Vaux Livres — Vaux-le-Pénil
Lu et conseillé par Nathalie Lacroix de la librairie Le Comptoir des mots à Paris
« Les Conviviales est le nom d’une résidence de rêve pour retraités, dans le sud de la France. Sécurité maximum assurée par M. Flesh en personne. Il y a Martial et Odette, Marlène, Maxime, Léa, et Nadine l’animatrice. Tout ce petit monde vit dans un huis clos qui semble bien lisse, jusqu’à cette nuit fatale…
Un petit roman noir, grinçant et surtout réjouissant. » Florence Petitpierre, librairie Fontaine - Victor Hugo — Paris
« Satire du monde sécuritaire, ce roman ne vous fera pas regretter votre séjour aux Conviviales.
Détente et humour garantis. » Librairie Les Guetteurs de Vent — Paris
Lu et conseillé par Isabelle Leclerc de la librairie L’ImagiGraphe à Paris
Lu et conseillé par A. Andruszkow de la librairie du Rond Point - Actes Sud à Paris 
« Pascal Garnier, comme à l’ordinaire, nous amène, l’air de rien, dans un quotidien pas très ordinaire. » Bénédicte, librairie des Danaïdes — Aix-les-Bains
« Un petit monde, des personnages parfaitement croqués qui nous amusent autant qu’ils nous plongent dans l’effroi. » Librairie Vivement Dimanche - L’Ainée — Lyon 
« Pascal Garnier choisit le décor d’une résidence ultramoderne destinée à des seniors argentés pour se livrer à un jeu de massacre d’une vigueur peu commune. Une fable grinçante et virtuose qui nous a glacé le sang.
[…] L’auteur ne cherche pas à se moquer ou à caricaturer ces personnages angoissés, en quête de sécurité, il nous en parle au contraire avec une tendresse et une empathie bouleversantes. Ce sont des Robinson, finalement si seuls, dans ce décor de cauchemar. Après cette lecture, on rêve de métissage, d’espaces ouverts, de partage, merci ! » Wilfried Séjeau, librairie Le Cyprès — Nevers
Lu et conseillé par Marie-Paule Bonnaud de la librairie Contact d’Angers
« Comme souvent chez Pascal Garnier, le roman est construit par crescendo. Le huis-clos devient explosif. À force d’être tenu à l’écart, le monde extérieur finit par terroriser nos résidents. Chacun perd peu à peu son sang-froid… » Nadine Dumas, librairie L’Esprit large — Guérande 
Lu et conseillé par Véronique Marchand de la librairie Coiffard de Nantes
« Chronique cynique de tranches de vies au pays du tout sécuritaire... Habitué du roman noir, Pascal Garnier nous offre ici la chronique cynique de tranches de vies au pays du tout sécuritaire.
« Les conviviales », résidence pour retraités aisés ou tout est prévu pour ne plus être confronté aux aléas du réel ; maisons identiques, aseptisées ou les souvenirs n’ont pas leur place, caméras de surveillances, gardien cerbère, piscine, club house, animatrice culturelle...
Huis clos oppressant entre les seuls occupants de ce « paradis », ou derrière la bonhomie des relations de bon voisinage, les apéros et autres visites culturelles se trame, insidieusement la peur de l’autre, l’autre que l’on jalouse, envie, que l’on soupçonne ou cherche à séduire.
Toute la palette des sentiments humains est ici passée en revue, sans fard ni faux semblants, réinventer sa vie, l’enjoliver, jusqu’ou peut-on faire fi de son passé ?
Derrière cette ambiance club de vacances, apparaît en filigrane le douloureux constat que pour vivre avec les autres, il faut avant tout les accepter, serait-il exacerbé par cette sensation d’enfermement derrière laquelle on sent poindre l’impossibilité de totalement se réinventer.
Amnésie volontaire ou résignation, fascination du pire ou vrai folie, tous ont des secrets, que sont-ils prêt à faire pour les protéger ? » Librairie L’Echappée Belle — Sète
Lune captive dans un œil mort figure dans la sélection de la librairie Sauramps Odyssée de Montpellier
Lu et conseillé par Jean-Pierre Agasse de la librairie Sauramps en Cévennes de Alès