éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualitésNumérique1000 librairiesNos partenaires
Contact contact Newsletter

EssaisIntranQu’îllitéscéytuforeign rights

Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

Librairie Papyrus


Contacter ce libraire
Le site de la librairie

Librairie Papyrus
Rue Bas de la Place, 16
5000 Namur
081/22.14.21
voir le plan
HORAIRES D’OUVERTURE
Nous sommes ouverts du lundi au samedi, de 9h à 18h.
Auður Ava Ólafsdóttir
Ör
« On retrouve avec grand plaisir toute la délicatesse de cette autrice islandaise dans ce cinquième roman traduit en français. Ólafsdóttir n’a pas son pareil pour illuminer la noirceur de son propos, puisqu’il s’agit ici du dernier voyage d’un homme de 49 ans qui a décidé d’en finir avec la vie, n'ayant plus aucune femme dans sa vie (son ex-femme l'a quitté 8 ans auparavant, sa fille vole de ses propres ailes et sa mère est à l'hospice; toutes trois prénommées Gudrun). On suivra donc, d’abord avec inquiétude, puis très vite avec empathie, le voyage entrepris par Jónas Ebeneser dans un pays ravagé et traumatisé, emportant avec lui quelques outils dont sa fidèle perceuse et devenant le locataire inhabituel de l’Hôtel Silence, dirigé par un couple frère/sœur, rescapé d’une guerre jamais nommée. De même que dans Rosa Candida, Auður Ava Ólafsdóttir parvient à aborder ici des sujets difficiles - le suicide, la solitude, les cicatrices accumulées au fil du temps - avec légèreté et poésie et c’est bien là que réside toute la force et l’humanité de son écriture. Une histoire lumineuse, simple et tendre, qui (re)donne foi en l’humanité !! » Catherine D.




Zora Neale Hurston
Mais leurs yeux dardaient sur Dieu
« Voici un très beau roman, un des premiers romans écrit par une afro-américaine, en 1937, et aujourd’hui traduit en français, grâce aux éditions Zulma, qui régulièrement nous invitent sur les chemins de la découverte. Janie, petite fille d’esclaves, est élevée par sa Nanny (sa grand-mère), dans une petite ville des États-Unis. À l’âge où Janie n’est plus une enfant, à l’âge où elle rêve d’un avenir plein de promesses et de surprises. Sa Nanny, pour préserver celle qu’elle a toujours aimée, du monde et de ses dangers, la marie à un vieux monsieur... Il faudra trois mariages et autant de vies pour que Janie atteigne son rêve d’indépendance. C’est un roman d’amour (surtout pas niais), c’est surtout l’histoire d’une émancipation, écrit dans une langue savoureuse et chatoyante. » Véronique




Pramoedya Ananta Toer
Une empreinte sur la terre – Buru Quartet III
« Si vous voulez du romanesque, plongez avec délice dans le premier tome de cette tétralogie qui prend naissance à la fin du XIXe siècle sur l’île de Java. Une lecture que l’on dévore ! »




Pramoedya Ananta Toer
Enfant de toutes les nations – Buru Quartet II
« Si vous voulez du romanesque, plongez avec délice dans le deuxième tome de cette tétralogie qui prend naissance à la fin du XIXe siècle sur l'île de Java. Une lecture que l'on dévore ! »




Pramoedya Ananta Toer
Le Monde des hommes – Buru Quartet I
« Si vous voulez du romanesque, plongez avec délice dans le premier tome de cette tétralogie qui prend naissance à la fin du XIXe siècle sur l'île de Java. Une lecture que l'on dévore ! »




Vanessa Barbara
Les Nuits de laitue
« Un roman distrayant qui se lit comme un jus de fruits frais : dans un quartier où les murs sont si fins que toutes les conversations les traversent, une galerie de personnages hauts en couleur défile et nous fait sourire : l’assistant pharmacien qui étudie les notices des médicaments par cœur avec un goût particulier pour les effets secondaires en tous genres ; l’ancien officier japonais qui a passé trente ans de sa vie à poursuivre le combat tout seul en se retranchant dans la forêt bien après que le guerre soit finie ; Otto le grincheux, qui boit des tisanes de laitue pour mieux dormir, etc. Une lecture légère et agréable. » Natacha