éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuapuléeIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer


x cm • 0 pages
ISBN
€ • Paru le 01/01/70
Imprimer l’argumentaire
Georges-Olivier Châteaureynaud

L’Autre Rive


Roman
Grand Prix de l’imaginaire

Nous sommes à Écorcheville, sur les bords du Styx, mieux connu pour être le fleuve des morts. Tout y est presque normal. Il pleut des salamandres, l’esclavage n’a pas été aboli, des automates permettent aux citoyens désespérés de se suicider, les fils de famille roulent à tombeau ouvert sur la corniche d’une Riviera désaffectée. Mais là comme partout ailleurs, les ambitions humaines animent les habitants d’un univers qui pourrait être le nôtre.

Dans la cité des secrets et des mensonges, hérissée de tourelles gothiques, gouvernée par deux clans, Benoît Brisé rêve. Fils adoptif élevé en solitaire, il cherche son père. Cette quête intime lui fera rencontrer l’amour, apercevoir Charon le passeur du fleuve, habiter des palais, se lier d’amitié avec un faune trop affectueux. Au terme de ce voyage à la recherche de lui-même, Benoît saura que son destin était inscrit depuis toujours. Georges-Olivier Châteaureynaud nous offre ici un roman-monde : ressemblant et troublant, tendre et tragique, qu’on arpente avec délice.


Dans la presse…

« Avouez que cela ne court pas les librairies. 650 pages qui grouillent entre eau et feu comme des salamandres suractives. 650 pages follement désopilantes et imaginatives, qui se lisent avec exigence et facilité. 650 pages de roman d’apprentissage, aux côtés d’un héros dont l’innocente neutralité se transforme en fougue hors du commun, à force d’épreuves haletantes et poétiques. […] Y aura-t-il quelqu’un pour offrir ce livre à Jean-Pierre Jeunet ou à Tim Burton ? » Marine Landrot, Télérama

 

« Georges-Olivier Châteaureynaud a réussi son chef-d’oeuvre : une imagination débordante, une cascade de rebondissements, d’intrigues qui s’entremêlent, un humour en permanence décalé, une éblouissante maîtrise de la langue, une véritable jouissance à bâtir une fiction d’autant plus crédible qu’elle prend les apparences d’une parabole sur notre condition, sur notre monde et ses travers. » Jean-Claude Perrier, Le Figaro

 

« Mêlant magie et réalisme avec une facilité déconcertante, Châteaureynaud use une fois encore de cette “Faculté des songes” (prix Renaudot en 1982) qui, à grands coups d’extraordinaire, enseigne l’ordinaire. » Marine de Tilly, Le Point