« L’écriture de Paul Wenz a la densité
d’un double regard posé sur un monde
en train de naître, un univers composite
où les vieux préjugés amenés d’Europe
avec les lapins côtoient les échos mystérieux
des légendes aborigènes… »

André Gide