éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualitésNumérique1000 librairiesNos partenaires
Contact contact Newsletter

EssaisIntranQu’îllitéscéytuforeign rights

Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer


Makenzy Orcel


Makenzy Orcel est né à Port-au-Prince en 1983. Après Les Immortelles, premier roman très remarqué, et L’Ombre animale (Prix Louis Guilloux et Prix Littérature-Monde 2016), il nous revient avec ce magnifique Maître-Minuit, un roman explosif et puissant.
Makenzy Orcel est un archéologue du sens, un écrivain sensoriel qui puise dans la marginalité une puissance d’évocation rare.

Actualités et rencontres avec Makenzy Orcel


Maître-Minuit de Makenzy Orcel dans la sélection du Prix Joseph Kessel

Nous sommes heureux de vous annoncer que Maître-Minuit de Makenzy Orcel est dans la sélection 2019 du Prix Joseph Kessel !

Pour connaître le nom du lauréat ou de la lauréate, il faudra attendre le Festival Étonnants Voyageurs qui se tiendra du 8 au 10 juin à Saint-Malo.


Pour en savoir plus, cliquez ici.



Mardi 21 mai 2019, Makenzy Orcel à la bibliothèque Georges Brassens
À l’occasion de la Quinzaine de la librairie, la bibliothèque Georges Brassens accueille Makenzy Orcel le mardi 21 mai à 14 h pour une rencontre autour de son roman Maître-Minuit.

Bibliothèque Georges Brassens : 38, rue Gassendi – 75014 Paris

Jeudi 23 mai 2019, Makenzy Orcel à la bibliothèque Georges Brassens
Rencontre avec Makenzy Orcel et Yves Chemla à la bibliothèque Georges Brassens, le jeudi 23 mai à 19 h, suivie d'une séance de signatures.

Inscription au 01 53 90 30 30 ou par courriel bibliotheque.georges-brassens@paris.fr

Bibliothèque Georges Brassens : 38, rue Gassendi – 75014 Paris

Du samedi 8 juin 2019 au lundi 10 juin 2019, Festival Étonnants Voyageurs — Saint-Malo
Retrouvez Yahia Belaskri, Jean-Marie Blas de Roblès, Hubert Haddad, Mélani Le Bris, Makenzy Orcel et Shih-Li Kow au Festival Étonnants Voyageurs !
Plus d’informations à venir…

Les rencontres passées avec Makenzy Orcel
L'Ombre animale...
Les Immortelles
Entretien avec Makenzy Orcel pour L'Humanité
Makenzy Orcel vu par le festival Étonnants Voyageurs
Makenzy Orcel chez Zulma
N’hésitez pas à cliquer sur chaque livre pour découvrir tous ses formats disponibles.
Coups de cœur des libraires

Les Immortelles
Les Vraies Richesses
« Premier roman d’un jeune auteur haïtien qui raconte l’histoire d’une prostituée de la Grand-Rue à Port-au-Prince au lendemain du terrible tremblement de terre de janvier 2010. C’est l’histoire de Nina-Shakira, libre, amoureuse de l’écrivain haïtien Stephen Alexis et des livres et adoptée par la « narratrice » de cette histoire elle-même issue de ce milieu. Cette « Petite » devint très vite une personnalité parmi les prostituées de la Grand-Rue et sa protectrice n’a pas pu se résoudre à sa disparition lors de la catastrophe. C’est elle donc qui raconte son histoire par l’intermédiaire d’un écrivain qui doit rendre ainsi ces femmes… immortelles. Roman empreint de poésie qui rend compte de l’humanité toujours présente malgré le chaos. Plein de promesses. »

Philippe Soussan





L'Ombre animale
Librairie M’Lire
« Après son très beau roman, les Immortelles, édité aux éditions Zulma, l’auteur haïtien Makenzy Orcel revient en cette rentrée d’hiver avec un magnifique livre qui nous entraîne toujours au cœur de son pays. L’histoire se passe dans un village coupé du monde, où il n'existe presque rien. Ce village, son histoire, ses habitants nous sont racontés par la voix d’une femme, morte de sa belle mort. Un “rare cadavre qui n’ait pas été tué par un coup de magie, un coup de machette dans la nuque ou une expédition vaudou. Et maintenant qu’[elle] a enfin droit à la parole, à un peu d'existence, [elle] va parler, parler sans arrêt”. Elle va nous raconter sa vie d’avant dans ce village avec sa famille. Selon la mythologie vaudou, celui qui est mort comprend tout, est dans la vérité. La femme a donc maintenant assez de recul sur sa vie et son village. À travers ce personnage, Makenzy Orcel dépeint d’un seul souffle la société haïtienne et le sort réservé aux femmes. Un roman ambitieux et magistral. »





Maître-Minuit
Librairie de Paris
« Passion amoureuse au rythme du tango, destin d'une jeune femme descendante de guérisseuses portoricaines : un roman puissant à la poésie enchanteresse. »





Les Immortelles
La Librairie des Halles
« Port-au-prince, Grand-Rue, le quartier des prostituées, après le tremblement de terre. L'une d'entre elles conclut un pacte avec un de ses clients. Il est écrivain. Il pourra l'"avoir dans tous les sens qu'il voudra" mais en échange il aura à mettre en voix, en mots ce qu'elle va lui raconter. La vie Grand-Rue, ses secrets, ses histoires, et l'horreur, l'effroi de cette terre qui s'ouvre, happe, et retient dans ses décombres les prostituées, et la petite Shakira. Un roman composé d'odes ou de tableaux pour dire au plus près l'odeur de la mort, mais aussi un hymne à toutes ces femmes et à ce grand écrivain haïtien Jacques Stephen Alexis auteur de L'espace d'un cillement . »

Anne-Marie C.





Les Immortelles
Raconte-moi la Terre
« Voilà un premier roman insolent, comme un cri d'humanité, qui redonne un sens à la littérature. Une prostituée demande à l'un de ses clients d'écrire sur les victimes du séisme pour en faire des immortelles. Mais c'est surtout le récit de "la Petite" pute rebelle de la Grande Rue de Port-au-Prince. Un texte bouleversant qui se récite parfois plus qu'il ne se lit. »





Les Immortelles
Librairie Point d’encrage
« De la destruction (le tremblement de terre de janvier 2010), du sexe et de la mort, naît la poésie de ce texte bouleversant. Un écrivain qui combat la mort, celle des prostituées d'une maison close de Port-au-Prince- par l'écriture; la littérature comme résurrection possible; et la voix de ces femmes qui, au ban de la société, offrent le salut... Voilà le propos de ce roman incantatoire dont l'écho perdure longtemps après la lecture. »





Les Immortelles
Charlemagne - Hyères
« C’est lors d’un trajet en train que j’ai pris de plein fouet Les Immortelles. Je l’ai lu d’une traite ! Makenzy Orcel, ce jeune écrivain poète, tout fraîchement découvert par les étonnantes éditions Zulma, emprunte une langue vive et brutale pour nous compter le récit des « Marquises des hauts trottoirs » de Port-au-Prince et plus particulièrement de l’une d’entre elles, Shakira. Organisées comme une galerie de tableaux, ces précieuses pages, sont rédigées, nous dit-on, par un client écrivain, qui s’est vu proposer la gratuité des passes contre la retranscription de ce récit. Un livre que je ne suis pas prêt d’oublier… »

Camille





Les Immortelles
Librairie Vaux Livres
« Les immortelles constitue le résultat d'un marché entre un écrivain et une prostituée à Port-au-Prince. Un corps, un sexe contre la transcription d'un témoignage sur un monde que le dernier tremblement de terre a éprouvé, garder mémoire des femmes prostituées disparues, ne pas les oublier. Histoire de la belle et très convoitée Shakira, amoureuse d'un écrivain et des livres pourtant étrangers à ce monde. Brûlot vif, percutant, direct, cru, dérangeant, à la forme et au style singuliers. »

Max Buvry





Les Immortelles
Librairie Mollat
« Chaque page est recouverte de courtes phrases de parfois seulement quelques lignes qui rythment le roman à la manière d’une poésie. Le raconter ne suffit pas car les mots frappent le lecteur et le marquent comme autant de coups que ces femmes, que l’on dit de mauvaise vie, ont reçus lors du tremblement de terre. On ne les entend nullement se plaindre de leur condition et elles ne tentent aucunement de justifier leurs actes. Elles ne font que rappeler leur appartenance à notre monde. Un monde dans lequel leur vie a moins de valeur que celle des autres… »
Ces mots-là c'est Mollat





Les Immortelles
Les Racines du vent
Coup de cœur de Lydia





Les Immortelles
Librairie La Boîte à Livres
Coup de cœur de la librairie





L'Ombre animale
Librairie Quai des Brumes
« L’écriture singulière, inventive et fascinante de Makenzy Orcel, nous mène du coté de la campagne là où les esprits s’adressent à nous et nous racontent, nous embarquent et nous perdent. Récit sombre et incandescent. »





Les Immortelles
Librairie Thuard
« J'ai été littéralement engloutie par ce livre (...) Je suis encore dans l'histoire de Shakira. Quel texte fort, cru et éblouissant, je suis vraiment sous le charme. (...) C'est une petite perle. » Nathalie Pelletey





Les Immortelles
Au temps retrouvé
« Ce premier roman de Makenzy Orcel "Les Immortelles" est juste époustouflant. Roman à multiples voix, il nous dépeint une facette d'Haïti, celle du monde des prostituées, avec brio en prenant en point de départ le tremblement de Port-au-Prince en janvier 2010. La recherche de Shakira, celle qui dévore les romans, de sa mémoire, nous emmène loin dans les confins de ce monde de la nuit... » Valérie





Les Immortelles
La Librairie Nouvelle
« Les prostituées de Port au Prince après le séisme de 2010. Un écrivain se rend dans la grande rue des prostituées, la narratrice qui lorsqu'elle apprend qu'il est écrivain, lui demande de raconter leur histoire, celle des prostituées mortes lors du tremblement de terre, en échange de son corps. Elle parle de leur vie, leur quotidien dans un langage cru sans aucune pudeur. Et elle raconte surtout "la petite" Shakira qui a quitté sa folle de mère, qu'elle a prise sous son aile et à qui elle a appris le métier. La belle Shakira n'est pas pareille que les autres, elle a une passion : la lecture, elle lit, elle dévore, se remplit l'esprit. Elle restera sous les décombres pendant plusieurs jusqu'à mourir, comme tant d'autres dont on n'a jamais parlé. C'est un roman très fort, très puissant. Des petits chapitres mais d'une grande densité. On sent toute la violence et le traumatisme de ce séisme. On tourne les pages et on le lit d'une traite.»

Marie Noëlle Clément





Les Immortelles
Le Furet du Nord - Arcueil
« J’adore ! Elles sont fortes, fragiles, presque mystiques. Cet hymne à ces prostituées de Port-au-Prince est une petite perle rude et terriblement poignante. À découvrir absolument ! » Bénédicte Bonnouvrier





L'Ombre animale
Librairie Jakin
« Belle écriture, tableau très réaliste, et en même temps tous les rêves, les mensonges, les vies si dures... Très beau livre, en tous cas. Impressionnant ! »





Maître-Minuit
Librairie Le Bleuet
« Retour en Haïti pour suivre les tribulations d’un orphelin sous la dictature de Duvalier et des tontons macoutes. De son écriture sidérante, Makenzy Orcel nous guide autant qu’il nous perd dans le labyrinthe d’une réalité qui dépasse la fiction. À lire, à la suite du fantastique Ombre animale. » Marc.





L'Ombre animale
Librairie Terre des livres

« C’est un livre vibrant d’humanité, qui par sa construction chorale, rend la parole à ceux qui n’y ont pas droit, et célèbre la mémoire du peuple haïtien. La langue est un bijou de trouvaille. Puissante, poétique, singulière, étourdissante, inventive, en un mot : fascinante ! » Sarah






Les Immortelles
Librairie L'Atelier
Le coup de cœur d'Alexandra





L'Ombre animale
Librairie Dédicaces
« Ce roman est un poème et un cri de rage. D’une extraordinaire écriture qui, avec exigence, porte la voix d’une femme que l’on n’a jamais laissée parler. C’est le récit à la fois de la pauvreté, de la colère rentrée, de la solitude. C’est à la fois âpre et grandiose. »





Les Immortelles
Librairie Atout Livre
« Premier roman haïtien, les Immortelles dépeint le monde poisseux des prostituées de Port-au-Prince, à l'époque du tremblement de terre qui a ravagé la ville en janvier 2010. D'une écriture ardente et furieuse, Makenzy Orcel se fait le porte-parole d'une de ces femmes, desespérée par la mort de sa protégée : Shakira, dite "la petite". Le portrait puissant et douloureux d'une jeune fille éprise de littérature, devenue putain magnifique au destin fulgurant? »





Les Immortelles
La lettre écarlate
« Une prostituée de la Grand-Rue de Port-au-Prince demande à un client écrivain de raconter leur vie et la violence du séisme de 2010, en mémoire de toutes celles, et surtout de la Petite, mortes durant cette catastrophe.
Le style haché, bref, incisif et cru et la dureté des sujets en font un roman très haïtien. »





L'Ombre animale
Librairie Sauramps
« Oyé Oyé le dernier opus de l’enfant terrible des lettres Haïtiennes est sur nos tables ! Makenzy Orcel, après Les Immortelles, nous revient avec L’Ombre animale, paru chez Zulma tout récemment.

On ne peut pas parler de roman, vraiment.
Ce texte est un chant, une litanie plus exactement.
Une femme, morte, enfin libérée de tous ses carcans, nous raconte sa vie. Son village, son île, son père – l’ignoble Makenzy –, son frère – le magnifique mais silencieux Orcel –, ses humiliations, et la lumière aussi, bien sûr.

Makenzy Orcel, dans sa quête se libère lui aussi pour ne garder que l’élan, la force. Pour ne servir qu’une seule chose, la langue. Celle qui dirait l’interstice entre l’ombre et la lumière, entre la vie et la mort.

Plus de point, plus de majuscule. Le lecteur sait quand il doit reprendre son souffle.

Avis à celles et ceux qui auraient aimé Syngué Sabour d’Atiq Rahimi. »






Les Immortelles
Librairie La Buissonnière
« Une ode magnifique, bouleversante et tragique aux « Immortelles », celles de la Grand-Rue, les prostituées de Port-au-Prince qui vivent, survivent des charmes de leur corps et de leur chair. Janvier 2010, la terre a tremblé, s'est fissurée, Haïti a sombré dans le chaos, la misère et le désespoir. Une Immortelle se souvient. Elle demande à l’écrivain de retranscrire sa douleur, celle de ses compagnes. Elle veut un écrit éternel à la mémoire des disparues, à la mémoire de sa protégée. La révolte est poignante, presque palpable. Ne restent que des ossements sous les décombres, mais le Verbe est, le Verbe admet encore une fine lueur d’espoir. Un premier roman puissant, habité par le souffle du verbe. Fulgurant. Les Immortelles est sans aucun doute l’un des premiers romans les plus marquants de la rentrée. Un souffle nouveau, une nouvelle voix dont la présence annonce la naissance et l’avenir d'un grand auteur. »
Betty D.





Les Immortelles
Les Cahiers de Colette
Coup de cœur de Colette Kerber





Les Immortelles
Librairie La Réserve
Coup de cœur de Delphine Gorreguès





Maître-Minuit
Librairie Millepages
« Âpre et puissant. Porté par une écriture radicale et audacieuse, ce roman associe de la plus belle des manières sauvagerie et émotion. »





Maître-Minuit
Librairie La Marge
« Venez en Haïti, dans les pas de Maître-Minuit, suivre Poto, qui se débrouille comme il peut dans sa rue, dans son pays dominé par un "diable en costume officiel". La vie est dure, le récit haché, fragmentaire, mais quelle poésie dans ces portraits, quelle couleur dans cette violence, et quel espoir dans cette façon qu'à Poto de toujours regarder vers l'avant ! » 





Les Immortelles
La Passerelle
Coup de cœur de Véronique Mutrel





Les Immortelles
Librairie Lettre et Merveilles
« À la manière d'un chœur antique, le récit de cette femme devient un chant lyrique qui dit la souffrance et la stupeur. (...) Toutefois, c'est en même temps à une entreprise de construction que s'engage l'auteur en dressant le magnifique portrait de femmes libres. » Mélanie Le Loupp





Les Immortelles
Librairie Labyrinthes
Coup de cœur de Jean Milbergue





Maître-Minuit
Librairie Goulard
Coup de cœur d'Anne !





L'Ombre animale
Multipresse
« Il est de ces romans, de ces auteurs qui ne vous laissent pas indifférent, dans ce cas précis cet ouvrage m'a retourné à plusieurs reprises, il a été violent, intrépide, il a été cette obscurité qui fait que la lumière est lumière. Pour emprunter la formule de NTM « il m'a tapé comme un grand coup de sein en pleine poitrine. » Le style y est direct dans une langue belle. On y découvre le Haïti des villages non loin de la capitale puis la fameuse Port-au-Prince, le paradis qui brûle comme l'enfer. L'histoire nous est contée par une morte, cette voix d'outre tombe ne nous épargnera rien de sa vie, dans un lyrisme cru nous suivrons le quotidien de sa famille, la soumission de la mère, la violence d'un père et les évasions lumineuses du frère. Un roman puissant qui secoue. » Luca Ruffini Ronzani





Les Immortelles
Librairie & Curiosités
Le coup de cœur de Catherine Le Pape.





Les Immortelles
Librairie Develay
Coup de cœur de Jennifer Oden





L'Ombre animale
Librairie La Buissonnière
« Jeune auteur haïtien, Makenzy Orcel bouscule la littérature en livrant une œuvre ardente et tempétueuse, une épopée familiale au long souffle romanesque portée par une puissance stylistique hors-norme. D'outre-tombe comme du fond du ventre surgit la voix d'une femme au verbe acéré et à la phrase tranchante, ses mots comme une ultime lame pour fendre le destin tragique qui fut le sien. Magnifique ! » Manuel Hirbec





Les Immortelles
Librairie Vandromme
« Quel roman, la colère dans la plume pour donner la parole aux femmes de la grand’rue. Raconter l’histoire de la “petite” pour la rendre immortelle... » Clo Brion





Les Immortelles
Librairie Saint-Christophe
Coup de cœur de Jean-François Delapré





Les Immortelles
La Renaissance
Coup de cœur de Roselyne et de Marie.





Maître-Minuit
Multipresse
« Orfèvrerie littéraire, ici on travaille les mots et les maux qui ont habités que trop longtemps une si jolie île. Une île où papa et bébé mordaient leur peuple, où la terreur avait le sourire de Tonton Macoute. Dans ce Haïti ravagé par la dictature nous suivons le destin du jeune Poto, né d'une mère junkie qui préfère ses sniffs de colle à son propre fils et d'un père inconnu. L'enfant va grandir, dans un pays dystopique. Sa seule obsession sera de tout dessiner, de tout figer grâce à ses crayons. Allant de rencontres en rencontres l'enfant grandira, deviendra un homme. En suivant son parcours nous suivons aussi l'histoire de Haïti. Dans la touffeur chaude des bidonvilles nous nous laissons emporter, le roman de par son univers, peut parfois être difficile mais la plume de l'auteur se veut directe et douce, brûlante et bienveillante. L'écrivain nous donne cette fièvre, cette folie qui habite son personnage principal, cette fièvre de tout savoir, il nous ouvre aussi les yeux sur les crimes d'une dictature qui n'est que trop peu connue en Europe. Un ouvrage à découvrir pas à pas, un ouvrage où on se laisse volontiers happer. » Luca Ruffini Ronzani