éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuapuléeIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

Librairie Quai des Brumes


Contacter ce libraire
Le site de la librairie

Librairie Quai des Brumes
120, Grand’Rue
67000 Strasbourg
03 88 35 32 84
voir le plan
HORAIRES D’OUVERTURE
Lundi : 14h à 19h - Mardi/Samedi : 10h à 19h
RESPONSABLE(S)
Sébastien Le Benoist
ÉQUIPE
quatre libraires et un apprenti
Superficie : 130 m²
Références : 25 000
Au fond, une grande salle aux moulures et miroirs : c'est le rayon jeunesse et le royaume de Juliette – qui n'hésite jamais à s'emparer de romans et nouvelles, même s'ils sont pour les grands !


La librairie Quai des Brumes a été créée au printemps 1984 par Francis et Sylvie Bernabé. Presque 25 ans plus tard, elle prospère dans la bonne humeur et grâce au travail acharné des heureux fondateurs et des libraires qui s’y sont succédés. Littératures française et traduites, philosophie, psychanalyse, romans policiers, livres d’art et littérature pour la jeunesse sont les piliers de cette maison de qualité.
René Depestre
Popa Singer
« Avec Popa singer, René Depestre nous conte une sorte d’Ubu roi haïtien : une histoire d’Haïti tout à la fois étrange, drôle et dramatique. »




Makenzy Orcel
L'Ombre animale
« L’écriture singulière, inventive et fascinante de Makenzy Orcel, nous mène du coté de la campagne là où les esprits s’adressent à nous et nous racontent, nous embarquent et nous perdent. Récit sombre et incandescent. »




Eileen Chang
Love in a Fallen City
« Une chinoise et belle histoire d'amour et qui finit bien ! Ambiance Wong Kar-Wai garantie ! »




Bergsveinn Birgisson
La Lettre à Helga
« Magnifique confession d'un homme âpre, terrien, ancré dans la nature immémoriale d'Islande... et qui surtout avait un cœur à prendre. »




Nii Ayikwei Parkes
Notre quelque part
« Bercé par les légendes du vieux chasseur, Yao Poku, Kayo tente de percer le mystère du drame qui s'est déroulé dans la case de Kofi Atta. Entre conte et roman policier, ce texte nous emporte dans un village immémorial de l'Afrique de l'Ouest à la rencontre d'une langue riche et populaire. »




Frédérick Tristan
Le Singe égal du ciel
« Souen, singe né d'un œuf de pierre fécondé par la foudre, recherche l'immortalité, la sagesse et la toute-puissance. Une épopée magique et féerique qui vous fera flirter avec les mythes et les légendes des terres de la Chine oubliée. »




Jacques Roumain
Gouverneurs de la rosée
« Jacques Roumain en appelle à l'amour et à l'insurrection ! Et c'est magnifique... Préparez vos mouchoirs !! »




Marcus Malte
Fannie et Freddie
« La vengeance se déguste glacée... ! »




Jean-Marie Blas de Roblès
L’Île du Point Némo
« Qui a volé le diamant de Lady MacRae ? John Shylock Holmes, chaperonné par Grimod de la Reynière et d'autres fantasques, se mettent à la traque du voleur à travers le monde. Pendant ce temps, dans le Périgord, Arnaud Méneste doit céder sa cigarerie à monsieur Wang et son entreprise lucrative de liseuses électroniques... Œuvre inclassable, immense épopée, le nouveau roman de Jean-Marie Blas de Roblès vous emmènera à bord du Transsibérien et au milieu de l'océan à la rencontre des littératures. L'ÎLE DU POINT NÉMO est un hommage aux romans d'aventures et à Jules Verne, au polar et à Conan Doyle, à Dumas et tant d'autres... le tout saupoudré d'érotisme ! » Jeanne




Serge Pey
La Boîte aux lettres du cimetière
« C'est en ouvrant son livre avec l'histoire d'une porte, une porte qui devient table une fois sortie de ses gonds, pour accueillir une dizaine de clandestins républicains de Catalogne rassemblés autour du père, que Serge Pey nous invite à déguster sa prose savoureuse. Ce livre se compose comme une mosaïque de récits d'enfance, un kaléidoscope de souvenirs d'un fils de réfugiés espagnols, observés au prisme de l'imaginaire enchanteur du grand poète toulousain. C'est avec son regard d'enfant que le narrateur dévoile les secrets de la famille, un père aux crachats abjurateurs qui ouvrent néanmoins vers des mystiques impensables, une maman dont la claudication la rattache à jamais aux humiliations urinaires des religieuses, et une soeur hébergeant toutes les poupées éclopées et amputées qu'elle rencontre, pour partager depuis qu'elle n'a plus de cheveux, sa condition de paria.C'est une enfance révolutionnaire que Serge Pey nous conte puisqu'on pouvait aller boire des bières Wittgenstein au café de l'Etoile rouge, et le médecin de l'hôpital Varsovie, si prompt à retirer les amygdales, ne s'appelait-il pas Fidel Castro? C'est aussi l'histoire d'une enfance où bêtes et humains partagent la promiscuité de leurs destins, vulnérables ensemble à la banale jouissance qu'éprouvent certains à faire le mal. C'est enfin une enfance aux espérances en poste restante, que le poète déplie attentivement comme les courriers plein de doléances parvenant dans la boîte aux lettres qui trône au dessus de la tombe du grand Machado à Collioure. C'est avec des mots comme des soleils dans les nuits de l'enfance, que Serge Pey nous invite à naviguer de nos souvenirs à nos espoirs, une fois le livre refermé. » Olivier




Boubacar Boris Diop
Murambi, le livre des ossements
« En 1998, dans le cadre du projet Fest’Africa, Boubacar Boris Diop se rend à Kigali en tant qu’écrivain en résidence : il en sortira ce sobre et grand roman MURAMBI, LE LIVRE DES OSSEMENTS (récemment réédité chez Zulma). S’appuyant sur une construction éclatée, dressant un pont entre 1994, au début du génocide et 1998 au moment du retour du personnage principal Cornelius, l’auteur élabore une œuvre polyphonique où s’entrecroisent souvenirs et témoignages, voix des victimes et des bourreaux. Sous la protection du vieux sage Siméon Habineza, se retrouvent à Murambi, lieu d’un effroyable massacre, trois amis d’enfance, Cornelius de retour de son exil à Djibouti, Jessica, courageuse militante de la guérilla du FPR et Stanley confinant sa douleur dans le silence. L’auteur explore la profondeur d’une violence raciste qui a porté sa haine au cœur des familles rwandaises, dévoilant la brutalité des pères et la trahison des proches, laissant les rescapés errer entre le monde des survivants et celui des morts. Ce livre puissant sonne comme un appel à la "résurrection des vivants". » Olivier




Auður Ava Ólafsdóttir
Rosa candida
« Avec ses Rosa candida en guise de compagnons de route, le jeune Lobbi va vous embarquer dans sa découverte de la vie ! Ce roman plein de charme, de poésie et de lumière vous offrira une transition vers l'hiver des plus délicieuses. »




Zoyâ Pirzâd
C’est moi qui éteins les lumières
« Femme au foyer, mère aimante, sœur et fille sans faille et arménienne exilée, Clarisse nous touche en plein cœur. De sa plume toujours plus subtile et puissante, Zoyâ Pirzâd nous plonge avec intensité dans le quotidien semble-t-il banal de Clarisse. Dans ce très beau roman en marge, on amorce sa révolution intérieure et on regarde avec étonnement une pluie de sauterelles ! Magique. »




Zoyâ Pirzâd
Comme tous les après-midi
« Avec une plume délicate, Zoyâ Pirzâd trace les portraits quelques fois décalés de ses consœurs… Ces petits récits légers qui rendent le quotidien onirique (presque fantastique) sauront capter votre attention et vous faire passer quelques après-midi au goût de Perse !
Une douceur pour l’ombre du parasol. »

Juliette