éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuapuléeIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer


Love is Power, ou quelque chose comme ça
12,5 x 19 cm • 352 pages
ISBN 978-2-84304-710-7
22 € • Paru le 03/09/15
Télécharger
la couverture en HD

Imprimer l’argumentaire
Littérature
A. Igoni Barrett

Love is Power, ou quelque chose comme ça


Nouvelles traduites de l’anglais (Nigeria) par Sika Fakambi

« Igoni Barrett est incontestablement l'une des plumes les plus redoutables et modernes du continent. » Jeune Afrique



« Elle s’était laissé distraire par ce moment d’amour avec lui, illusionner par ce mirage de normalité. Elle s’était laissée aller à perdre de vue cette apparition, cette chose en noir et vert militaire qui prenait le pas dès qu’il revêtait son uniforme – et plastronnait comme ça de long en large, ivre de pouvoir. »
Dans un monde en état permanent de survoltage, le tour de force relève autant de l’étude de mœurs que de l’expression juste, de sa modulation, de son rythme, volontiers brut, mais offerte avec une étonnante empathie.
Love is Power, ou quelque chose comme ça est une descente phénoménale, milieux et générations confondus, dans un Lagos ultra-contemporain, vibrant d’envie, de violence et d’espoir, où tous les mondes sont possibles.

« Brillant… et incroyablement stimulant. » Publishers Weekly

 

« Un recueil nerveux et captivant… Barrett décrit parfaitement, de sa voix particulière, l’énergie agitée de Lagos. » Chicago Tribune



La presse en parle

« Sans crainte d’écorner les tabous, le jeune nouvelliste […] décrit, avec une précision cruelle, comment la police nigériane, qui tabasse comme on respire, rackette les automobilistes (sauf les riches) ou viole les prostituées, est composée de bon gros machos ordinaires, qui adorent leurs enfants et s’appuient, pour se supporter, sur l’amour de leurs gentilles épouses. »

Catherine Simon, Transfuge

« Ces nouvelles, écrites dans une langue efficace souvent savoureuse, reflètent l’existence de l’amour : conjugal, filial ou fraternel, il permet d’éviter la désespérance d’un pays en pleine déliquescence, dans un climat d’impuissance et de fatalisme. »

Notes Bibliographiques