éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualitésNumérique1000 librairiesNos partenaires
Contact contact Newsletter

EssaisIntranQu’îllitéscéytuforeign rights

Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

En librairie le jeudi 14 novembre 2019  

Le Berger de l'Avent
11,5 x 17,5 cm • 96 pages
ISBN 978-2-84304-879-1
6,95 € • A paraître le 14/11/19
Télécharger
la couverture en HD

Imprimer l’argumentaire
Littérature — collection de poche Z/a
Gunnar Gunnarsson

Le Berger de l’Avent


Postface de Jón Kalman Stefánsson traduite par Éric Boury

Comme chaque année depuis vingt-sept ans, début décembre, Benedikt part avec ses deux fidèles compagnons (son chien et son bélier), pour ramener les moutons égarés avant que l’hiver ne s’abatte pour de bon sur les terres d’Islande.
Le berger, Roc le bélier et Leo le chien se mettent en chemin, toujours plus loin, de refuge en abri de fortune, dans la neige et la nuit, sur des chemins de montagne, dans ce royaume de neige où la terre et le ciel se confondent, avec pour seuls guides quelques rochers et le ciel étoilé. En égaux ils partagent la couche et les vivres.
Mais cette année, le blizzard furieux les prend en embuscade, lui qui vous aveugle, vous lacère et vous coupe le souffle. Ce qui compte avant tout pour ces trois arpenteurs d’Islande au coeur simple, ce sont les brebis égarées qu’il faut ramener au bercail…
Le Berger de l’Avent est une histoire simple et belle qui nous parle de l’Islande, de sa rudesse somptueuse et de ceux qui y vivent. Elle nous parle aussi magnifiquement de détermination et de solidarité. C’est un trésor de la littérature universelle.

À propos du Berger de l'avent

« Un chef-d’œuvre, un texte hors du temps. » Jón Kalman Stefánsson

« En moins de cent pages, Gunnar Gunnarsson nous mène au bout du monde. Son récit inspira, dit-on, Le Vieil Homme et la mer, de Hemingway. Mais ici pas trace de lutte ni d’esprit de conquête. Chacun suit son chemin, blanc sur blanc, convaincu qu’il n’en existe pas d’autre, comme si la paix promise aux hommes de bonne volonté leur avait été enfin accordée. » L’Express