éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuapuléeIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

Librairie L'Eternel Retour


Contacter ce libraire
Le site de la librairie

Librairie L'Eternel Retour
77 Rue Lamarck
75018 Paris
01 42 52 05 01
voir le plan
HORAIRES D’OUVERTURE
du mardi au samedi de 11h00 à 20h00 - les dimanche et lundi de 15h00 à 20h00
David Toscana
L’Armée illuminée
« 1968, dans un petit bourg du nord du Mexique, le gros Comodoro, l’enfant gâté Cerillo, la belle Azucena, El Miragulo et Ubaldo l’artiste sont embrigadés par le prof d’histoire Matus, général autoproclamé de cette "armée illuminée", pour aller reconquérir le Texas aux Etats-Unis... Avec délectation nous pouvons suivre le parcours de Matus le marathonien, qui, effrayé par les futures médailles des américains aux jeux olympique va devenir possédé par des rêves de gloire, de batailles, d’honneur et de patriotisme, et préparer l’invasion du Texas avec son armée comme on préparerait une compétition sportive. A travers cette fable surréaliste à l’humour permanant (situations rocambolesques, ironie et décalages fabuleux), David Toscana nous livre une belle réflexion sur la guerre et le nationalisme. Un roman dépaysant et distrayant. »
Cyril Dewavrin




Serge Pey
Le Trésor de la guerre d’Espagne
« Serge Pey, enfant de républicains espagnols, nous propose un hommage à ses aïeux résistants sous la forme de témoignages d’histoires vécues, pour la plupart, par des enfants pendant la guerre civile. Ce recueil illustre par des scènes atroces car véridiques (tel le petit terrorisé par ses bourreaux qui lui offrent le choix entre son chien et l’un de ses amis), le sort réservé aux enfants des antifranquistes.
Toutes ces blessures et traumatismes, ces récits de souffrances, sont transcendés par la poésie de Serge Pey, omniprésente, qui s’exprime à travers les bouches innocentes des enfants et sait exalter les sens. De plus, l’auteur, au long de son œuvre, nous gratifie de jeux littéraires variés et de trouvailles qui sauront redonner le sourire au lecteur, comme le récit fantastique de la partie d’échecs entre deux hommes les yeux bandés, avec pour seul repère le parfum des pièces qui ont été remplacées par des liqueurs.
Chaque nouvelle est une situation, métaphore tragique de la guerre et des blessures qu’elle inflige, et une ode à la poésie qui est vie, survie et qui fait office de résilience.
Le trésor de la guerre d’Espagne est le titre d’une nouvelle atypique de ce recueil où en 1956 deux hommes partent à la recherche d’une partie de l’or de la République qui serait enterré sur une plage de France, plage qu’ils massacreront littéralement malgré eux, comme une revanche des camps dans lesquels étaient parqués les réfugiés…
Une lecture difficile certes mais une œuvre importante pour notre mémoire collective qui ne doit jamais oublier ce que fut la période la plus sombre de l’histoire à travers tout le continent. »




Jean-Marie Blas de Roblès
Là où les tigres sont chez eux
« Roman à tiroirs, débordant de références littéraires et philosophiques solides, Là où les tigres sont chez eux est à l'image de la personnalité à découvrir : Athanase Kircher, jésuite allemand du XVIIe siècle, humaniste illuminé, génie encyclopédique qui s'intéressa à toutes les sciences et non-sciences de son temps.
Les personnages sont riches, intrigants, profonds, drôles, Blas de Roblès fait preuve d'une majestueuse négligence du récit ordonné qui donne ici tout son sens à un roman qui se veut à la fois découverte du Brésil d'hier et d'aujourd'hui, d'un personnage historique oublié de l'Histoire, et d'un narrateur profondément humain car faible et anxieux.
Ce livre est une merveille chaotique et pourtant pleine de sens, hors norme, un jeu splendide naviguant dans les genres littéraires, certainement l'un des ouvrage les plus marquant de la rentrée littéraire.
Un roman qui restera et un auteur désormais incontournable. »

Cyril Dewavrin




Enrique Serpa
Contrebande
« Contrebande est une plongée dans le Cuba des années 30, un La Havane dans lequel misère, prostitution, faim, injustices sociales et corruption s'emmêlent et ravagent les âmes des hommes qui tentent d'y survivre. Une sorte de grand bouillon malfaisant sous une atmosphère étouffante, tableau d'une Amérique à genoux incroyablement retranscrite par les descriptions de Serpa qui entraîne son lecteur de chutes vertigineuses en croquis acérés.
[...] Pour la première fois traduite en français, l'œuvre de Serpa se révèle d'une immense richesse : un style abouti, puissant, des tirades enivrantes, un sens aigu de la description, des digressions seyantes et des élans poétiques, partout des mots justes, piquants, tranchants. Une véritable tempête de style, d'expressions, de sens et d'émotions à vifs, sous fond de tension perpétuelle prête à exploser. Le lecteur n'en sort pas indemne.
Un ouvrage digne des plus grands, de Conrad, London ou Hemingway, qui dit en son temps de Serpa qu'il était, tout simplement, "le meilleur écrivain d'Amérique latine". »




Auður Ava Ólafsdóttir
Rosa candida
« "Lobbi", jeune Islandais de 22 ans, décide, malgré les encouragements de son père pour une carrière scientifique, de traverser le continent afin de prêter ses talents de jardinier à la plus célèbre des roseraies, nichée dans l'intimité d'un jardin d'une abbaye méditerranéenne. C'est sa mère, décédée récemment dans un accident de voiture, qui lui a transmis le goût des plantes et des fleurs. Il ne partira d'ailleurs pas seul mais accompagné d'une pousse de rose à huit pétales que sa mère avait crée dans la serre qu'elle avait réussi à implanter dans le jardin de leur terre aride. Lui aussi à créer la vie dans cette même serre, lors "d'un quart de nuit" où il s'était réfugiée avec une jeune femme et dont ils ne gardent en partage que le souvenir de l'ombre des feuilles sur leur peau et l'annonce, quelques semaines plus tard, de l'arrivée d'un enfant. Mais, loin d'être une fuite, la décision de son départ sera le début de sa rencontre avec lui.
Un voyage d'une grande douceur auprès d'un personnage singulier, attachant et à la candeur volontaire au cœur de paysages fleuris et ensoleillés.
Ça fait du bien !!! »

Marie