éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualitésNumérique1000 librairiesNos partenaires
Contact contact Newsletter

EssaisIntranQu’îllitéscéytuforeign rights

Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer


La Pensée écologique
14 x 21 cm • 272 pages
ISBN 978-2-84304-841-8
20,00 € • Paru le 07/02/19
Télécharger
la couverture en HD

Imprimer l’argumentaire
Essais
Timothy Morton

La Pensée écologique


Traduit de l’anglais par Cécile Wajsbrot

Si l’agent spécial Dale Cooper (Twin Peaks) prenait la plume, voici le livre qu’il pourrait écrire. Car, à l’image du personnage de David Lynch dont le rapport au monde est bouleversé, Timothy Morton propose une philosophie radicale et troublante.

Le réchauffement climatique, phénomène irréversible dû à l’activité humaine, a déclenché la sixième extinction de masse. Le constat est simple : nous manquons d’outils conceptuels pour penser cette ère de l’Anthropocène. Et si nous nous affranchissions du concept de Nature ? Si, enfin, nous pensions grand (global plutôt que local) ? Et que dire du maillage, de l’interconnectivité de tout avec tout ?

Avec intelligence et humour, Timothy Morton nous libère des discours bien-pensants : adieu écologie verte, économie circulaire et développement durable. Tous ces petits pas pour un monde plus « vert » servent trop souvent à soulager les consciences et verdir les programmes électoraux. Il nous faut changer profondément notre manière de penser, notre manière d’être au monde. De Charles Darwin à Emmanuel Levinas, de William Wordsworth à Percy Shelley, Timothy Morton illustre ses bases théoriques d’exemples aussi concrets que l’art contemporain ou le cinéma de science-fiction – à l’image de Blade Runner ou Solaris. Voici un texte radical qui change notre regard sur le monde, à la fois très accessible et totalement nouveau dans le champ de la philosophie contemporaine.

À propos de l’auteur

Philosophe internationalement reconnu, traduit en une dizaine de langues, Timothy Morton est né à Londres en 1968. Il occupe la prestigieuse chaire Rita Shea Guffey à Rice University (Texas). Mêlant volontiers art et écologie, proche de la philosophie de Bruno Latour, il est sans doute le philosophe contemporain le plus lu par les artistes et plasticiens, de Björk à Julian Charrière Olafur Eliasson.
Timothy Morton a publié huit essais très remarqués. Après Ecology Without Nature (2007), The Ecological Thought est paru en 2010 chez Harvard University Press. Being Ecological vient de paraître chez Penguin UK / MIT Press.


Portrait de Timothy Morton paru dans Le Guardian

Lire le portrait du Guardian consacré à Timothy Morton, traduit de l'anglais par Cécile Wajsbrot.


Living in the Future’s Past : un film produit par Jeff Bridges

L’acteur fétiche des frères Cohen (The Big Lebowsky) présente un film documentaire réalisé par Susan Kucera : Living in the Future’s Past. Dans cet état des lieux de notre planète interviennent de nombreux scientifiques. Timothy Morton y développe longuement plusieurs de ses concepts. Le film, sur les écrans américains depuis le 9 octobre 2019, a reçu plus de quinze distinctions dans des festivals internationaux.


Les hyperobjets : notion fondamentale de Timothy Morton exposée au Centre d'art Ballroom à Marfa

À Marfa, ville du Texas célèbre pour ses liens avec l'art contemporain, Timothy Morton co-organise une exposition fascinante dédiée à l'un de ses concepts fondamentaux : les hyperobjets.

« L’auteur attire notre attention sur des matières créées par les hommes comme le plastique, le glyphosate ou les radiations nucléaires, dont la longévité et donc la capacité de nuisance peuvent atteindre des dizaines, voire des centaines, de milliers d’années. Autant de monstres qui poussent le philosophe à nous ouvrir à une conscience écologique éveillée aux hyperobjets, sujet de l’exposition du Ballroom.»

Un article de Franck Bauchard qui permet d'appréhender pleinement la philosophie de Timothy Morton... À découvrir en détail sur le site Arts Hebdo Medias...

Dans la presse…

« Il y a une échelle des responsabilités, mais tout le monde est responsable. Et donc je n’ai pas le sentiment qu’il faille changer le monde, il n’est pas nécessaire de s’inquiéter pour le monde, mais plutôt pour notre façon de penser le monde. » Un entretien avec Timothy Morton, par Raphaël Bourgois, AOC

« Dans ce texte radical (mais aussi plein d'humour) mêlant art et écologie, ce proche de la philosophie de Bruno Latour nous invite à revoir nos outils conceptuels pour comprendre la crise écologique à laquelle nous sommes confrontés. » David Doucet, Les Inrockuptibles

« Cet essai stimulant rompt avec le discours habituel de l’écologie politique. Entrer en écologie ne se résume pas, pour Morton, à devenir un protecteur de l’environnement mais implique de changer de regard. Il s’agit de comprendre que nous sommes traversés, reliés à d’autres entités vivantes, qu’il s’agisse des bactéries dont nous sommes les hôtes ou des effets de notre action sur la biosphère. Penser écologiquement, c’est se saisir comme faisant partie de ces interactions, de ce maillage, c’est donc l’occasion d’un immense vertige. » Alexandre Lacroix, Philosophie Magazine

« Dans cet ouvrage, enfin traduit en français dix ans après sa publication aux États-Unis, Timothy Morton démonte la notion de nature, la dénonce comme une “addiction”, un doudou en lambeaux auquel l’humanité continuerait de s’accrocher. » Pierre-Édouard Peillon, Le Nouveau Magazine littéraire

« Timothy Morton entend démontrer que l’écologie telle qu’elle est comprise aujourd’hui n’apporte aucune solution, mais qu’elle fait partie du problème parce qu’elle repose sur des concepts erronés. » Laurent Testo, Sciences humaines

« L’essai de Timothy Morton, nourri aussi bien par Mallarmé que par Stanley Kubrick, ouvre un champ de réflexion radicalement nouveau. » Andreina De Bei, Sciences et Avenir

« Au contraire de nombreuses Cassandre annonciatrices de désastre et d’effondrement comme tous ceux qui prétendent que les choses vont bien se passe, Morton fait partie de ceux qui pensent la condition écologique du présent. » Laurent de Sutter, Focus Vif

« En trois chapitres menés tambour battant, cette pensée écologique invite à moins de nature pour plus de conscience. » Laurent Lemire, Livres Hebdo


Sur le web…

« Il y a une échelle des responsabilités, mais tout le monde est responsable. Et donc je n’ai pas le sentiment qu’il faille changer le monde, il n’est pas nécessaire de s’inquiéter pour le monde, mais plutôt pour notre façon de penser le monde. » Un entretien avec Timothy Morton par Raphaël Bourgois, AOC

« Le philosophe promeut une véritable philosophie écologique  de la personne, de l’objet, des affects et du monde, une philosophie écologique qui pense grand, qui n’a pas peur d’être sombre sans être catastrophique, et qui se tourne vers l’avenir sans être optimiste. Véritable acrobate, il nous change de tous les slogans sur la nature, l’effondrement ou l’agir local ! » Géraldine Mosna-Savoye, Le Journal de la philo sur France Culture


« Face à l’écologie des petits pas et du greenwashing, l’écoblanchiment, [Timothy Morton] exhorte à Penser grand, relevant ironiquement qu’il nous est plus facile d’imaginer l’effondrement de la calotte glaciaire que celui du système bancaire. » Jacques Munier, France Culture

« Après une introduction posant les enjeux intellectuels de son livre, Timothy Morton déploie sa pensée en trois chapitres dynamiques et passionnants, confrontation toujours plus aiguë à des paradoxes assumés, mise en pièces d’idées reçues, seule manière de saisir les apories auxquelles la crise nous confronte. » Christine Marcandier, Diacritik

« Stimulante, sa pensée ne ressemble à aucune autre. Même si elle s’avère difficile à suivre, parce que paradoxale, emberlificotée, parfois délirante, on prend vite conscience d’avoir là, en lisant La Pensée écologique, un discours nouveau d’une ampleur exceptionnelle qui fera date une fois digéré et disséminé. Disons que Morton dynamite tout et nous fait voir les choses sous un angle original. » Jean-Pierre Tuquoi, Reporterre

« Bien loin des théories environnementalistes en cours, cette pensée écologique privilégie le global au local, le confus à l’harmonie. Elle s’affranchit du concept même de Nature, pour mieux nous enjoindre à y trouver notre place. Renversant. » Julien Bourbiaux, LM Magazine

« “Quoi ? C’est un livre de philo ? OK : on lâche…”. Sauf qu’on aurait bien tort, tant l’écriture est fluide et prenante. Il y a bien quelques concepts, comme on le verra par la suite, mais le tout se lit fort bien et très facilement […] on s’aperçoit vite que sa démonstration est très structurée, très solide, et on retrouve ses repères, sans exclure l’humour. » Frédéric Stévenot, La Cliothèque


« Morton nous propose une pensée globalisante, aussi rafraîchissante que radicale, pour entrevoir, peut-être, l'après-capitalisme. » Yannick Marcoux, Le Devoir

« Une lecture vertigineuse. » Chantal Guy, LaPresse.ca

Une longue discussion sur La Pensée écologique de Timothy Morton dans Avis Critique de France Culture.

« Alerte sur l’écosystème » : dans le Journal des idées, Jacques Munier mentionne Timothy Morton et son entretien paru dans AOC.

Pour Toute la culture, l’essai de Timothy Morton, La Pensée écologique, traduit par Cécile Wajsbrot, fait partie des meilleures traduction de la rentrée littéraire de l’hiver 2019 !

Points de vue de libraires

« C’est une approche étonnante que nous offre le philosophe américain Timothy Morton : l'écologie sans la nature. Plus qu’un manifeste sur le réchauffement climatique et ses enjeux politiques, l’auteur engage les principes de coexistence et de réciprocité. L’avenir repose sur notre capacité à dépasser notre pensée. » Bérénice Bernal, librairie Payot – Fribourg

« Provocateur, original, brillant et surtout très solide avec ses théories, l’essai de Timothy Morton nous pousse à sortir des sentiers battus, à redéfinir nos certitudes en envisageant une pensée plus large, plus sombre, plus artistique et enfin plus écologique, qui a à voir avec “l’art, la philosophie, la littérature, la musique et la culture. [...] qui inclut toutes les voies imaginables du vivre ensemble”. » Librairie Gallimard – Montréal


Timothy  Morton
Contact Presse :
Doris Audoux
doris.audoux@gmail.com



Livre numérique