Comment la Chine enterre l’intelligentsia ouïghoure
Dilnur Reyhan Comment la Chine enterre l’intelligentsia ouïghoure

Suivi de « J’attends toujours la solidarité des féministes envers les femmes ouïghoures »

Nouveauté
Ajouter à ma liste d'envie
Ajouter à ma liste d'envie

32 pages
9791038701281
3,90
Paru le 05/05/2022
Autres formats
Numérique

CONTACT PRESSE : presse@zulma.fr

CONTACT LIBRAIRIE : Valentin Féron 01 58 22 19 90 – valentin.feron@zulma.fr

Le 20 janvier 2022, l’Assemblée nationale a reconnu le génocide du peuple ouïghour en Chine. Dilnur Reyhan redonne ici un nom et une voix aux femmes et aux hommes – écrivains, poètes, traducteurs, éditeurs, universitaires, chercheurs – qui ont été enfermés, « rééduqués », condamnés à mort ou à perpétuité.

 

Face à la destruction à marche forcée d’une langue, d’une culture, de tout un peuple, d’une civilisation, Dilnur Reyhan nous alerte aussi sur le sort tragique des femmes ouïghoures et en appelle à la solidarité des féministes françaises.

Les Apuléennes

Dans la lignée de la revue Apulée, engagée dans la défense indéfectible des libertés et attachée aux voix du monde, Les Apuléennes proposent des entretiens, essais et analyses en résonance directe avec les enjeux et les perspectives actuels.

Reyhan Dilnur

Née en 1983 dans la région autonome du Xinjiang, Dilnur Reyhan est enseignante-chercheuse à l’Inalco et présidente de l’Institut ouïghour d’Europe (IODE).



32 pages
9791038701281
3,90
Paru le 05/05/2022
Autres formats
Numérique

CONTACT PRESSE : presse@zulma.fr

CONTACT LIBRAIRIE : Valentin Féron 01 58 22 19 90 – valentin.feron@zulma.fr

Bonus

« Un nouveau cap a été franchi par les autorités chinoises à partir d’avril 2017 avec la construction massive decamps de concentration – appelés officiellement “centres fermés de rééducation politique” – dans toute la région. »
Dilnur Reyhan

« Un plaidoyer court mais poignant pour attirer l’attention sur une catastrophe se déroulant dans l’indifférence quasi générale. »
Librairie Compagnie (Paris)

Reyhan Dilnur chez Zulma