éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualitésNumérique1000 librairiesNos partenaires
Contact contact Newsletter

EssaisIntranQu’îllitéscéytuforeign rights

Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

Coups de cœur des libraires


Librairie la Pléiade
« J'avais un peu peur de lire ce roman, j'avais tellement aimé Le Garçon, il m'avait tellement imprésionnée que je me demandais comment Marcus Malte allait bien pouvoir nous éblouir à nouveau.Voilà qui est brillamment réussi avec Aires qui prend un chemin littéraire totalement différent et confirme le génie d'une des plus grandes plumes de notre temps.Roland, Maryse, Claire, Frédéric, Catherine… de nombreux automobilistes s'entrecroisent sous nos yeux sur l'autoroute. Des instantanés de vie bourrés d'humour, de tragédie, de cynisme, entrecoupés de slogans publicitaires tombant à propos dans la narration, de points historiques, statistiques, de faits divers. La construction du roman est proprement hallucinante !Chacun pense aller vers ce qui l'attend au bout de la route : un conjoint malade, une nouvelle vie, des vacances, de nouveaux projets professionnels… Mais le narrateur nous le dit très vite sans ambrage, peu de nos protagonistes auront la chance de prendre une bretelle de sortie vivants.Alors on s'accroche, on prend la vitesse avec eux, on voit définir leurs existences, leurs petits secrets, leurs qualités comme leurs pires défauts. Le suspense nous tient et ne nous lâche plus : quels liens peuvent exister entre ce chauffer de poids-lourds, cette grande patronne, ce petit prof, ce couple de retraité, ce père acheteur compulsif, ces jeunes amoureux ?À travers ces destins, Marcus Malte tisse un texte extrêment engagé. Son humour ravageur souligne avec grande acuité les dérives de notre société, sa course aveugle vers le profit qui nous emmène droit dans le mur.Aires est déjà présent sur les tables de vos libraires, foncez !Petit conseil de lecture : si comme moi vous avez la chance de pouvoir lire en voiture, essayez de profiter au moins d'une partie du roman sur l'autoroute ! » Aurélie Barlet.
Librairie Saint-Christophe
« Êtes-vous de ceux qui, sur les aires d'autoroute, vous demandez qui sont tous ces gens qui font la queue au restaurant, mangent sous les arbres des sandwiches en triangle, ces gens que vous croisez un jour, un seul de votre vie, qui vont imprimer vos rétines une seconde, agacer vos oreilles une seconde, toutes ces vies qui se frôlent sans jamais se toucher ? Moi, je suis de ceux-là, je les regarde remonter dans les voitures, refermer les fenêtres pour mettre la climatisation et disparaître à tout jamais de ma vie. Ils reprennent le long ruban de bitume pour leurs destinations finales. Et Marcus Malte leur a donné vie, il nous donne la marque des voitures, le kilométrage, la valeur à l'argus. Ils nous racontent ces existences que fabrique notre société, sans juger. Ils écoutent la radio, regardent un DVD, ils sont jeunes ou vieux, beaux ou pas,elle pense à tromper son mari, il prend un auto-stoppeur qui veut juste aller « Ailleurs ». Le seul point commun qui les rattache tous aux autres, c'est leur présence sur l'autoroute ce même jour. Aires pour des errances ou qui sait déshérence tout court, car de chaque vie naît une histoire singulière qui n'a, à priori, aucune raison de rencontrer l'autre, mais va savoir, il y a ceux qui croient en Dieu et ceux qui n'y croyaient pas. On avance dans la journée, les journaux à la radio égosillent les nouvelles du monde et on peut dire qu'elles ne sont pas bonnes. On finit par en aimer certains et détester les autres, on rit des petites mesquineries comme des grands effrois. On laisse Marcus Malte détricoter tous ces destins qui immanquablement… C'est un roman sur cette autoroute que nous prenons en ce moment un peu tous à contre-sens, attirés par les feux de l'accélération du temps, qui nous renvoie à nos propres peurs, et nous laissent pantois dans un ultime chaos dont seul Placido saura continuer la marche. » Jean-François Delapré.