éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualitésNumérique1000 librairiesNos partenaires
Contact contact Newsletter

EssaisIntranQu’îllitéscéytuforeign rights

Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

Multipresse


Multipresse
Place verte 7
4900 Spa
+32 87 77 18 12
voir le plan
Leo Perutz
La Neige de saint Pierre
« Un roman qui intrigue, où se mêle manipulation, folie et mystère. Un jeune médecin est envoyé dans le patelin de Morwede pour y soigner ses habitants. Sur place il fera la connaissance de son employeur le mystérieux baron Von Malchin, de son bras droit un ancien prince de Russie, de sa bien aimée dite Bibiche et du fils adoptif du baron le descendant direct de l'empereur Frédéric II ! Petit à petit notre médecin découvre un complot visant à rétablir un Reich en Allemagne. Il mettra tout en oeuvre pour empêcher cela et sauver son amour menacé de mort ! Mais attendez un instant, notre médecin est alité à l'hôpital des suites à un accident de voiture... Pourtant il a bien souvenir de ces événements et le staff hospitalier ressemble un peu à différents belligérants de son histoire... Alors rêve ou manipulation ? Folie ou vérité ?? À vous de le découvrir. Un roman sorti en 1933 en Allemagne et immédiatement censuré par les autorités du IIIe Reich. On comprend assez vite que cette fable satirique ait gêné un certain Adolf. Petit auteur juif autrichien parodie la grande Histoire, il dénonce via ce récit la manipulation de masse et la soif de pouvoir. La structure policière du roman nous emporte de suite, on a toujours envie de savoir ce que la page suivante nous réserve. Un très bon roman d'un auteur trop peu connu. »




Soffía Bjarnadóttir
J'ai toujours ton cœur avec moi
« Revenir pour renaître, revenir pour goûter à ce que le passé fut, tendre ou parfois dur. Hildur l’héroïne de ce roman revient dans son Islande natale suite au décès de sa mère. Dans la petite maison jaune de l’île de Flatey elle se remémore de qui fut cette mère qui n’en fut pas une, cette femme qui n’avait de cesse que de mourir et de renaître. Elle passait d’une vie triste à la lumière en un instant, cette femme, qui fut tout sauf une mère, lègue à sa fille une renaissance. Pour un premier roman la thématique est des plus surprenantes, elle est abordée avec une douceur infinie et en même temps la douleur n'est jamais loin. L’écriture se veut poétique, elle nous enveloppe de belles phrases, nous envoûte et nous emmène dans un récit toujours plus touchant. On ne voit pas le temps passer et on goûte chaque instant avec une intensité parfois amère, parfois douce. Un premier roman très réussi ! »




Hubert Haddad
Le Peintre d'éventail
Ce livre, ce livre est une perle, un bijou littéraire auquel la Littérature moderne doit ses lettres de noblesse. Hubert Haddad est un maître dans l’art du roman, un polymorphe de la culture qui, quand il s’attaque à un sujet le maîtrise jusqu'au bout. Ici notre orfèvre de l’écriture nous transporte au Japon, nous suivons les pérégrinations de Matabeï, ce dernier est parti se retirer dans la région d'Atôra plus exactement dans la pension de dame Hison. Là il découvrira un jardinier aux talents inouïs. Se liant d’amitié avec lui, il deviendra son élève, il y apprendra la contemplation, l’art d’écouter ce que le vent transporte, ce que la mousse chuchote. Dans cette pension hors de toute temporalité on y croise des personnages fantasques et attachants dans l’attente d’un grand bouleversement. La lecture de ce roman est un instant suspendu hors de tout, la poésie des mots nous traverse et vient faire vibrer des choses en nous. Les haïkus qui entrecoupent le récit sont magnifiques. Lisez ce livre !




Hubert Haddad
Le Nouveau Magasin d’écriture
« Comment parler de cette œuvre si singulière, de cet ouvroir de littérature, de cet extraordinaire voyage dans le pays des lettres. On y croise Kafka tout en saluant Éluard, le tout en parcourant les couloirs tordus de l'Oulipo. Il s’agit ici d’une bible, d’un livre aux mille caractéristiques. Hubert Haddad nous entraîne sur les sentiers de la poésie, du roman, de la nouvelle et des contes. On va pratiquer avec lui des exercices pour se connaître, pour apprivoiser les lettres puis l’instant d’après on parlera histoire de la littérature avec Emily Dickinson. Il m’est presque impossible de parler de cet ouvrage tant il y a des choses à dire ! Je crois, pour faire simple, que cet objet littéraire non identifié mérite sa place dans les bibliothèques des amoureux de la littérature ! Une seule chose à dire : Lisez le ! Hubert Haddad est un magicien des mots, un orfèvre qui crée de magnifiques bijoux littéraires. On ne peut qu’admirer son travail. »




Mayra Santos-Febres
La Maîtresse de Carlos Gardel
« Ce livre permet de rentrer dans cette nouvelle année en dansant, en virevoltant d'une façon légère. Dans la chaleur tendre du Porto Rico des années 30, nous suivons le parcours de Micaela jeune infirmière studieuse qui aspire à un plus grand destin. Son chemin croisera celui du roi du Tango, il embrasera sa vie et la bouleversera jusqu’au plus profond de son être. Ce roman envoûte son lecteur, la plume suave de l’auteur nous emporte dans une danse effrénée avec les mots, on a toujours envie de vibrer au gré des phrases, de découvrir ce qu’il se cache derrière les pages. Il s’agit ici d'un véritable coup de force, une fois que l’on commence ce roman il est impossible de le lâcher. Il ne faut pas se méprendre, cet ouvrage est un hommage à la femme, un roman percutant, un hommage au courage et à l’ambition, un hommage aux femmes. » Luca Ruffini Ronzani




Andri Snær Magnason
LoveStar
« Voici un magnifique roman de science fiction, dans un avenir proche, différentes espèces animales changent brutalement leurs habitudes, voici que des oiseaux polaires envahissent Paris ou encore que des insectes transforment une ville en ruche géante. Qu'est qui fait que le comportement de toutes ces espèces change soudainement ? Et si un homme le savait ? Le génial Lovestar le sait, fondateur de sa société homonyme il créé l'homme connecté sans fil, il révolutionne le mode de vie du monde. Lovestar est partout. Sa société gère les différents aspects du quotidien, des enfants difficiles que l'on rembobine aux cadavres étoilés en passant par le calcul de notre âme soeur. Dans ce monde nous suivons les aventures de Indridi et Sigridur qui vivent heureux mais que Lovelove veut séparer... Mais que voici une perle de roman, imaginatif, satirique et incisif. Il dépeint un avenir où l'homme est dépendant, voire même contrôlé par la technologie. Le style narratif est direct et soutient le récit. On rigole beaucoup, on se questionne énormément. Un livre intelligent où l'humour se distille avec de grandes idées pour donner un roman original. » Luca Ruffini Ronzani 




Makenzy Orcel
L'Ombre animale
« Il est de ces romans, de ces auteurs qui ne vous laissent pas indifférent, dans ce cas précis cet ouvrage m'a retourné à plusieurs reprises, il a été violent, intrépide, il a été cette obscurité qui fait que la lumière est lumière. Pour emprunter la formule de NTM « il m'a tapé comme un grand coup de sein en pleine poitrine. » Le style y est direct dans une langue belle. On y découvre le Haïti des villages non loin de la capitale puis la fameuse Port-au-Prince, le paradis qui brûle comme l'enfer. L'histoire nous est contée par une morte, cette voix d'outre tombe ne nous épargnera rien de sa vie, dans un lyrisme cru nous suivrons le quotidien de sa famille, la soumission de la mère, la violence d'un père et les évasions lumineuses du frère. Un roman puissant qui secoue. » Luca Ruffini Ronzani




Zora Neale Hurston
Mais leurs yeux dardaient sur Dieu
« Livre sensationnel, livre d'émancipation, un de ces grands romans moins connus de la littérature américaine. Ici il faut saluer le travail considérable de traduction. En effet la traductrice nous retranscrit ce language vernaculaire, cet argot qu'est le "black english". Le récit ainsi bercé par cette restitution gagne une profondeur infinie qui permet au lecteur une immersion complète. Il faut tout de même avouer que la traduction peut un peu dérouter au début, mais quel coup de maître, je tire mon chapeau pour le travail fourni. Cet ouvrage est construit d'espérances, il nous montre aussi le visage d'une société américaine post-esclavage. Jadie l'héroïne devra conquérir sa liberté, sa liberté d'aimer. Ce bouquin ne vous laissera pas indifférents. » Luca Ruffini Ronzani




Georges-Olivier Châteaureynaud
Singe savant tabassé par deux clowns
« Ce petit recueil est idéal pour découvrir l'univers de l'auteur. Parfois certaines histoires vous dérangeront, d'autres vous titilleront le sourire. La plume de l'auteur vous emportera à coup sûr, son univers est fascinant je vous le recommande. » Luca Ruffini Ronzani




Georges-Olivier Châteaureynaud
L’Autre Rive
« Écorcheville, dernière ville avant le bout du monde, bercée par doux écoulement du Styx. Cette ville, où les machines à suicide ne coûtent désormais plus que 10 euros, s'écroule sur elle même, elle n'est plus que l'ombre de ce qu'elle fût. Ce roman nous plonge dans un univers fermé, un univers qui nous enveloppe totalement, nous voici au coeur d'une fable noire mais qui nous fera sourire et parfois rire. » Luca Ruffini Ronzani




Joachim Schnerf
Cette nuit
« Un livre plein d'humour et d'humanité. » Luca Ruffini Ronzani




Hubert Haddad
Corps désirable
« Un livre qui fait perdre la tête, qui pose des questions, qui parfois peut glacer voire déranger. Peut-on ou ne peut-on pas se payer la tête ou plutôt le corps d'autrui ? Une belle découverte signée Hubert Haddad. » Luca Ruffini Ronzani 




Pascal Garnier
Les Hauts du Bas
« Lecture étonnante ! L'humour noir y est de rigueur et derrière les rires se cache la question de la fin de vie et de la sénilité. On y croise des destins brisés et des destins qui se brisent mais toujours dans une légèreté qui nous pique un sourire au coin des lèvres. Un livre au virage inattendu que je recommande grandement. » Luca Ruffini Ronzani




Razvan Radulescu
Théodose le Petit
« Un ouvrage qui se lit avec un café gourmand au coin du feu dans la vallée des Fraisignons. Je veux parler bien entendu de Théodose le Petit, un ouvrage dont la couverture dégage le parfum sucré d'une gourmandise littéraire comme il est rare d'en croiser. Théodose est trop jeune pour régner sur son royaume, Gabriel Chatchien le régent devra protéger le petit roi de différentes intrigues. On croise dans ce Game of Thrones des plus imaginatifs une chouette, un spectre, un minotaure, un silure très ambitieux, des fourmis vertes et violettes et un comte fana de tennis. Dans une écriture douce et imaginative on suit ce récit avec appétit. À chaque page l'intrigue grandit, à chaque page on avance dans un monde imaginaire des plus pétillant. Un coup de coeur ! » Luca Ruffini Ronzani




Vanessa Barbara
Les Nuits de laitue
« La lecture idéale en cette belle journée d'octobre ! » Luca Ruffini Ronzani




James Noël
Belle merveille
« Un roman qui porte bien son titre, il faut le dire. L'écriture y est poétique, gôuteuse et savoureuse. Pour son premier roman James Noël nous entraîne au lendemain du grand tremblement de terre qui toucha Haïti. De ce désastre va naître une histoire d'amour. Nous suivons, à travers de beaux mots, le quotidien difficile du peuple élu de l'échelle de Richter. L'histoire bercée de lyrisme est envoûtante, malgré les conditions difficiles dans lesquelles elle évolue. La construction de ce roman est formidable, une succession de notes pour un accord en littérature majeure. Je tiens aussi à signaler que l'écriture pleine de saveurs m' a souvent faite penser à la plume du poète belge Eugène Savitzkaya. Si vous ne le connaissez pas je vous encourage vivement à le lire. » Luca Ruffini Ronzani




Yahia Belaskri
Le Livre d’Amray
« Ce roman s'ouvre sur l'histoire d'une reine qui unifia les peuples nomades du désert pour affronter un envahisseur. L'union est une des nombreuses problématiques que le roman aborde. L'impossibilité pour un même peuple de se réunir et de s'entendre, l'impossibilité de sortir des ces luttes fratricides. À travers le récit de vie d'Amray, et parfois de son meilleur ami, on suit l'évolution de l'Algérie sur ce demi-siècle. La plume y est enjoleuse, elle nous emporte à travers une histoire trouble, mais cette plume jamais ne devient lourde, le récit est parsemé de poèmes sublimes qui rajoutent encore de la profondeur au récit. Encore une belle découverte. » Luca Ruffini Ronzani




Hubert Haddad
L’Univers
« Quelque part dans le Pacifique des suite à un naufrage un homme s'échoue sur une plage. Il sera hospitalisé, atteint d'une amnésie cyclique et peu courante ce rescapé entreprend d'écrire un dictionnaire qui résumera sa vie. Voilà qui donne naissance à un des plus beaux, des plus aventureux roman que j'ai lu ces derniers temps.
Du mot abandon au nom de son neurologue le docteur Zwitter on voyage dans une vie en lambeau, une vie en bribe avec pour seul guide une étoile aux voluptées amoureuses qui se nomme Azralone. Notre héros a vécu mille vies, marin, astrophysicien, orphelin juif dans la Bavière d'après guerre, tant de récit en constante expansion, dont le big crunch et le resserrement sont incarnés par le héros. Tout un univers en un seul mot, en un seul atome qui le compose, un univers en une seule vie. La lumière des étoiles se reflètent partout en ce récit, elle nous guide car dans ce mystère quantique que sont les souvenirs et la mémoire d'un homme nous pourrions nous y perdre. Et il faut peut être s'y perdre, se laisser bercer par la plume si douce de monsieur Haddad. Voici un article contenu dans le roman juste pour votre bon plaisir.

Sensation: Dans un monde d'outre-tombe, en différé permanent, l'échange d'informations instantané crée la sensation. Voici à peu près la nature de ma relation avec Azralone. L'énergie des particules sans masse n'a besoin que d'un transfert numérique pour s'incarner à l'identique depuis la matière: d'un champ d'ondes à un autre champ d'ondes. Pour garder l'idée de contact et d'échange, ôtons la salive et l'épiderme qui sont de pures contingences comme les nébuleuses et les éléphants. Azralone m'habitait, indétectable, dans une superposition de songes.

Un roman lumineux, qui se livre comme le cosmos par une nuit dégagée d'été. Du grand Hubert Haddad, un auteur qu'il faut absolument lire, tout comme ce roman. » Luca Ruffini Ronzani




Vaikom Muhammad Basheer
Grand-père avait un éléphant
« Un conte enjoleur et enfantin bien que cruel. Ce texte m'a beaucoup fait pensé à Diderot, à l'époque des lumières ou encore au Baron perché d'Italo Calvino. Dans ce récit l'auteur nous entraîne dans la vie de Kounnioupattouma, jeune enfant indienne vivant dans une croyance aveugle. Nous la verrons grandir et rester une enfant car dans cet univers ultra religieux le dogme est tout. Il faudra attendre l'infortune de son père pour que Kounnioupattouma s'éveille au monde, pour que face à des temps difficiles elle s'ouvre au monde comme une fleur de lotus bercée par les eaux.
Ici le ton est bon enfant, pourtant il dénonce un obscurantisme bien existant dans certaines régions du monde. Ce conte démonte avec douceur et humour ces idées rétrogrades. Une lecture douce et féroce, poétique et belle. Un livre délicat qui invite le sourire sur les lèvres. » Luca Ruffini Ronzani




Shih-Li Kow
La Somme de nos folies
« Une fois encore un récit d'une grande qualité, mais surtout une claque littéraire ! Un ouvrage dont la plume envoûtante nous emporte au plus profond de la Malaisie, plus exactement dans la ville de Lubok Sayong. Nous suivrons les histoires inconcevables de personnages aussi touchants qu'attachants. Dans un style fin et précis nous goûtons et savourons cette Malaisie rurale et urbaine, en plein développement, en plein bouleversement. Ce roman est un roman de vie, de tolérance. La Somme de nos folies où se croise des caractères et des idées folles, où se trouve surtout l'humanité sous ses meilleurs traits. Pour ma part cet ouvrage m'a réconcilié avec la littérature asiatique et m'a donné envie de découvrir un pays. Ce bouquin est un partage merveilleux à posséder au sein de sa bibliothèque. » Luca Ruffini Ronzani




Makenzy Orcel
Maître-Minuit
« Orfèvrerie littéraire, ici on travaille les mots et les maux qui ont habités que trop longtemps une si jolie île. Une île où papa et bébé mordaient leur peuple, où la terreur avait le sourire de Tonton Macoute. Dans ce Haïti ravagé par la dictature nous suivons le destin du jeune Poto, né d'une mère junkie qui préfère ses sniffs de colle à son propre fils et d'un père inconnu. L'enfant va grandir, dans un pays dystopique. Sa seule obsession sera de tout dessiner, de tout figer grâce à ses crayons. Allant de rencontres en rencontres l'enfant grandira, deviendra un homme. En suivant son parcours nous suivons aussi l'histoire de Haïti. Dans la touffeur chaude des bidonvilles nous nous laissons emporter, le roman de par son univers, peut parfois être difficile mais la plume de l'auteur se veut directe et douce, brûlante et bienveillante. L'écrivain nous donne cette fièvre, cette folie qui habite son personnage principal, cette fièvre de tout savoir, il nous ouvre aussi les yeux sur les crimes d'une dictature qui n'est que trop peu connue en Europe. Un ouvrage à découvrir pas à pas, un ouvrage où on se laisse volontiers happer. » Luca Ruffini Ronzani