éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuapuléeIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

Librairie L’Esprit large


Contacter ce libraire
Le site de la librairie

Librairie L’Esprit large
12, rue Vannetaise
44420 Guérande
02 40 23 44 44
voir le plan
HORAIRES D’OUVERTURE
Du mardi au jeudi de 9h30 à 12h30 et de 14h30 à 19h - Le vendredi et le samedi de 10h à 19h
RESPONSABLE(S)
Nadine Dumas
Marcus Malte
Le Garçon
« Un bon gros roman où le destin de ce garçon qui découvre le monde extérieur au début du XXe siècle. Une belle langue pour ce roman atypique. »




Anjana Appachana
L’Année des secrets
Le coup de coeur de Nadine Dumas




Benny Barbash
Little Big Bang
« Little big bang est un roman drôle émouvant, dérangeant, original, philosophique avec un petit rien de conte voltairien. »
Nadine Dumas




Pascal Garnier
Cartons
« Un roman noir, très noir, où le souffle d'espoir qui apparaît est anéanti par la folie et l'amour. Le roman débute sur le déménagement de Brice, la cinquantaine, usé par la vie, qui doit quitter son appartement lyonnais pour une grande maison à la campagne. Son épouse, journaliste, est quelque part en Egypte. Pascal Garnier était le maître de ce genre à mi chemin entre le roman noir et le roman sentimental ou humain, selon l'humeur. »




Zoyâ Pirzâd
C’est moi qui éteins les lumières
« C'est moi qui éteins les lumières… Tel est le titre du nouveau roman de Zoya Pirzad. Beau portrait de femme, Clarisse, attachante, attirante, la main sur le cœur, prête à aider ses enfants, son mari, ses voisins… Nous avons toujours autant de plaisir à lire les romans de cette écrivain arménienne. Peinture de la vie quotidienne, regard sur la société arménienne des années 1960, Zoyâ Pirzâd sait magnifiquement peindre par petites touches ce quotidien là qui nous paraît à la fois si proche et si lointain. »




Anjana Appachana
Mes seuls dieux
« Ces huit nouvelles s'enlacent et se dénouent avec ce même charme unique fait d'enchantement amoureux et de cruauté insouciante, de songeries amères et tendres, de conflits cocasses ou tragiques... Sur ce sol instable, en pleine évolution, Anjana Appachana montre avec grâce et empathie les chemins difficiles de la libération de la femme indienne. Ces huit nouvelles, on s’en doute, sont nourries d’une riche expérience personnelle et témoignent d’un sens aigu de la description dans les moindres détails des comportements, des mœurs et du décor.
D’une histoire à l’autre, on est pareillement envoûté par l’héroïne, fillette ou jeune fille, qui se débat au milieu des drame et des préjugés de la famille et du voisinage, et les situations se répondent si bien, depuis l’enfance jusqu’aux crises de l’âge adulte, qu’en éprouve très vite le sentiment d’être dans l’espace multiple et concerté du roman, toutes les nouvelles déployant les événements heureux ou dramatiques de la vie traditionnelle d’une famille de la petite bourgeoisie indienne. »




Zoyâ Pirzâd
On s'y fera
«Un destin de femme au pays du soleil et du miel, coincé entre une culture, une mère envahissante et une fille mal dans sa peau. Magnifique roman tout en pudeur sur le désir d’aimer dans une société pleine de contradictions. Un beau portrait de femme. À DECOUVRIR. »

Nadine Dumas




Pascal Garnier
La Théorie du panda
« Nous sommes sous le charme de ce roman et de ce personnage qui vient en aide aux gens qu’il rencontre sans poser de question. Gabriel s’installe dans un hôtel d’une petite ville de Bretagne. On se sait rien de lui. Il erre dans la ville et atterrit au Faro, petit bar où le patron semble un peu perdu sans sa femme, hospitalisée. Un roman plein d’émotions et de tendresse. »

Nadine Dumas




Pascal Garnier
Lune captive dans un œil mort
« Comme souvent chez Pascal Garnier, le roman est construit par crescendo. Le huis-clos devient explosif. À force d’être tenu à l’écart, le monde extérieur finit par terroriser nos résidents. Chacun perd peu à peu son sang-froid… »

Nadine Dumas