éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuapuléeIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer


La Neige de saint Pierre
11,5 x 17,5 cm • 240 pages
ISBN 978-2-84304-709-1
9,95 € • Paru le 03/10/16
Télécharger
la couverture en HD

Imprimer l’argumentaire
Littérature — collection de poche Z/a
Leo Perutz

La Neige de saint Pierre


Roman traduit de l’allemand par Jean-Claude Capèle



En 1932, Georg Friedrich Amberg, jeune médecin engagé par le baron von Malchin, quitte Berlin pour le lointain village de Morwede. Afin de soigner les paysans ? Pas si évident, car dans le secret de son laboratoire le baron vient de découvrir la neige de saint Pierre, un champignon parasite du blé capable d’agir sur les esprits comme une drogue. Et dont il compte bien se servir pour restaurer la ferveur religieuse… et le Saint Empire romain germanique. Mais la drogue, expérimentée sur les paysans de Morwede et l’entourage du baron, les fera brandir le drapeau d’une tout autre religion…
Interdit par les nazis dès sa parution en 1933, la Neige de saint Pierre est, par-delà l’enquête aux allures de rêve hallucinatoire, le roman de la manipulation et du pouvoir.


Dans la presse...

« Perutz nous prend par la main et nous conduit où il veut, sans nous laisser le temps de réfléchir, par la force de son talent. Après coup, seulement, on découvre, qui enveloppe tout le récit, l’ombre menaçante du Sphinx. » Dominique Fernandez, Le Nouvel Observateur

« Car le souvenir de l’issue finale éclaire alors d’un jour neuf tel passage apparemment anodin, tel geste d’abord inaperçu, telle parole à laquelle on n’avait guère prêté attention et qui se rélèvent au bout du compte comme les pièces essentielles d’un puzzle diabolique. Comme si l’auteur cherchait à nous faire entendre entre les lignes qu’une vie ne peut jamais être déchiffrée qu’à la seule lumière de la "fin de partie" qui en aimante tout le cours d’une façon invisible. » Jean-Pierre Sicre