éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualitésNumérique1000 librairiesNos partenaires
Contact contact Newsletter

Essaiscéytuforeign rightsNewsletter

Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

La Librairie du Tramway


Contacter ce libraire
Le site de la librairie

La Librairie du Tramway
92-104 rue Moncey
69003 Lyon
04 78 14 52 27
voir le plan
HORAIRES D’OUVERTURE
du mardi au vendredi : 10h-19h - le samedi : 10h-14h et 15h19h
La Librairie du Tramway


Auður Ava Ólafsdóttir
Miss Islande
« Hekla quitte sa campagne islandaise pour la capitale. Chargée de sa machine à écrire, elle compte bien profiter de sa vie à Reykjavik pour devenir écrivaine. Elle partage son quotidien avec ses deux meilleurs amis, Isey et Jon John. Elle, une jeune femme déjà mariée, en apparence heureuse dans sa vie et lui, un garçon étonnant qui espère réaliser son rêve, être costumier. Ce roman se déroule en 1963, et à cette époque, l’Islande, comme beaucoup d’autres pays d’Europe est encore très conservatrice. Les rêves de ces trois jeunes sont liés au regard que l’on porte sur eux et prisonniers des cases dans lesquels ils devraient rentrer. Un roman magnifique qui mêle avec justesse et poésie, une douce mélancolie et une pointe d’humour. Miss Islande est un hommage à la création littéraire et la liberté. » Salomé




Hubert Haddad
Un monstre et un chaos
« Raconter la barbarie, mettre des mots sur l’ineffable, créer une œuvre à partir de ce que l’être humain a produit de pire… On a parfois l’impression que la littérature n’en aura jamais fini avec cette question. Le dernier roman de Hubert Haddad s’y confronte à son tour, puisque Un monstre et un chaos se déroule au cœur du ghetto juif de Łódź, en Pologne, pendant la Seconde Guerre mondiale.

Créé en 1940, celui-ci fut le cadre d’une exploitation systématique des Juifs dans des manufactures : ils travaillaient 12 heures par jour dans des conditions innommables pour produire des vêtements, des objets, de l’équipement à destination de l’Allemagne. Le tout sous la coupe de Chaïm Rumkowski, doyen et administrateur du ghetto, persuadé que la participation à l’effort de guerre et à la productivité pourrait garantir aux Juifs leur survie. Hubert Haddad met en scène ce personnage plus qu’ambivalent, le dépeint avec un sens du grotesque qui ne souligne que d’avantage le tragique de la situation.

Le roman oscille ainsi entre un récit historique, qui décrit avec réalisme les conditions de vie du ghetto, ainsi que l’enchaînement implacable d’événements qui mènera à la déportation progressive de tous ses habitants jusqu’à sa liquidation, et une narration beaucoup plus baroque, fantasmagorique, qui noue le destin de ses personnages à la grande histoire.

On découvre ainsi le ghetto à travers les yeux d’un jeune orphelin, Alter : contraint au début du roman à fuir son shtetl suite au massacre de sa famille par les Nazis, il vit une période d’errance avant d’arriver à Łódź. Ce personnage, qui semble se soustraire constamment au regard et à la contrainte que l’on voudrait exercer sur lui, est marqué par une incomplétude fondamentale, liée à la perte de son jumeau. Le thème du dédoublement sera extrêmement prégnant tout au long du livre, de même que celui du jeu d’ombres, du faux-semblant et de l’illusion. Autant de figures qui donnent au texte de Hubert Haddad une aura poétique très singulière.

En toile de fond, une réflexion profonde de l’écrivain sur l’inhumanité, et la possibilité d’y résister par le partage d’un imaginaire et d’une vie commune. Ainsi, le théâtre du marionnettiste maître Azoï, toléré un temps par les nazis, continue d’apporter aux habitants du ghetto des moments de beauté, et même de subversion, au milieu du chaos et du désert moral qu’est devenu leur monde.

Hubert Haddad rend ici un hommage d’une beauté et d’une force terribles à la culture yiddish, décimée en même temps que la population juive d’Europe centrale. Il prend, par exemple, le parti d’insérer des ritournelles et des comptines en yiddish dans le texte, telles quelles, de laisser la musicalité de cette langue guider le lecteur vers leur sens, afin de leur redonner vie pleinement. Une manière – comme tant d’autres dans ce roman à l’écriture travaillée, très évocatrice – d’incarner cette idée que la poésie, comme tout ce qui donne valeur à l’être humain, à son existence, est vitale en temps de barbarie. » Anne




Jean-Marie Blas de Roblès
L’Île du Point Némo
« Véritable hommage aux romans feuilletons de la fin du XIXe siècle, baroque, foisonnant, chatoyant, hilarant, tendre, sexuel… ce livre est un régal, un chef d’œuvre et … je pèse mes mots !!! » Frédérique




David Toscana
El último lector
Lu et conseillé par Romain Vachoux




Razvan Radulescu
La Vie et les Agissements d’Ilie Cazane
« Sans doute le meilleur roman roumain lu cette année (pays invité cette année au salon du livre de Paris). Lorsque l'on sème des tomates grosses comme des melons, il ne faut pas s'étonner de récolter la police politique roumaine. Le quotidien sous le régime communiste comme une fable absurde, de l'humour en plus. »

Romain Vachoux




Hubert Haddad
Le Peintre d'éventail
« Un Japon poétique servi par une langue splendide. Encore une fois, Hubert Haddad nous régale ! » »

Romain Vachoux




Benny Barbash
Little Big Bang
« En trois mots, les bonnes raisons de lire ce livre : l'humour, la légèreté, l'engagement. »

Romain Vachoux




Benny Barbash
Monsieur Sapiro
« Alors qu'il prend un café dans le lobby d'un hôtel, un homme réfléchit à la possibilité de quitter son épouse et de refaire sa vie. Soudain, une serveuse fait son entrée et demande un certain Monsieur Sapiro pour lui transmettre un appel. L'homme contemple alors l'idée de se faire passer pour ce mystérieux Monsieur Sapiro... Benny Barbash réussit l'exploit d'écrire un roman dont l'intrigue occupe un laps de temps d'une incroyable brièveté sans que celui-ci tombe dans le contemplatif. Fiction dans la fiction, ce roman célèbre avant tout l'imagination. »




Hubert Haddad
Opium Poppy
« Une histoire triste d'immigration, transcendée par une langue tellement poétique... » Coup de cœur de Frédérique Pingault et Romain Vachoux




Jean-Marie Blas de Roblès
La Montagne de minuit
« Un vieil homme, au passé trouble dont on ignore tout, doit quitter sa place de concierge d'un lycée près de Fourvière. Sa nouvelle voisine découvre qu'il est une référence en matière de culture tibétaine, et lui propose de l'accompagner au Tibet... Rempli de non-dits, différent du précédent roman de l'auteur, ce livre très juste évoque des personnes qui ont choisi le mauvais camp durant la guerre. »

Romain Vachoux