La grande Histoire

Ajouter à ma liste d'envie
Ajouter à ma liste d'envie
Serge PeyLe Trésor de la guerre d’Espagne

Récits d’enfance et de guerre
suivis de La Boîte aux lettres du cimetière


Héritier de la liberté, et du combat de ses pères en Espagne et ailleurs, tous républicains et résistants, Serge Pey nous donne ici un fabuleux kaléidoscope d’histoires vraies.


Ajouter à ma liste d'envie
Ajouter à ma liste d'envie
Boubacar Boris DiopMurambi, le livre des ossements

Roman


« Ce roman est un miracle. Murambi, le livre des ossements confirme ma certitude qu’après un génocide, seul l’art peut essayer de redonner du sens. Avec Murambi, Boubacar Boris Diop nous offre un roman puissant, terrible et beau. » Toni Morrison


Ajouter à ma liste d'envie
Ajouter à ma liste d'envie
Michael SfardLe mur et la porte — Israël, Palestine, 50 ans de bataille judiciaire pour les droits de l’homme

Traduit de l’anglais par Bee Formentelli


Alternant récits individuels, portraits de juges et d’avocats, histoire régionale et réflexion juridique, Michael Sfard revient sur cinquante ans de lutte contre l’occupation dans les Territoires occupés. Une véritable immersion dans le système judiciaire.


Ajouter à ma liste d'envie
Ajouter à ma liste d'envie
Hubert HaddadUn monstre et un chaos

Roman
Prix littéraire de la Ville de Caen 2020


Dans Un monstre et un chaos, Hubert Haddad fait resurgir tout un monde anéanti, où la vie intense du ghetto vibre des refrains yiddish beaux comme un chant de résistance éperdu – un chaos, plein de bruit et de fureur, où perce la lumière. Et c’est un prodige.


Ajouter à ma liste d'envie
Ajouter à ma liste d'envie
Pankaj MishraL’Âge de la colère – Une histoire du présent

Traduit de l’anglais par Dominique Vitalyos


L’âge de la colère, c’est une guerre civile mondiale caractérisée par deux traits majeurs : l’individualisme et le mimétisme appropriatif. Face à ces bouleversements hérités du système politique occidental accouché des Lumières, Pankaj Mishra invite dans ce brillant essai à imaginer au plus vite les bases d’une nouvelle solidarité mondiale.  


Ajouter à ma liste d'envie
Ajouter à ma liste d'envie
Pramoedya Ananta ToerEnfant de toutes les nations – Buru Quartet II

Roman traduit de l’indonésien par Dominique Vitalyos
Postface d’Étienne Naveau


Voici le deuxième volet d’une histoire qu’on voudrait sans fin tant elle est captivante et considérable. Où l’on entre pour ne plus en ressortir, sinon heureux d’avoir intimement perçu, à travers la conscience en éveil d’un homme singulier, la comédie humaine à la mesure des peuples et du monde moderne. Avec ses rouages bien rodés d’oppression et de domination.


Ajouter à ma liste d'envie
Ajouter à ma liste d'envie
Pramoedya Ananta ToerLa Maison de verre – Buru Quartet IV

Roman traduit de l’indonésien par Dominique Vitalyos


Avec la Maison de verre, voici l’époustouflant final de la tétralogie épique de « Pram », publié en français pour la première fois et directement traduit de l’indonésien.


Ajouter à ma liste d'envie
Ajouter à ma liste d'envie
Pramoedya Ananta ToerLe Monde des hommes – Buru Quartet I

Traduction de l’indonésien par Dominique Vitalyos d’après la traduction initiale de Michèle Albaret-Maatsch
Postface d’Étienne Naveau


L’œuvre de Pramoedya Ananta Toer est considérable – plus de cinquante romans, nouvelles et essais, traduits dans près de quarante langues. Avec le Monde des hommes s’ouvre le Buru Quartet, son chef-d’œuvre.


Lire la suite
Ajouter à ma liste d'envie
Ajouter à ma liste d'envie
Antonythasan JesuthasanFriday et Friday

Nouvelles traduites du tamoul (Sri Lanka) par Faustine Imbert-Vier, Élisabeth Sethupathy, et Farhaan Wahab


De Paris à Sri Lanka, les récits de ce très beau recueil de nouvelles ont pour toile de fond l’enfance d’Antonythasan Jesuthasan, ses années de guérilla, son errance et sa vie en France.


Ajouter à ma liste d'envie
Ajouter à ma liste d'envie
Pramoedya Ananta ToerUne empreinte sur la terre – Buru Quartet III

Roman traduit de l’indonésien par Dominique Vitalyos


Voici Minke en homme nouveau. Laissant derrière lui Surabaya pour la capitale des Indes néerlandaises, il entre à l’école de médecine – la seule école supérieure ouverte aux Indonésiens. Mais où que Minke se tourne, même dans les cercles hollandais réformateurs, il se heurte au mur de la domination coloniale, à l’exploitation des terres et des hommes au service de l’industrie sucrière.