éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuapuléeIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer


Enfant de toutes les nations – Buru Quartet II
14 x 21 cm • 512 pages
ISBN 978-2-84304-794-7
24,50 € • Paru le 16/03/17
Télécharger
la couverture en HD

Imprimer l’argumentaire
Littérature
Pramoedya Ananta Toer

Enfant de toutes les nations – Buru Quartet II


Roman traduit de l’indonésien par Dominique Vitalyos

Voici le nouveau volet d’une histoire qu’on voudrait sans fin tant elle est captivante et considérable. L’histoire que « Pram » racontait à ses compagnons de bagne sur l’île de Buru – une histoire aventureuse et romanesque, une histoire politique aussi, qui nous emmène à Surabaya, en Indonésie, au tournant du siècle.

Jeune intellectuel javanais, Minke s’est vu ravir sa femme au lendemain de leurs noces. À Ontosoroh, concubine d’un riche colon, on a ravi sa fille, et bientôt le domaine qu’elle a mis une vie à bâtir. Face aux rouages bien rodés de la domination coloniale, Minke et Ontosoroh sont désormais indéfectiblement liés. Le combat n’en est qu’à ses débuts…

En rencontrant Surati, défigurée volontaire pour échapper aux griffes du directeur hollandais de la sucrerie, ou Trunodongso, paysan exproprié et ses rêves de sédition, Minke se décide à prendre la plume, et à écrire au nom de son peuple.

Par sa richesse romanesque et sa force d’évidence, Enfant de toutes les nations est une œuvre majeure, où l’on entre pour ne plus ressortir, sinon heureux d’avoir intimement perçu, à travers la conscience d’un homme, une comédie humaine à la mesure des peuples et du monde moderne.

« Les dictatures donnent souvent naissance à d’excellentes littératures. C’est un paradoxe réjouissant, auquel l’Indonésie n’a pas échappé. Comme l’Albanie l’a fait avec Kadaré, ou la Russie avec Soljenitsyne, elle s’est acharnée contre son écrivain le plus prometteur, Pramoedya Ananta Toer, et celui-ci, de son côté, s’est escrimé à ne jamais baisser la garde. Il a fini par gagner la partie. » André Clavel, Le Temps


Pramoedya Ananta Toer

Pramoedya Ananta Toer est né en 1925 sur l’île de Java. Après avoir été emprisonné par le gouvernement colonial hollandais de 1947 à 1949, il est envoyé en 1965, sous la dictature de Suharto, au bagne de Buru, dont il sort en 1979 sous la pression internationale. Grand humaniste, fidèle à ses idéaux jusqu’à la fin de sa vie en 2006, il est surveillé et systématiquement censuré.

L’œuvre de Pramoedya Ananta Toer est immense – plus de cinquante romans, nouvelles et essais, traduits dans près de quarante langues. Après le Monde des hommes, voici, avec Enfant de toutes les nations, le deuxième volet du Buru Quartet, publié en français pour la première fois, et directement traduit de l’indonésien.


Tariq Ali – Le Monde des livres

« Tous les soirs pendant huit ans, un prisonnier de l’île de Buru, en Indonésie, condamné à une longue peine, lutta contre la cruauté, la maladie et la folie qui le menaçaient en racontant son histoire à ses compagnons de droit commun. Tandis qu’ils l’écoutaient, ils oubliaient pour un moment le lieu où ils se trouvaient et ceux qui les avaient condamnés à souffrir.
Pramoedya Ananta Toer a été arrêté après le coup d’État militaire de 1965 à Jakarta. Il est resté douze ans enfermé à Buru. Le récit qu’il faisait à ses camarades de prison en ces temps de désespoir est ensuite devenu une tétralogie intitulée Buru Quartet qui a reçu un accueil enthousiaste. Le premier de ces volumes, paru en 1981, est resté en tête des ventes dix mois durant avant d’être interdit. La maison d’édition a dû fermer ses portes. »