« Un tableau foisonnant,
à la fois fataliste et magique,
où se déploie
un langage luxuriant. »

François-Xavier Gomez, Libération