éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualitésNumérique1000 librairiesNos partenaires
Contact contact Newsletter

EssaisIntranQu’îllitéscéytuforeign rights

Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer


By the rivers of Babylon
11,5 x 17,5 cm • 256 pages
ISBN 978-2-84304-860-9
9,95 € • Paru le 06/06/19
Télécharger
la couverture en HD

Imprimer l’argumentaire
Littérature — collection de poche Z/a
Kei Miller

By the rivers of Babylon


Roman traduit de l’anglais (Jamaïque) par Nathalie Carré
Prix Carbet des Lycéens 2019.
Prix Pierre-François Caillé de la traduction 2018.

Prix Les Afriques 2018.

Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde 2017.
OCM Bocas Prize for Caribbean Literature 2017.



« Car voici la vérité : chaque jour contient bien plus que la somme de ses heures, de ses minutes, de ses secondes. De fait, il ne serait pas exagéré de dire que chaque jour contient en son sein toute l’histoire. »

Augustown, quartier pauvre de Kingston. En cet après-midi d’avril 1982, Kaia rentre de l’école. Sa grand-mère l’attend, assise sur la véranda. Ma Taffy n’y voit plus mais elle sait reconnaître l’odeur entêtante de la calamité. On a coupé les dreadlocks de Kaia – sacrilège absolu chez les rastafari, qui se règle par le feu et le sang. Bercée par le chanvre et tout l’amour qu’elle a dans le cœur, Ma Taffy raconte alors à Kaia sa plus belle histoire et la fierté de son peuple : l’ascension d’Alexander Bedward, le Prêcheur volant…


Kei Miller

« Kei Miller écrit toujours là où se rencontrent la Jamaïque – où il est né en 1978 – et le Royaume-Uni, où il vit, écrit Gladys Marivat dans Le Monde des Livres. Sondant l’histoire violente de l’ancienne colonie britannique, il donne la parole à ceux que l’on n’entend jamais.Le peuple, les pauvres, les fous. »
Romancier et poète découvert en France avec L’authentique Pearline Portious, Kei Miller poursuit une œuvre romanesque envoûtante, puissante, éclatante, et très singulière. Par son verbe magnifique et un sens inouï de la narration, il nous plonge dans le monde vibrant des rastafari – avec au cœur la question lancinante de la résistance et de la liberté.

 

« Kei Miller n’est pas qu’un écrivain : c’est un véritable alchimiste. »

Herald Scotland

Citations

« C’est l’histoire d’un homme qu’essaie d’accomplir quelque chose de beau, qu’essaie d’aller plus haut que ce qu’on pense qu’un homme comme lui est capable d’atteindre… »


Du côté des libraires…

« Attention, ce livre va vous toucher. Une pure merveille jamaïcaine ! On est dans les années 80 et nous voyageons au fil du temps et à travers les générations par la finesse de l’écriture. » Antoine Tracol, librairie Au détour des mots – Tournon

« Voici un texte magnifique sur la condition et la rébellion des noirs dans les ghettos Jamaïcains. » Librairie Effets de Pages – L’Isle-Jourdain

« Premier candidat en lice du Prix curieux de la librairie curieuse. By the rivers of Babylon est un roman dans lequel résonnent les sons et rythmes de la Jamaïque, grondent la puissance des personnages et leur force de résistance et où légendes et Histoire se tutoient. » Librairie Le Cyprès-Gens de la Lune – Nevers

« Il signe un roman brûlant et enchanteur, oscillant entre poésie, fiction et histoire, dont on ressort avide d'en connaître davantage sur la culture rasta et qui porte en son sein l’empreinte universelle des révoltes justes. » Librairie La Buissonière – Yvetot


« Ne passez pas à côté de ce By the rivers of Babylon, et retenez le nom de Kei Miller ; c’est l’un des grands écrivains à découvrir cette année ! » Librairie Labyrinthes – Rambouillet


« Kei Miller prend la voix de la douleur, la fin du livre […] laisse sans voix, la gorge nouée, le ventre vide. » Librairie Saint-Christophe – Lesneven

« Kei Miller raconte une Jamaïque authentique dans un lyrisme puissant auquel se mêle une réalité sociale implacable dans ce texte magnifique qui éveille les sens, en particulier celui de l'insoumission. » Librairie Decitre – Annecy


« Grâce à une ingénieuse construction narrative, cette fiction interroge les notions de croyance, de communauté, d'identité tout en faisant la part belle au rêve et à l’imagination ! » Librairie Le Divan – Paris


« Captivant ! Après l’excellent L’authentique Pearline Portious son précédent roman, Kei Miller nous replonge dans l’atmosphère de son île natale : la Jamaïque. » FNAC La Défense-CNIT – Paris

« Jamaïca style !! Ça tonne, ça gronde… ça enchante ! » Le Quai des brumes – Strasbourg

En coup de cœur aussi à la librairie L’Amandier (Puteaux), à L’Humeur Vagabonde (Paris), à la librairie Michel (Fontainebleau), à la librairie Nouvelle (Asnière)...

« Prodigieux ! » Librairie L'Atelier 9 – Paris

« Allez, un premier choix pour la rentrée, de quoi rire, voyager, réfléchir, s'émouvoir... De quoi oublier le mauvais temps, de quoi se régaler. » Librairie Ouvrir l'Œil – Lyon

« Kei Miller raconte une Jamaïque authentique dans un lyrisme puissant auquel se mêle une réalité sociale implacable dans ce texte magnifique qui éveille les sens, en particulier celui de l'insoumission. » Librairie Ravy – Quimper

« À travers cette fiction captivante au verbe magnifique, Kei Miller nous plonge dans l’atmosphère de son île natale : la Jamaïque. Et nous fait découvrir le monde vibrant des rastafari, indissociable de la question de l’insoumission, de la liberté et des révoltes justes. » Librairie Terre des Livres – Lyon

« C'est dans une langue poétique, émaillée de créole, que l'ancêtre redonne vie à l'histoire du peuple jamaïcain. Une histoire faite de non-dits et de mutilations, de hauts-faits, de merveilles et de magie aussi. Un conte en quelque sorte, bien au-delà de tout folklore réducteur. » Librairie La Géosphère – Montpellier

« Un récit chorale bouleversant, où s’enchâssent dans une Jamaïque, en proie à la ségrégation, les drames et les destinées individuels. Une charge sociale émouvante dont s’échappe même une touche de réalisme magique ! » Librairie Myriagone – Angers

La presse en parle !


« Savant dosage d’histoire et de poésie, son roman est un air qui emporte et dont les paroles dessillent le regard. »
Gladys Marivat, Le Monde des livres

« La traduction est si fine qu’on déguste chaque mot autan-lontan, comme disent si bien les Jamaïcains. »
Karin Cherloneix, Ouest France

« Kei Miller étrille ce système répressif avec fougue dans une langue pleine de vie, créatrice, aux termes éloquents : « femme-misère », « bouche cancan », tout en alliances de termes et glissements phonétiques. »
Franck Mannoni, Le Matricule des anges

« Kei Miller compose un roman choral dans lequel sa terre natale surgit sous le signe de la misère, de l’espoir et de la vie. »
Kerenn Elkaïm, Livres Hebdo


Actualités et rencontres avec Kei Miller


Samedi 28 septembre 2019, Nathalie Carré au festival D’un pays l’autre
Nathalie Carré, traductrice de By the rivers of Babylon, animera un atelier de traduction le samedi 28 septembre à partir de 15 h à la médiathèque Jean-Lévy à Lille.

Médiathèque Jean-Lévy
32-34 rue Edouard Delesalle
Métro République
Un événement gratuit. Réservation souhaitée à l’adresse suivante : jvermeesch@mairie-lille.fr

Les rencontres passées avec Kei Miller
Kei  Miller
Contact presse
01 58 22 19 90
presse@zulma.fr

Contact librairie
Catherine Henry
01 58 22 19 90
catherine.henry@zulma.fr


Grand format