éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualitésNumérique1000 librairiesNos partenaires
Contact contact Newsletter

EssaisIntranQu’îllitéscéytuforeign rights

Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer


La Maîtresse de Carlos Gardel
14 x 21 cm • 320 pages
ISBN 978-2-84304-844-9
22,50 € • Paru le 03/01/19
Télécharger
la couverture en HD

Imprimer l’argumentaire
Littérature
Mayra Santos-Febres

La Maîtresse de Carlos Gardel


Roman traduit de l’espagnol (Porto Rico) par François-Michel Durazzo

Micaela n’a rien oublié de ces quelques jours avec lui. Elle se revoit jeune fille, élève infirmière silencieuse et appliquée, nourrissant patiemment son rêve d’entrer à l’École de médecine tropicale. Elle se revoit aux côtés de sa chère Mano Santa, sa grand-mère meilleure qu’une mère, la plus grande guérisseuse de l’île. Elle se revoit, passionnée de botanique, en héritière du secret du cœur-de-vent, ce remède aux vertus exceptionnelles. Elle se revoit dans ses bras à lui.
Lui, c’est Carlos Gardel, l’icône du tango au sommet de sa gloire, qui, le temps d’une tournée – ou d’une chanson – a donné à Micaela le goût de saisir la vie à bras-le-corps. De ces quelques jours grisants comme une fugue enchantée, Mayra Santos-Febres a fait le roman superbe, ensorcelant, d’un grand destin de femme. Où l’on passe des bas quartiers aux hôtels de luxe, où les plantes font vivre ou mourir, où le tango prend corps et voix, où le désir est partout.


On en parle !

« Dans ce prenant roman de formation, l'écrivaine portoricaine Mayra Santos-Febres, dont La Maîtresse de Carlos Gardel est le deuxième livre traduit (sur une quinzaine), évoque l'ascension sociale de deux êtres mus par un même désir : échapper à leur milieu d'origine. » Ariane Singer, Le Monde des livres

« Deuxième roman de la Portoricaine Mayra Santos-Febres traduit sous nos latitudes, La Maîtresse de Carlos Gardel se lit comme un chant magique. » Damien Aubel, Transfuge

« Il faut un talent certain pour amener Carlos Gardel, le plus grand chanteur de tango de tous les temps […]. Pour traverser Porto Rico de bout en bout, tout en réinventant l’histoire de la pilule contraceptive. Pour écrire des passages magnifiques sur le pouvoir de la chanson, tout en distillant dans ces pages un parfum d’ylang-ylang ou de cannelle. Du talent, la romancière porto-ricaine Mayra Santos-Febres n’en manque pas. » Yasmine Youssi, Télérama

« Un roman brûlant de désir et d’injustice qui raconte aussi les prémices de la pilule. Superbe. » Isabelle Bourgeois, Avantages

« Un roman à la poésie enchanteresse sur la beauté incandescente et la dureté de la vie. » Isabelle Potel, Madame Figaro

« La maîtresse de Carlos Gardel, récit d’émancipation ensorcelant et sensuel […] laiss[e] entrevoir, derrière la passion d’une jeune femme qui goûte pour la première fois à l’envoûtement du désir, les injustices, les inégalités et les tensions qui divisent la société portoricaine de l’entre-deux-guerres. » A.F Hébert-Dolbec, Le Devoir

« Santos-Febres écrit avec une palette aux couleurs chaudes, et ses pages chatoient. »  Harvard Review

« Une stylicienne à la prose électrifiante. » Paul Russel, auteur de The Coming Storm


Sur le web…

« Le roman de Mayra Santos-Febres est une ode aux souvenirs, teintée de regrets et de nostalgie, une aventure amoureuse qui ne passe pas sous silence les injustices du racisme et des inégalités de la société portoricaine des années 1930. À dévorer de toute urgence ! » Mathilde Ciulla, Untitled Magazine

« Chaque phrase est une formule magique. On se surprend à suspendre sa lecture pour en relire certaines à demi-voix. Il y a quelque chose au-delà de la musique, quelque chose de très subtil dans l’écriture de Mayra Santos-Febres qui ne peut s’expliquer que par un grand savoir-faire et une exceptionnelle empathie avec le lecteur. » Jérôme Avenas, Toute la culture

« Je vous le dis aussi, ces mots-là, venus d’une île lointaine, vous ancreront, et leur souffle vous grandira, et leur foisonnement vous exaltera. » Nathalie Peyrebonne, Délibéré

« Un roman délicat et envoûtant, mêlant habilement bien des sujets importants. » Abracadabooks

« Alors ce livre il est pour qui ? Il est pour les musiciens, les amateurs de tango en premier lieu, ceux qui aiment se laisser transporter par la voix, celle d’un chanteur ou d’une auteure amoureuse des mots et du rythme passionné. Il est aussi pour les amoureux des Caraïbes et de leur magie, ceux qui aiment osciller entre rêve et réalité, qui veulent croire, ou croire qu’ils croient. » Marie-Ève, Les Liseuses

« Un roman intense, émouvant et plein de grâce. » Hanae, Hanae part en livre

« Formidable espejo où se reflète un magnifique portrait de femme dans le cœur de l’Amérique Latine et au vent des amours aussi prodigieuses que ténébreuses. Un cœur-de-vent sensuel dans les épines de l’acanthe aux sons du tango. Langoureusement superbe ! » Squirelito

« Vous l’aurez compris, ce roman est vibrant, fourmillant, coloré, luxuriant, érudit. Il vous fera voyager dans les îles lointaines sur fond de désir, de chaleur et de musique lancinante, une musique envoûtante qui fait danser et se pâmer. J’ai beaucoup aimé l’écriture pétillante, le rythme des phrases, le son vibrant des mots qui se prêtent au sujet, les couleurs, les odeurs. » Mémo-Émoi

« La nuit et le tango pressent les peaux l’une contre l’autre, imprimant d’invisibles et impérissables secousses dans la mémoire des corps. Ainsi que l’écriture de Mayra Santos-Febres, puissamment suggestive et volontiers sensuelle. » Zoé Courtois

« On a été ému par les amours de Micaela et de Carlos, on a découvert des aspects peu connus du mythe argentin, on a beaucoup appris sur les premiers pas de la contraception : que peut-on demander de plus à un roman par ailleurs plein de couleurs, de vie et de doutes ? » Christian Roinat, America Nostra

Pour le magazine en ligne Toute la culture, La Maîtresse de Carlos Gardel de Mayra Santos-Febres, traduit par François-Michel Durazzo fait partie des meilleures traduction de la rentrée littéraire 2019 !

De jolies critiques sur Babelio !


Vos libraires ont aimé !

« Ce roman envoûte son lecteur, la plume suave de lauteur nous emporte dans une danse effrénée avec les mots, on a toujours envie de vibrer au gré des phrases, de découvrir ce quil se cache derrière les pages. Il sagit ici d'un véritable coup de force, une fois que lon commence ce roman il est impossible de le lâcher. » Luca Ruffini Ronzani, librairie Multipresse – Spa (Belgique)

« Ce roman beau et sensuel envoûte. Emporté dans un tourbillon, irrémédiablement attiré par ces pages merveilleuses on ne peut plus lâcher ce livre. » Amandine, librairie Cheminant – Vannes

Dans la sélection de LAutre Rive – Nancy

« Mêlant traditions médicinales ancestrales et vie biographique dun grand chanteur, lauteure nous livre un délicieux roman chantant. » Librairie La Lison – Lille

« Mise en abîme virtuose, il se raconte, vie tumultueuse, ascension vers la gloire depuis les quartiers pauvres de Buenos Aires. Micaela se souvient, Gardel se souvient : les deux, chacun avec son talent, parviennent à leurs fins, brisant le carcan de la ségrégation sociale et raciale. » André Zaradzki, librairie Le Chant de la Terre – Pont St Esprit

« Avec La Maîtresse de Carlos Gardel, Mayra Santos-Febres nous offre un roman superbe, aventureux, incroyablement foisonnant, ensorcelant, où lon passe des bas-fonds aux hôtels de luxe, où les plantes font vivre ou mourir, où le tango prend corps et voix, où le désir est partout. » Librairie Les Lisières – Roubaix

« Langoureux comme un tango : un roman passionné, passionnel et passionnant ! » Fabienne B., librairie Gibier – Pithiviers

Dans la sélection de La Régulière – Paris

« Coup de cœur ! » Jessica Viaud, librairie Les Fringales littéraires – Les Herbiers

« Une très jolie découverte. » Maud B, librairie Grangier – Dijon

« Un superbe roman, mêlant tradition et modernité, art et science, misère et célébrité pour nous offrir un très beau destin de femme. » Eloïse, librairie LEmbellie – La Bernerie-en-Retz

« Un roman sensuel et envoûtant où le destin de l’héroïne se joue entre guérisseuses et médecine moderne. » Pierre, librairie La Parenthèse – Annonay

« Il y a du réalisme magique à la manière de la tradition de la littérature sud-américaine, une intrigue fabuleuse et singulière à découvrir éditée par les éditions Zulma ! À découvrir ! » David, Cultura – Tours

Dans la sélection spéciale Saint Valentin de la librairie Autour des Mots – Roubaix

« Passion amoureuse au rythme du tango, destin d'une jeune femme descendante de guérisseuses portoricaines : un roman puissant à la poésie enchanteresse. » Librairie de Paris – Paris 17e

Coup de cœur de Clémence, librairie Dédicaces – Rueil Malmaison