éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualitésNumérique1000 librairiesNos partenaires
Contact contact Newsletter

Essaiscéytuforeign rightsNewsletter

Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

Coups de cœur des libraires


La Soupe de l'espace
« L'auteure de Rosa Candida et L'Embellie (entre autres), que je vous conseille à foison, est de retour avec un court roman tout en poésie. L'histoire démarre – évidemment – en Islande, en 1942. Un père passionné de volcans baptise sa fille Hekla (l'un d'entre eux, qui entrera en activité quatre ans plus tard) sans vraiment demander l'avis maternel. Vingt-et-un ans plus tard, Hekla est bouillonnante. La voilà qui quitte sa campagne natale pour la ville, la grande. Elle y retrouve ses meilleurs amis : Ísey, devenue mère au foyer sans trop comprendre ce qui lui arrivait, et Jón John, fils sans père de la guerre, homosexuel rêvant de pouvoir vivre ses amours au grand jour. Ses premiers pas dans ce nouvel environnement la ramènent à une réalité qu'il lui faudra affronter puisqu'on lui propose, à elle si jolie, de concourir pour Miss Islande, et à plusieurs reprises. Mais tout ce qui intéresse Hekla, c'est de trouver l'inspiration pour écrire. Elle entame un roman après avoir publié quelques nouvelles et poèmes – sous un pseudonyme masculin, évidemment. Dans cette petite Islande des années 60, les règles sont établies : « poète est un nom masculin ». Ísey écrit des lignes et des lignes en cachette de son mari, Jón John rêve de partir à l'étranger, terre promise de liberté et Hekla, elle, oscille entre tenter d'entrer dans le moule et s'en affranchir pour espérer pouvoir vivre de ses textes. Est-ce qu'Auður Ava Ólafsdóttir parle de son expérience ? Toujours est-il qu'on retrouve les thèmes et mécaniques qui lui sont chers, et elle nous livre ainsi un texte profondément solaire (dans un décor âpre et volcanique), humaniste, et moderne dans sa façon d'aborder les sujets qu'elle a choisi. Intense et légère, drôle et sans pitié, l'écriture d'Ólafsdóttir est unique en son genre et c'est un vrai petit plaisir de lecture ! »
Librairie Le Grenier
« Voici un petit bijou littéraire qui porte en lui un charme fou. Quel plaisir de retrouver Auður Ava Ólafsdóttir(traduction Éric Boury) dans toute la finesse de son écriture et de son atmosphère. Nous sommes dans les années soixante lorsqu' Hekla, vingt et un ans, débarque à Reykjavík avec, sous les bras, sa machine à écrire et une petite valise.Hekla, dont le prénom est emprunté à celui d'un volcan actif situé dans les Hautes Terres d' Islande, va vers son destin d'auteure, sans esbroufe ni délire égotique : elle y va, portée par son art et son amitié pour Jón et Ísey. Lui rêve d'Ailleurs avec un A majuscule pour le porter sur ses ailes, car Jón adore la couture et les hommes dans un pays où la société islandaise ne peut supporter ce genre de ‘‘fantaisie''. Elle, tendre amie d'enfance, rédige secrètement son journal de bord, petite merveille poétique sans en avoir l'air… ce qui en fait toute sa beauté ; Ísey est déjà mère de famille à dix-huit ans, tout à fait dans le cadre de l'époque. Avec une tendresse éblouissante pour ses personnages, Auður Ava Ólafsdóttir nous peint cette Islande conservatrice et corsetée des années soixante qui assène à ses enfants sauvages ‘‘Sois belle et tais-toi''ou‘‘Tu seras un homme mon fils''. Hekla a un père aimant passionné par les volcans, elle possède cette force qui lui dira de ne jamais être cette‘‘Miss Islande'' bonne à marier, mais d'y aller, de déployer ses ailes d'écrivain. Jón a une faille en lui, part sur les bateaux de pêche juste pour pouvoir vivre un quotidien devenu trop étriqué pour lui. Ísey regarde en face sa condition et puise dans cette vie de foyer l'essence même de son art, sans le reconnaître. J'ai embarqué totalement auprès d'eux, leur langage, leur corps, leurs questionnements, leurs aventures, leur inconstance, leur bravoure. Miss Islande est un roman lumineux qui m'a transportée sur ses sentiers de traverse, ceux qui donnent envie de croire en ses rêves et en l'accomplissement de sa vie. Un petit miracle à lui tout seul. » Fanny