éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuapuléeIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

Maison de la presse Bron


Contacter ce libraire
Le site de la librairie

Maison de la presse Bron
150, avenue Franklin Roosevelt
69500 Bron
0478260809
voir le plan
HORAIRES D’OUVERTURE
Du Lundi au Samedi 6h30 - 12h30 14h - 19h
ÉQUIPE
Benoit Joly
Jean-Marie Blas de Roblès
Dans l’épaisseur de la chair
« Une famille, plusieurs générations, une terre, l'Algérie, terre d'accueil, de bonheur, de vie, mais aussi de blessure et d'exil. » Letizia, Maison de la presse de Bron




Ambai
De haute lutte
« Ce roman court et poétique est un recueil de nouvelles, ce genre méconnu et peu apprécié en France mérite pourtant qu’on y prête attention, surtout quand elles viennent d’Inde. Oui, j’adore les nouvelles indiennes, et celles-ci ont été un ravissement. Il est difficile de faire un résumé quand il s’agit de nouvelles, alors je me contenterai de vous dire que celles-ci vont vous faire voyager à travers les légendes, chants et mythes de l’Inde. On y parle de la position délicate des femmes, mais des femmes fortes, musicienne, éditrice, femme d’affaires, fières de leurs libertés. C’est un joli recueil de nouvelles, une écriture magnifique, dans lesquelles la puissance des mots font naître en nous des images épicées et chaudes, et une folle envie de prendre l’avion pour rejoindre ce pays et entendre Ambai vous conter elle-même ses histoires. Il est peut-être temps de découvrir enfin ce magnifique livre !! » Letizia




Zoyâ Pirzâd
Comme tous les après-midi
« Zoyâ Pirzâd une auteure incroyable, de surcroit iranienne, qui mérite le détour !! Dans ce nouveau livre, elle nous livre à travers des nouvelles: douceur, poésie et mélancolie. Je ne ferai pas de résumé, c’est impossible pour moi avec les nouvelles, je ne suis pas assez concise mais surtout je préfère vous les laissez découvrir. L’Iran, les traditions, les femmes, la rue, la ville, les enfants, le temps. Les voix de femmes s’entremêlent avec ses mots qui vous emportent très vite vers ces terres inconnues. Volupté, sérénité avec une pointe de magie. Un livre que l’on dévore comme les premières fraises du jardin, avec gourmandise, avidité et en même temps on ne veut pas que ça finisse. Bref, courrez à la librairie !!! » Letizia




Leo Perutz
Le Maître du Jugement dernier
« Fumée, cigares, piano, hallucinations, jeu macabre et destructeur, tout les ingrédients pour vous tenir en haleine. Serez-vous capable d’échapper au Maître du Jugement Dernier ? Un très bon roman du talentueux allemand Leo Perutz et encore une fois un magnifique travail d’édition de la maison d’édition Zulma ! » Letizia




Eileen Chang
Deux brûle-parfums
« Comme toujours, Zulma nous fait découvrir un univers au-delà de ce que nous connaissons, au cœur d’un environnement aussi paradisiaque qu’étouffant. » Letizia.




Jean-Marie Blas de Roblès
L’Île du Point Némo
« Voilà je pense le roman le plus atypique, originale, délicieusement surprenant que j’ai pu lire depuis longtemps. (...) Un roman dans lequel on plonge un peu comme dans un de Jules Vernes, avec une pointe de steampunk. On n’arrive pas à savoir dans quelle époque se déroule les aventures des différents personnages haut-en-couleur que l’on croise et je l’avoue c’est assez jubilatoire. C’est le genre de roman dont on est déçu qu’il est une fin. Merci à Jean Marie Blas de Roblès pour ce voyage incroyable, ce livre est un chef d’oeuvre !!!! » Letizia




Boubacar Boris Diop
Murambi, le livre des ossements
« Rwanda, 1994. Les Hutus prennent les armes et massacrent les Tutsis afin qu’il ne reste aucun survivant, aucun témoin. Et pendant ce temps le monde détourne les yeux. Dans ce roman vibrant et incroyable, Boubacar Boris Diop donne la parole à différents personnages avant et après le massacre, bourreaux, victimes, survivants, résistants… Cornelius, Rwandais exilé depuis de nombreuses années avant le génocide, revient dans son pays et écoute les voix de ces morts qui racontent leurs histoires, il remonte le cours de son histoire personnelle et de l’Histoire de son pays pour retrouver ses racines. Un roman magnifique, dur et brutal, Boubacar Boris Diop donne des mots à l’indicible, et avec un talent incroyable permet d’appréhender cette tragédie du XXe siècle. À lire absolument ! » Letizia




Auður Ava Ólafsdóttir
L'Exception
« 31 décembre, alors que les feux d’artifice commencent à éclater, Floki, le mari de Maria, lui fait une révélation : il est homosexuel et a décidé de refaire sa vie avec un autre. Maria, la belle épouse et mère de jumeaux, ne comprend pas qu’après onze ans de mariage on puisse faire son coming out. Comment retrouver une existence normale après un tel choc ? Heureusement, Maria a une voisine peu commune : Perla, naine, spécialiste conjugale et écrivain. Une voisine quelque peu intrusive mais qui va pousser Maria à reprendre le cours de sa vie. Une nouvelle fois, Auður Ava Ólafsdóttir réussit un très beau roman, de la première à la dernière ligne, on est captivé par les mots de l’Islandaise, au point de frissonner face à l’hiver arctique. À lire absolument ! » Letizia




Nii Ayikwei Parkes
Notre quelque part
« Kwasida, le jour de toutes les choses sous le soleil, le chasseur Yao Poku est témoin d’une scène incongrue dans son petit village ghanéen. Une jeune femme de la ville, attirée par un oiseau à tête bleue magnifique, s’engouffre à sa suite dans une case et découvre une scène quelque peu macabre. Les policemans arrivent alors sur place mais personne ne comprend la scène et quel est cet étrange reste rouge et malodorant trouvé dans la case. C’est alors que Kayo, jeune médecin légiste, est appelé sur place. Entre deux calebasses de vin de palme et histoires du vieux chasseur Yao Poku, Kayo découvre la vie de ce village loin des tumultes de la ville et de ses secrets. Un livre EXTRAORDINAIRE, entre modernité et tradition, on plonge dans ce village ghanéen avec beaucoup de plaisir. De l’humour, de l’intrigue, du suspense et du vin de palme, tel est le mélange parfait qu’a su écrire Nii Ayikwei Parkes. » Letizia 




Hubert Haddad
Théorie de la vilaine petite fille
« 1848 aux États-Unis, dans le comté de Monroe, les jeunes sœurs Fox viennent d’emménager dans leur nouvelle demeure. Alors qu’elles essayent de s’habituer à cette nouvelle vie, Kate et Margaret se rendent compte de phénomènes étranges au sein de leur ferme. Des craquements, des drôles de bruits, qui les tiennent éveillées la nuit. Kate commence alors à dialoguer avec Mister Splitfoot. Mais la rumeur du don des petites sœurs Fox pour dialoguer avec les esprits va déchaîner les passions et les faire fuir. Elles vont alors rejoindre leur grande sœur Leah, qui voit en ce don un moyen d’enrichissement et de gloire. C’est la naissance du spiritualisme moderne dans une Amérique puritaine en pleine guerre de Sécession. Hubert Haddad signe un roman vaste et riche, il rend hommage aux sœurs Fox, notamment Kate et Margaret, et nous fait revivre une période de l’histoire américaine complexe. C’est à la fois un roman historique mais aussi un roman sur ces femmes qui ont été dépassées par leurs dons. Hubert Haddad s’impose encore une fois comme un grand écrivain qui, avec un style riche et poétique, nous peint une fresque incroyable de ces années entre réalité et ombre. » Letizia