éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualitésNumérique1000 librairiesNos partenaires
Contact contact Newsletter

EssaisIntranQu’îllitéscéytuforeign rights

Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

Multipresse


Multipresse
Place verte 7
4900 Spa
+32 87 77 18 12
voir le plan
Hubert Haddad
Un monstre et un chaos
« Ce roman est une merveille ! Il n'y a pas d'autres mots. » Luca Ruffini Ronzani




Eduardo Antonio Parra
Les Limites de la nuit
« Ici, à Monterrey les nuits sont chaudes lecteur. Elles t’emportent dans d’obscures étreintes sous le regard complice de la lune. La nuit est un territoire où se jouent diverses histoires, tantôt effrayantes, tantôt réalistes et parfois plus tendres. L’obscurité révèle les hommes et réveille leurs instincts. Livre fantasmagorique, il agit sur le lecteur tel un songe et l’emporte de nouvelles en nouvelles. Récit palpitant à la plume dynamique. Les descriptions nous aident à rentrer dans l’ambiance brûlante et étouffante des nuits mexicaines.
Un livre qui se lit tout seul, un petit bijoux de créativité qui éblouira vos nuits. Les nouvelles de ce recueil explorent différents genres, elles se croisent en un point d'orgue. Un magnifique bouquin à vous procurer de toute urgence ! » Luca Ruffini Ronzani




Pascal Garnier
L'A26
« Lecteur, sens-tu cette pluie qui te martèle le visage ? Le ciel est gris aujourd’hui, comme hier, comme demain. Dans ce Nord la nouvelle ligne d’horizon est une autoroute en construction. Sur ce chantier qui éventre la région les ouvriers font soudainement de macabres découvertes. Qui ? Pourquoi ? Voyons lecteur, tu poses trop de questions, viens plutôt prendre un verre au chaud dans le bistrot de Roland. Ou préfères tu te faire observateur discret et espionner la vie quotidienne de ton voisinage via "le trou de cul du monde" avec Yolande ?
Un roman noir et humain. Pascal Garnier écrivait avec la force de la simplicité du langage. Sa plume parle comme ses personnages, c'est cru, sans détour mais bon dieu que ça fait du bien. Comme souvent avec Garnier il ne faut pas manquer d'humour noir, ses héros ont l’allure de tristes sires débraillés après une soirée de carnaval, mais ses héros sont plus attachants qu’ils sont brisés par la vie. Au fil des lignes on se balade le long de la brèche, on devient spectateur d'une vie quotidienne. Grâce à un style fin et efficace, Pascal Garnier fait de nous des spectateurs d'une tragédie comique. Un roman à lire, un livre avec lequel on passe un excellent moment de lecture. » Luca Ruffini Ronzani




Koffi Kwahulé
Nouvel an chinois
« Lecteur, te voici en plein cœur de Paris. Ce langage qui t’habite est aussi dur que les pierres sous tes pieds. La fougue vit en ta bouche, tu es une pulsion, tu glisse dans cette ville tel du vif argent. Tel un ange tombé du ciel, tu vis et ressens à travers la peau du jeune Ezéchiel. Voici un roman qui ne laisse pas indifférent, un roman qui marque. Prendre le chemin de ses pages est parfois difficile. Le verbe qui est parlé ici est difficile mais fougueux ! La poésie vit dans chaque mot. Si j’ai eu du mal à rentrer dans ce roman, une fois dedans la lecture file et il m’a été impossible de déposer ce livre.
Ici les récits se croisent, mais nous suivrons principalement le jeune Ezéchiel. Jeune homme en perte de repère, à qui il arrive de se réfugier dans l’onanisme. La furie et fougue résonnent en travers ce jeune homme. La narration évolue au fil des égarements de cet adolescent. On y croise des personnages atypiques. Un roman qu’il est bon de lire et qui ne vous laissera pas indifférent. » Luca Ruffini Ronzani




Serge Pey
Le Trésor de la guerre d’Espagne
« Lecteur, l’air est sec, la chaleur est étouffante. Dans le bas de la vallée on ne nous signale que peu de contrôle de la part des autorités. Il nous faudra tout de même être discret… Lecteur tes pieds foulent une terre de poésie, nous ne parlons pas, nous déclamons. Ici le zénith est l’espoir, il traverse les existences sans jamais se disperser, l’espoir est une lumière dans les heures sombres de la bêtise humaine. Résister à l’obscur pour toujours briller, souviens-toi lecteur l'intelligence et la poésie triomphent toujours.
Une superbe découverte ! Un petit livre dans lequel se croisent plusieurs récits, parfois touchants, tantôt misérables mais toujours d’une intelligence et d’une inventivité rare ! On y apprendra à parler le chien, notre sens olfactif sera mis à rude épreuve dans une partie d’échecs des plus vaporeuses et en triomphe ultime on y découvrira le charme tout particulier d’une bibliothèque.
Le style imagé de Serge Pey nous immerge dès les premières lignes dans ce livre si créatif. La plume est poétique, douce et délicate. Un auteur que je me réjouis de découvrir plus amplement. » Luca Ruffini Ronzani




Pascal Garnier
La Théorie du panda
« Lecteur sens-tu ce vent te caresser le visage dans la grisaille de cet arrière pays breton ? Dans la chaleur accueillante du Faro tu goûteras à des plats savoureux, mais qui est ce cuisto ? Pourquoi cherche t-il tant à te rendre heureux ? Lecteur, le bonheur est-il le chemin le plus direct vers les enfers ? Es-tu heureux lecteur ? Es-tu vraiment heureux ? Prends garde lecteur, sous le sourire de la réjouissance se cache le visage d’un prédateur. De bonheur à malheur il n’y a qu’un pas... Pascal Garnier est un maître du roman noir, ses héros sont brisés, habités par leurs failles et leurs démons. Ils sont drôles et terribles à la fois. La construction est toujours habile, l’écriture se veut intriguante et fine. À chaque page le mystère s’épaissit. On se délecte de l’intrigue, on prend goût à cette histoire savoureuse. On ne voit pas arriver la fin et le final est délicieux. Si vous aimez le roman noir je ne peux que vous conseiller de courir acheter ce livre ! » Luca Ruffini Ronzani




Antonythasan Jesuthasan
Friday et Friday
« Lecteur, sens-tu ce vent ? Il souffle en lui l’âme d’une révolution, il va te susurrer au creux de l’oreille les mots "indépendance " et "liberté". Soudain le bruit des bombes te perfore les tympans, ici lecteur l’ennemi est invisible, tu devras te fier à ton instinct et le reconnaître. N’oublie jamais un visage, qui sait tu seras peut être amené à le recroiser en chemin. Mais quelle lecture !! Le dépaysement est garanti ici (comme souvent avec les éditions Zulma), le ton est familier, on pourrait vraiment croire que l'auteur est à côté de nous et qu'il nous raconte ses souvenirs. Les nouvelles sont variées, elles touchent différents thèmes allant de l'usurpation d'identité au déracinement et à la vie loin de sa terre natale. L'écrivain possède une plume des plus entraînantes, les pages filent sous nos yeux sans même qu'on s'en aperçoive. Le ton parfois anecdotique vous fera sourire même si certaines histoires sont dures. Je vous conseille vivement de vous renseigner sur le parcours de vie de l'auteur, qui est des plus surprenants. » Luca Ruffini Ronzani




Medoruma Shun
Les Pleurs du vent
« Lecteur, te voici à nouveau bercé par l’écho des vagues, ce vent qui pleure et te saisit d’effroi va te tirailler entre passé et présent. Ses complaintes rendent hommage aux combattants avant le grand effacement. Dans les nébuleuses du passé, apparaissent les cicatrices du présent. Nous revoici, vous l’aurez compris à Okinawa. Au sommet d’une colline qui abrite un ancien ossuaire où réside un crâne. Quand le vent de la mer s’engage dans ses orbites, ce dernier émet un sifflement, une plainte venue de la tristesse des hommes tombés durant la guerre. Ces pleurs du vent vont attirer les convoitises d'un groupe d’enfants et de journalistes. Certains voudront percer le mystère du crâne, d’autres voudront le protéger. Nos héros sont habités par le souvenir de cette bataille qui a défigurer l’île. Un roman poétique, presque hypnotique. On ne peut pas s’arrêter en chemin, on le dévore tout simplement. L’écriture est ronde et douce. Un style délicat qui se veut entraînant, une réussite. » Luca Ruffini Ronzani




Hubert Haddad
Casting sauvage
« Un roman à deux visages : lecteur, laisse toi entraîner dans cette folle danse des ombres. Laisse toi guider, perds toi au point de ne plus savoir qui est habité par qui. Deux héroïnes se dressent devant toi, et partagent la même devise : « Fluctuat nec mergitur. » Il y a Paris, ville de lumière habitée par ses ombres, ville qui se dévoile et se rédécouvre au fil des pages, au gré des rencontres. Puis il y a Damya, danseuse brisée par la folie des hommes. Danseuse claudiquante à qui l'on a volé son avenir un soir de novembre 2015. Aujourd'hui notre héroïne parcourt les rues de la ville à la recherche de figurants pour une adaptation cinématographique de La Douleur de Duras. Au fil de ses pas, nous rencontrerons ces fantômes qui peuplent la cité, ces destins brisés, ces hommes et ces femmes, nous touchant au travers de leur détresse, de leurs égarements. Un roman sensible, un récit de fragilité, un hommage aux écorchés vifs, un ouvrage qui va droit au coeur. » Luca Ruffini Ronzani




Daniel Morvan
Lucia Antonia, funambule
« Lecteur, avance prudemment, le fil qui sépare la vie et la mort est frêle. Tantôt il verse dans le réalisme, tantôt il emprunte à la poésie ses lettres de noblesse. Ce chemin d’exil lecteur, tu devras le ressentir en ton for intérieur. Goûter au sel d’une vie qui balance entre souvenirs et regrets. Lucia Antonia s’est exilée, suite au décès de sa partenaire et amie, Arthénice. Notre héroïne a décidé de vivre seule sur une presqu’île entourée de marais salants. Cet exil a pour but de protéger le reste de sa troupe et ainsi de lui éviter le malheur. Un récit de renaissance où se mêlent la confusion des sentiments, la nostalgie et l’espoir. La poésie occupe une place importante dans ce roman, elle se cache partout et vient considérablement renforcer le style narratif. La présentation du livre, sous forme de carnets, nous offre la possibilité de nous imprégner des sentiments qui habitent ces lignes. Un ouvrage parfait pour ces soirées estivales qui se profilent. » Luca Ruffini Ronzani




Medoruma Shun
L'âme de Kôtarô contemplait la mer
« Lecteur, sens-tu ce vent te caresser le visage, entends-tu les vagues qui bercent cette île, as-tu, toi aussi, ce léger goût d’iode en bouche ? Ici, à Okinawa, tu vas vivre et ressentir, tu vas connaître la peur et la douceur. Laisse-toi guider à travers cette île martyre hantée par les douloureux souvenirs du Tetsu no bofu. Tu assisteras à des combats de coqs, tu parleras aux esprits, tu dormiras en lisière d’une forêt sacrée. Prends le temps de savourer chaque mots et telle l’âme de Kôtarô, contemple la beauté. Voici un recueil de nouvelles des plus brillant, on ne peut qu’être séduit par l'écriture de Medoruma Shun. Le style se veut pur et efficace. La narration nous enveloppe et nous tient en haleine et ce, dans chacune des nouvelles. L’action se déroule à la veille de la rétrocession de L’île au Japon. On y explore différents styles aussi bien fantastiques que réalistes. Cet auteur a été une révélation pour moi, son écriture m’a donné envie d'explorer plus profondément la littérature japonaise. Je tiens également à signaler une actualité majeure au Japon: ce premier mai, Naruhito deviendra le nouvel empereur du pays du soleil levant. » Luca Ruffini Ronzani




Collectif
Apulée #4 – Traduire le monde
« Comment parler de ces revues et leur faire honneur... La forme est délicate plus qu’un livre. Il s’agit d'objet de littérature, sous un format enrichi de photos, de gravures et de dessins. On voyage d’univers en univers au gré des nombreux auteurs qui contribuent à cette publication.
Tantôt on y découvre des poèmes qui ont la délicatesse des mystères de velours, on y trouve des pensées, des maximes et autres invitations à la réflexion. Les nouvelles et textes qui jalonnent la revue nous emportent, le rythme de lecture y est agréable, toujours entraînant et au grand jamais rébarbatif. Bref Apulée est une perle de littérature. » Luca Ruffini Ronzani




Hubert Haddad
Le Ventriloque amoureux
« Quand un jeune homme héritier d’une riche famille de l’empire allemand décide de devenir un artiste accompli, cela ne va pas du tout plaire à ses aïeux. Pour conserver l’héritage intègre, sa famille le fera interner. Commence alors pour notre héros, un long périple durant lequel il croisera des légionnaires romains survoltés, un amour cannibale, le bon docteur Merz et bien d'autres… Une aventure envoûtante et haute en couleurs qui ne pourra que vous séduire. L'écriture de Haddad est magistrale, entre autre, grâce à un vocabulaire riche. Une plume dense mais abordable; un style fin et brossé qui soulève avec brio cette nouvelle. Petit bonus: le texte est agrémenté par des dessins qui invitent à l'imagination. » Luca Ruffini Ronzani




Hubert Haddad

« Voici une lecture où il faut prendre le temps, savourer la délicatesse de chaque lettre et la pesanteur de l’instant. Lecteur coupe toi du monde, en tête à tête avec ce roman, accorde ton rythme intérieur avec celui de la brise printanière qui emporte avec elle, des pétales de fleurs de cerisier.
Sõichi jeune serveur du café « Crépuscule » est affublé de culs de bouteille en guise de lunettes. Ce dernier s’éprend de la belle Saori, jeune écrivaine passionnée de Haïkus. Peu de temps avant sa mort, Saori remettra une biographie de Santoka à notre héros. Éperdu, bouleversé par la mort de sa belle et admiratif du dernier grand Haïkuiste, Sõichi devient pélerin. Commence alors un jeu de miroirs. Deux vies se font échos. « Moi Sõichi, devenu pélerin en ces terres chanclantes, je marche sur les pas de Santõka depuis qu'une déesse m’a délaissé dans la saison froide. » Un roman délicat, où toute la force poétique de l’auteur se déploie au fil des pages. » Luca Ruffini Ronzani




Hubert Haddad
Les Haïkus du peintre d’éventail
« Voici, non pas la suite, mais le prolongement du livre Le Peintre d'éventail que je ne saurais que trop vous conseiller de lire. Ici, Haddad nous dévoile son remarquable talent de Haïkuiste; ce dernier n’a rien à envier au grand Santõka. Une plume douce habite les pages de cet ouvrage, dont on savoure chaque instant. Lecteur, en choisissant ce livre, tu as fait le choix de la poésie. Ta bouche va maintenant parler le langage secret des fleurs bercées par le vent. Prends le temps de la contemplation, laisse ton esprit au repos, laisse toi voyager au fil des mots. En ces terres d’émotions tu vas rire, sourire, tu vas peut être même pleurer mais surtout tu vas ressentir. » Luca Ruffini Ronzani




Hubert Haddad
Le Bleu du temps
« Lecteur, l’art est une pulsion: elle va te heurter de plein fouet. Ici, sur cette terre de sentiments, une force vive va s’emparer de toi, tu vas devoir te partager entre rêves et désillusions, entre vie et mort. Vas-tu te perdre lecteur ? S’agit-il de la réalité ou d’une illusion ? Dans ce roman, nous suivons Gabriel, peintre figuratif qui se cache du monde dans un magnifique grenier londonien. Un jour, la jeune Christel Paal viendra frapper à sa porte. Jeune âme perdue au caractère bien trempé. Ces deux abîmés apprendront à se connaître et s’attacheront l'un à l'autre. Mais au final, qu’est ce qui peut bien unir nos héros ?
Un roman plein de promesses qui ne vous décevra pas ! » Luca Ruffini Ronzani




Pankaj Mishra
L’Âge de la colère – Une histoire du présent
« Pour comprendre notre présent, il nous faut connaître notre passé. Voici un ouvrage qui éclaire notre histoire, qui nous accompagne pour mieux analyser les temps troubles que nous connaissons aujourd’hui. » Luca Ruffini Ronzani




Leo Perutz
La Neige de saint Pierre
« Un roman qui intrigue, où se mêle manipulation, folie et mystère. Un jeune médecin est envoyé dans le patelin de Morwede pour y soigner ses habitants. Sur place il fera la connaissance de son employeur le mystérieux baron Von Malchin, de son bras droit un ancien prince de Russie, de sa bien aimée dite Bibiche et du fils adoptif du baron le descendant direct de l'empereur Frédéric II ! Petit à petit notre médecin découvre un complot visant à rétablir un Reich en Allemagne. Il mettra tout en oeuvre pour empêcher cela et sauver son amour menacé de mort ! Mais attendez un instant, notre médecin est alité à l'hôpital des suites à un accident de voiture... Pourtant il a bien souvenir de ces événements et le staff hospitalier ressemble un peu à différents belligérants de son histoire... Alors rêve ou manipulation ? Folie ou vérité ?? À vous de le découvrir. Un roman sorti en 1933 en Allemagne et immédiatement censuré par les autorités du IIIe Reich. On comprend assez vite que cette fable satirique ait gêné un certain Adolf. Petit auteur juif autrichien parodie la grande Histoire, il dénonce via ce récit la manipulation de masse et la soif de pouvoir. La structure policière du roman nous emporte de suite, on a toujours envie de savoir ce que la page suivante nous réserve. Un très bon roman d'un auteur trop peu connu. »




Soffía Bjarnadóttir
J'ai toujours ton cœur avec moi
« Revenir pour renaître, revenir pour goûter à ce que le passé fut, tendre ou parfois dur. Hildur l’héroïne de ce roman revient dans son Islande natale suite au décès de sa mère. Dans la petite maison jaune de l’île de Flatey elle se remémore de qui fut cette mère qui n’en fut pas une, cette femme qui n’avait de cesse que de mourir et de renaître. Elle passait d’une vie triste à la lumière en un instant, cette femme, qui fut tout sauf une mère, lègue à sa fille une renaissance. Pour un premier roman la thématique est des plus surprenantes, elle est abordée avec une douceur infinie et en même temps la douleur n'est jamais loin. L’écriture se veut poétique, elle nous enveloppe de belles phrases, nous envoûte et nous emmène dans un récit toujours plus touchant. On ne voit pas le temps passer et on goûte chaque instant avec une intensité parfois amère, parfois douce. Un premier roman très réussi ! »




Hubert Haddad
Le Peintre d'éventail
Ce livre, ce livre est une perle, un bijou littéraire auquel la Littérature moderne doit ses lettres de noblesse. Hubert Haddad est un maître dans l’art du roman, un polymorphe de la culture qui, quand il s’attaque à un sujet le maîtrise jusqu'au bout. Ici notre orfèvre de l’écriture nous transporte au Japon, nous suivons les pérégrinations de Matabeï, ce dernier est parti se retirer dans la région d'Atôra plus exactement dans la pension de dame Hison. Là il découvrira un jardinier aux talents inouïs. Se liant d’amitié avec lui, il deviendra son élève, il y apprendra la contemplation, l’art d’écouter ce que le vent transporte, ce que la mousse chuchote. Dans cette pension hors de toute temporalité on y croise des personnages fantasques et attachants dans l’attente d’un grand bouleversement. La lecture de ce roman est un instant suspendu hors de tout, la poésie des mots nous traverse et vient faire vibrer des choses en nous. Les haïkus qui entrecoupent le récit sont magnifiques. Lisez ce livre !




Hubert Haddad
Le Nouveau Magasin d’écriture
« Comment parler de cette œuvre si singulière, de cet ouvroir de littérature, de cet extraordinaire voyage dans le pays des lettres. On y croise Kafka tout en saluant Éluard, le tout en parcourant les couloirs tordus de l'Oulipo. Il s’agit ici d’une bible, d’un livre aux mille caractéristiques. Hubert Haddad nous entraîne sur les sentiers de la poésie, du roman, de la nouvelle et des contes. On va pratiquer avec lui des exercices pour se connaître, pour apprivoiser les lettres puis l’instant d’après on parlera histoire de la littérature avec Emily Dickinson. Il m’est presque impossible de parler de cet ouvrage tant il y a des choses à dire ! Je crois, pour faire simple, que cet objet littéraire non identifié mérite sa place dans les bibliothèques des amoureux de la littérature ! Une seule chose à dire : Lisez le ! Hubert Haddad est un magicien des mots, un orfèvre qui crée de magnifiques bijoux littéraires. On ne peut qu’admirer son travail. »




Mayra Santos-Febres
La Maîtresse de Carlos Gardel
« Ce livre permet de rentrer dans cette nouvelle année en dansant, en virevoltant d'une façon légère. Dans la chaleur tendre du Porto Rico des années 30, nous suivons le parcours de Micaela jeune infirmière studieuse qui aspire à un plus grand destin. Son chemin croisera celui du roi du Tango, il embrasera sa vie et la bouleversera jusqu’au plus profond de son être. Ce roman envoûte son lecteur, la plume suave de l’auteur nous emporte dans une danse effrénée avec les mots, on a toujours envie de vibrer au gré des phrases, de découvrir ce qu’il se cache derrière les pages. Il s’agit ici d'un véritable coup de force, une fois que l’on commence ce roman il est impossible de le lâcher. Il ne faut pas se méprendre, cet ouvrage est un hommage à la femme, un roman percutant, un hommage au courage et à l’ambition, un hommage aux femmes. » Luca Ruffini Ronzani




Andri Snær Magnason
LoveStar
« Voici un magnifique roman de science fiction, dans un avenir proche, différentes espèces animales changent brutalement leurs habitudes, voici que des oiseaux polaires envahissent Paris ou encore que des insectes transforment une ville en ruche géante. Qu'est qui fait que le comportement de toutes ces espèces change soudainement ? Et si un homme le savait ? Le génial Lovestar le sait, fondateur de sa société homonyme il créé l'homme connecté sans fil, il révolutionne le mode de vie du monde. Lovestar est partout. Sa société gère les différents aspects du quotidien, des enfants difficiles que l'on rembobine aux cadavres étoilés en passant par le calcul de notre âme soeur. Dans ce monde nous suivons les aventures de Indridi et Sigridur qui vivent heureux mais que Lovelove veut séparer... Mais que voici une perle de roman, imaginatif, satirique et incisif. Il dépeint un avenir où l'homme est dépendant, voire même contrôlé par la technologie. Le style narratif est direct et soutient le récit. On rigole beaucoup, on se questionne énormément. Un livre intelligent où l'humour se distille avec de grandes idées pour donner un roman original. » Luca Ruffini Ronzani 




Makenzy Orcel
L'Ombre animale
« Il est de ces romans, de ces auteurs qui ne vous laissent pas indifférent, dans ce cas précis cet ouvrage m'a retourné à plusieurs reprises, il a été violent, intrépide, il a été cette obscurité qui fait que la lumière est lumière. Pour emprunter la formule de NTM « il m'a tapé comme un grand coup de sein en pleine poitrine. » Le style y est direct dans une langue belle. On y découvre le Haïti des villages non loin de la capitale puis la fameuse Port-au-Prince, le paradis qui brûle comme l'enfer. L'histoire nous est contée par une morte, cette voix d'outre tombe ne nous épargnera rien de sa vie, dans un lyrisme cru nous suivrons le quotidien de sa famille, la soumission de la mère, la violence d'un père et les évasions lumineuses du frère. Un roman puissant qui secoue. » Luca Ruffini Ronzani




Zora Neale Hurston
Mais leurs yeux dardaient sur Dieu
« Livre sensationnel, livre d'émancipation, un de ces grands romans moins connus de la littérature américaine. Ici il faut saluer le travail considérable de traduction. En effet la traductrice nous retranscrit ce language vernaculaire, cet argot qu'est le "black english". Le récit ainsi bercé par cette restitution gagne une profondeur infinie qui permet au lecteur une immersion complète. Il faut tout de même avouer que la traduction peut un peu dérouter au début, mais quel coup de maître, je tire mon chapeau pour le travail fourni. Cet ouvrage est construit d'espérances, il nous montre aussi le visage d'une société américaine post-esclavage. Jadie l'héroïne devra conquérir sa liberté, sa liberté d'aimer. Ce bouquin ne vous laissera pas indifférents. » Luca Ruffini Ronzani




Georges-Olivier Châteaureynaud
Singe savant tabassé par deux clowns
« Ce petit recueil est idéal pour découvrir l'univers de l'auteur. Parfois certaines histoires vous dérangeront, d'autres vous titilleront le sourire. La plume de l'auteur vous emportera à coup sûr, son univers est fascinant je vous le recommande. » Luca Ruffini Ronzani




Georges-Olivier Châteaureynaud
L’Autre Rive
« Écorcheville, dernière ville avant le bout du monde, bercée par doux écoulement du Styx. Cette ville, où les machines à suicide ne coûtent désormais plus que 10 euros, s'écroule sur elle même, elle n'est plus que l'ombre de ce qu'elle fût. Ce roman nous plonge dans un univers fermé, un univers qui nous enveloppe totalement, nous voici au coeur d'une fable noire mais qui nous fera sourire et parfois rire. » Luca Ruffini Ronzani




Joachim Schnerf
Cette nuit
« Un livre plein d'humour et d'humanité. » Luca Ruffini Ronzani




Hubert Haddad
Corps désirable
« Un livre qui fait perdre la tête, qui pose des questions, qui parfois peut glacer voire déranger. Peut-on ou ne peut-on pas se payer la tête ou plutôt le corps d'autrui ? Une belle découverte signée Hubert Haddad. » Luca Ruffini Ronzani 




Pascal Garnier
Les Hauts du Bas
« Lecture étonnante ! L'humour noir y est de rigueur et derrière les rires se cache la question de la fin de vie et de la sénilité. On y croise des destins brisés et des destins qui se brisent mais toujours dans une légèreté qui nous pique un sourire au coin des lèvres. Un livre au virage inattendu que je recommande grandement. » Luca Ruffini Ronzani




Razvan Radulescu
Théodose le Petit
« Un ouvrage qui se lit avec un café gourmand au coin du feu dans la vallée des Fraisignons. Je veux parler bien entendu de Théodose le Petit, un ouvrage dont la couverture dégage le parfum sucré d'une gourmandise littéraire comme il est rare d'en croiser. Théodose est trop jeune pour régner sur son royaume, Gabriel Chatchien le régent devra protéger le petit roi de différentes intrigues. On croise dans ce Game of Thrones des plus imaginatifs une chouette, un spectre, un minotaure, un silure très ambitieux, des fourmis vertes et violettes et un comte fana de tennis. Dans une écriture douce et imaginative on suit ce récit avec appétit. À chaque page l'intrigue grandit, à chaque page on avance dans un monde imaginaire des plus pétillant. Un coup de coeur ! » Luca Ruffini Ronzani




Vanessa Barbara
Les Nuits de laitue
« La lecture idéale en cette belle journée d'octobre ! » Luca Ruffini Ronzani




James Noël
Belle merveille
« Un roman qui porte bien son titre, il faut le dire. L'écriture y est poétique, gôuteuse et savoureuse. Pour son premier roman James Noël nous entraîne au lendemain du grand tremblement de terre qui toucha Haïti. De ce désastre va naître une histoire d'amour. Nous suivons, à travers de beaux mots, le quotidien difficile du peuple élu de l'échelle de Richter. L'histoire bercée de lyrisme est envoûtante, malgré les conditions difficiles dans lesquelles elle évolue. La construction de ce roman est formidable, une succession de notes pour un accord en littérature majeure. Je tiens aussi à signaler que l'écriture pleine de saveurs m' a souvent faite penser à la plume du poète belge Eugène Savitzkaya. Si vous ne le connaissez pas je vous encourage vivement à le lire. » Luca Ruffini Ronzani




Yahia Belaskri
Le Livre d’Amray
« Ce roman s'ouvre sur l'histoire d'une reine qui unifia les peuples nomades du désert pour affronter un envahisseur. L'union est une des nombreuses problématiques que le roman aborde. L'impossibilité pour un même peuple de se réunir et de s'entendre, l'impossibilité de sortir des ces luttes fratricides. À travers le récit de vie d'Amray, et parfois de son meilleur ami, on suit l'évolution de l'Algérie sur ce demi-siècle. La plume y est enjoleuse, elle nous emporte à travers une histoire trouble, mais cette plume jamais ne devient lourde, le récit est parsemé de poèmes sublimes qui rajoutent encore de la profondeur au récit. Encore une belle découverte. » Luca Ruffini Ronzani




Hubert Haddad
L’Univers
« Quelque part dans le Pacifique des suite à un naufrage un homme s'échoue sur une plage. Il sera hospitalisé, atteint d'une amnésie cyclique et peu courante ce rescapé entreprend d'écrire un dictionnaire qui résumera sa vie. Voilà qui donne naissance à un des plus beaux, des plus aventureux roman que j'ai lu ces derniers temps.
Du mot abandon au nom de son neurologue le docteur Zwitter on voyage dans une vie en lambeau, une vie en bribe avec pour seul guide une étoile aux voluptées amoureuses qui se nomme Azralone. Notre héros a vécu mille vies, marin, astrophysicien, orphelin juif dans la Bavière d'après guerre, tant de récit en constante expansion, dont le big crunch et le resserrement sont incarnés par le héros. Tout un univers en un seul mot, en un seul atome qui le compose, un univers en une seule vie. La lumière des étoiles se reflètent partout en ce récit, elle nous guide car dans ce mystère quantique que sont les souvenirs et la mémoire d'un homme nous pourrions nous y perdre. Et il faut peut être s'y perdre, se laisser bercer par la plume si douce de monsieur Haddad. Voici un article contenu dans le roman juste pour votre bon plaisir.

Sensation: Dans un monde d'outre-tombe, en différé permanent, l'échange d'informations instantané crée la sensation. Voici à peu près la nature de ma relation avec Azralone. L'énergie des particules sans masse n'a besoin que d'un transfert numérique pour s'incarner à l'identique depuis la matière: d'un champ d'ondes à un autre champ d'ondes. Pour garder l'idée de contact et d'échange, ôtons la salive et l'épiderme qui sont de pures contingences comme les nébuleuses et les éléphants. Azralone m'habitait, indétectable, dans une superposition de songes.

Un roman lumineux, qui se livre comme le cosmos par une nuit dégagée d'été. Du grand Hubert Haddad, un auteur qu'il faut absolument lire, tout comme ce roman. » Luca Ruffini Ronzani




Vaikom Muhammad Basheer
Grand-père avait un éléphant
« Un conte enjoleur et enfantin bien que cruel. Ce texte m'a beaucoup fait pensé à Diderot, à l'époque des lumières ou encore au Baron perché d'Italo Calvino. Dans ce récit l'auteur nous entraîne dans la vie de Kounnioupattouma, jeune enfant indienne vivant dans une croyance aveugle. Nous la verrons grandir et rester une enfant car dans cet univers ultra religieux le dogme est tout. Il faudra attendre l'infortune de son père pour que Kounnioupattouma s'éveille au monde, pour que face à des temps difficiles elle s'ouvre au monde comme une fleur de lotus bercée par les eaux.
Ici le ton est bon enfant, pourtant il dénonce un obscurantisme bien existant dans certaines régions du monde. Ce conte démonte avec douceur et humour ces idées rétrogrades. Une lecture douce et féroce, poétique et belle. Un livre délicat qui invite le sourire sur les lèvres. » Luca Ruffini Ronzani




Shih-Li Kow
La Somme de nos folies
« Une fois encore un récit d'une grande qualité, mais surtout une claque littéraire ! Un ouvrage dont la plume envoûtante nous emporte au plus profond de la Malaisie, plus exactement dans la ville de Lubok Sayong. Nous suivrons les histoires inconcevables de personnages aussi touchants qu'attachants. Dans un style fin et précis nous goûtons et savourons cette Malaisie rurale et urbaine, en plein développement, en plein bouleversement. Ce roman est un roman de vie, de tolérance. La Somme de nos folies où se croise des caractères et des idées folles, où se trouve surtout l'humanité sous ses meilleurs traits. Pour ma part cet ouvrage m'a réconcilié avec la littérature asiatique et m'a donné envie de découvrir un pays. Ce bouquin est un partage merveilleux à posséder au sein de sa bibliothèque. » Luca Ruffini Ronzani




Makenzy Orcel
Maître-Minuit
« Orfèvrerie littéraire, ici on travaille les mots et les maux qui ont habités que trop longtemps une si jolie île. Une île où papa et bébé mordaient leur peuple, où la terreur avait le sourire de Tonton Macoute. Dans ce Haïti ravagé par la dictature nous suivons le destin du jeune Poto, né d'une mère junkie qui préfère ses sniffs de colle à son propre fils et d'un père inconnu. L'enfant va grandir, dans un pays dystopique. Sa seule obsession sera de tout dessiner, de tout figer grâce à ses crayons. Allant de rencontres en rencontres l'enfant grandira, deviendra un homme. En suivant son parcours nous suivons aussi l'histoire de Haïti. Dans la touffeur chaude des bidonvilles nous nous laissons emporter, le roman de par son univers, peut parfois être difficile mais la plume de l'auteur se veut directe et douce, brûlante et bienveillante. L'écrivain nous donne cette fièvre, cette folie qui habite son personnage principal, cette fièvre de tout savoir, il nous ouvre aussi les yeux sur les crimes d'une dictature qui n'est que trop peu connue en Europe. Un ouvrage à découvrir pas à pas, un ouvrage où on se laisse volontiers happer. » Luca Ruffini Ronzani