éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuapuléeIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer


My First Sony
11,5 x 17,5 cm • 432 pages
ISBN 978-2-84304-769-5
10,50 € • Paru le 03/10/16
Télécharger
la couverture en HD

Imprimer l’argumentaire
Littérature — collection de poche Z/a
Benny Barbash

My First Sony


Traduit de l’hébreu par Dominique Rotermund
Prix Grand Public du Salon du livre 2008

« Je lui dis, Papa, tout m’intéresse, et il me répondit, alors, tu n’as qu’à tout enregistrer. » Yotam, avec la curiosité de ses dix ans et son indispensable petit magnétophone Sony multicolore, laisse traîner ses oreilles partout – mémoire vivante de la famille à mi-hauteur et sur cassettes audio. La matière est riche, et rien ne se perd : le présent, le passé, les non-dits autant que les élans, et à travers l’intimité de cette famille tout sauf ordinaire, c’est un pan entier de la société israélienne qui défile dans ce flot étourdissant… À la fois drôle, hyperréaliste et merveilleusement émouvant.

My First Sony a connu un grand succès en Israël mais aussi en Angleterre, en Allemagne, en Grèce et en Italie où il a reçu le prox WIZO. En France, lors de sa parution en grand format chez Zulma en 2008, il a reçu le Prix Grand Public du Salon du livre de Paris.

Benny Barbash

Dramaturge, écrivain, scénariste, Benny Barbash est né à Beer-Sheva en 1951 et vit à Tel-Aviv. Il est l’un des fondateurs du mouvement La Paix maintenant. Avec My First Sony, Little Big Bang, ou tout récemment La vie en cinquante minutes, Benny Barbash poursuit une œuvre romanesque sensible, riche, intelligente.

« Né à Beer-Sheva en 1951, soit trois ans après la création de l’État d’Israël, Benny Barbash raconte avec une drôlerie sans nom – et aussi beaucoup de tendresse – les tensions et les contradictions qui hantent cette génération d’après la Shoah, déchirée entre ses angoisses existentielles, ses mythes fondateurs, son désir de modernité, et son malaise vis-à-vis du problème palestinien. […] C’est si incongru d’éclater de rire en lisant un roman évoquant la Shoah et le conflit israélo-palestinien que l’auteur de ce petit miracle mérite d’être salué. D’autant que cet homme-là est en passe de devenir une des figures de la littérature israélienne. » Alexandra Schwartzbrod, Libération (À propos de Little Big Bang)

« Passionnant miroir de la société israëlienne »