Asie du Sud-Est

Ajouter à ma liste d'envie
Ajouter à ma liste d'envie
Shih-Li KowLa Somme de nos folies

Roman traduit de l’anglais (Malaisie) par Frédéric Grellier
Prix du Premier roman étranger 2018


La chronique absolument tendre, libre, drôle, profonde, et volontiers incisive, d’un genre très humain quelque part en Malaisie, aujourd’hui.


Ajouter à ma liste d'envie
Ajouter à ma liste d'envie
Pramoedya Ananta ToerEnfant de toutes les nations – Buru Quartet II

Roman traduit de l’indonésien par Dominique Vitalyos
Postface d’Étienne Naveau


Voici le deuxième volet d’une histoire qu’on voudrait sans fin tant elle est captivante et considérable. Où l’on entre pour ne plus en ressortir, sinon heureux d’avoir intimement perçu, à travers la conscience en éveil d’un homme singulier, la comédie humaine à la mesure des peuples et du monde moderne. Avec ses rouages bien rodés d’oppression et de domination.


Ajouter à ma liste d'envie
Ajouter à ma liste d'envie
Pramoedya Ananta ToerLa Maison de verre – Buru Quartet IV

Roman traduit de l’indonésien par Dominique Vitalyos


Avec la Maison de verre, voici l’époustouflant final de la tétralogie épique de « Pram », publié en français pour la première fois et directement traduit de l’indonésien.


Ajouter à ma liste d'envie
Ajouter à ma liste d'envie
Pramoedya Ananta ToerLe Monde des hommes – Buru Quartet I

Traduction de l’indonésien par Dominique Vitalyos d’après la traduction initiale de Michèle Albaret-Maatsch
Postface d’Étienne Naveau


L’œuvre de Pramoedya Ananta Toer est considérable – plus de cinquante romans, nouvelles et essais, traduits dans près de quarante langues. Avec le Monde des hommes s’ouvre le Buru Quartet, son chef-d’œuvre.


Lire la suite
Ajouter à ma liste d'envie
Ajouter à ma liste d'envie
Pramoedya Ananta ToerUne empreinte sur la terre – Buru Quartet III

Roman traduit de l’indonésien par Dominique Vitalyos


Voici Minke en homme nouveau. Laissant derrière lui Surabaya pour la capitale des Indes néerlandaises, il entre à l’école de médecine – la seule école supérieure ouverte aux Indonésiens. Mais où que Minke se tourne, même dans les cercles hollandais réformateurs, il se heurte au mur de la domination coloniale, à l’exploitation des terres et des hommes au service de l’industrie sucrière.