éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer


Le Vieux Jardin
14 x 21 cm • 576 pages
ISBN 978-2-84304-500-4
23,90 € • Paru le 06/01/10
Télécharger
la couverture en HD

Imprimer l’argumentaire
Littérature
Hwang Sok-yong

Le Vieux Jardin


Roman traduit du coréen par Jeong Eun-Jin et Jacques Batilliot

Libéré après dix-huit ans de prison, l’opposant politique O Hyônu apprend que Han Yunhi, la femme qu’il a aimée, est morte. Elle lui a laissé des lettres, son journal, des carnets et des dessins. Désemparé, perdu dans une Corée qui a considérablement changé, O Hyônu se remémore ses années d’utopie et de lutte clandestine, sa rencontre avec Han Yunhi, leurs quelques mois d’idylle hors du temps, puis les nuits d’enfermement. Surtout, il se plonge, passionnément, dans le journal que Han Yunhi a écrit pour lui durant son abscence, revivant l’itinéraire de la jeune artiste peintre des années 1970 à 1990, son implication dans un réseau de résistants, son séjour en Allemagne, la chute du mur de Berlin…
Pour Hwang Sok-yong, ce roman à caractère fortement autobiographique est d’abord « le portrait d’une génération qui a voulu réaliser le rêve d’une vie meilleure », mais c’est aussi un magnifique portrait de femme, une œuvre magistrale.

Hwang Sok-yong

« Né en 1943 en Mandchourie, où sa famille s’était réfugiée pour fuir les Japonais, Hwang Sok-yong se retrouve quelques années plus tard à Pyongyang, la cité rouge repeinte aux couleurs soviétiques, puis à Séoul, où il est surpris par la guerre de Corée. Avant de partir combattre au Vietnam, de rentrer au pays, et de se lancer dans d’autres luttes, au nom de la démocratie. De 1993 à 1998, il est expédié en prison pour avoir osé se rendre à Pyongyang, afin de soutenir les artistes du Nord. Lorsque j’étais en détention, raconte-t-il, on n’avait pas le droit d’avoir un stylo-bille. On m’a mis au cachot pendant deux mois pour avoir gardé secrètement un stylo. Je me suis battu énergiquement. J’ai fait dix-huit fois la grève de la faim. Certaines ont duré jusqu’à vingt jours. Hwang Sok-yong est un écrivain du défi. Un idéaliste dans un monde privé d’idéal. » André Clavel

« Un grand roman » — Le Monde des livres

« Cette histoire d’amour, qui résiste à tous les cachots et à toutes les désillusions politiques, est éblouissante. »
Gilles Heuré, Télérama

« L’auteur cherche moins à évoquer les idées abstraites pour lesquelles ont lutté les “hommes ordinaires” comme son héros, que la vie intérieure de ceux-ci. Ce grand roman est un témoignage émouvant dans son dépouillement dédié à une génération de Coréens qui avaient cru pouvoir changer le monde. » Ph. P., Le Monde des livres

« Hwang Sok-yong est aujourd’hui sans conteste le meilleur ambassadeur de la littérature asiatique. » Oe Kenzaburo (Prix Nobel de Littérature)

Le Vieux Jardin a été adapté au cinéma en 2007, sous le même titre, par Im Sang-soo.
« Poussez la porte de ce “Vieux Jardin” vous y trouverez une œuvre sensible, sensuelle et engagée, signée par la fine fleur du cinéma coréen. » Paris Match
Le Vieux jardin : Affiche Im Sang-soo, Jin-hee Ji, Yum Jung-ah

Dans d’autres pays & à l’écran
Hwang Sok-yong
Contact presse
01 58 22 19 90
presse@zulma.fr

Contact librairie
Catherine Henry
01 58 22 19 90
catherine.henry@zulma.fr



Format poche