éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuapuléeIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

Librairie CoLibris


Contacter ce libraire
Le site de la librairie

Librairie CoLibris
9, rue Antoine Vacher
69330 Meyzieu
04.72.02.45.31
voir le plan
HORAIRES D’OUVERTURE
Mardi au samedi : 9h – 12h30 et 14h – 19h Vendredi : journée continue de 9h à 19h
Nii Ayikwei Parkes
Notre quelque part
« Mêlant brillamment français classique et langue populaire d’Afrique de l’Ouest, ce roman nous plonge dans les croyances anciennes africaines. Ou peut-être pas si anciennes que ça… Comme un bon polar, le récit du chasseur Yao Poku commence par la visite au village d’une jeune femme qui “portait une façon de jupe petit petit là”, et de sa macabre découverte dans la case d’un certain Kofi Atta. La police criminelle d’Accra est rapidement mise sur l’affaire, ainsi que le jeune Kayo Odamtten. Celui-ci a été formé aux techniques de médecine légale anglaises et connait son affaire. Pourtant l’enquête le mènera bien plus loin que ce à quoi il s’attendait : renouer avec ses racines et ce fameux quelque part que beaucoup tentent de refouler. Un beau songe et un beau voyage, à effectuer avec ou sans besoin d’évasion. » Laura




Auður Ava Ólafsdóttir
L'Exception
« À la veille de la nouvelle année, Maria croit devenir folle lorsque son mari lui annonce qu’il la quitte pour un homme, un collègue de travail devenu ami de la famille. Un nouveau départ pour une nouvelle année, lui dit-il. Mais le chemin de l’acceptation est long, et Maria peut compter sur le soutien d’une voisine un peu étrange, une naine psychologue et nègre pour un auteur de polar, ainsi que sur ses jumeaux de 2 ans pour enfin espérer aller de l’avant. Encore une fois, Audur Ava Olafsdottir nous livre un roman tendre, avec de vrais dialogues de sourds, parfois drôles tant ils sont décalés. » Laura




Hubert Haddad
Théorie de la vilaine petite fille
« Tout a commencé une nuit de mars 1848, dans une vieille ferme, où deux petites filles, en réponse aux vieux murs bavards de leur maison, inventent le spiritisme comme on joue à chat. Dès lors, entre adoration et imprécation, ce qui n’était alors qu’un jeu, va prendre des proportions inimaginables. D’abord traitées de sorcières, puis adulées par un public sans cesse croissant, rien ne leur sera épargné. Hubert Haddad nous parle ici de ce demi-siècle qui embrasa une Amérique puritaine d’une douce folie médiumnique, laissant la place aux charlatans, médiums “du dimanche”, et autres gourous. Et au milieu, deux enfants tourmentées, manipulées par un “don”, ou plutôt une malédiction. “Allez Mister Splitfoot ! Fais comme moi  un, deux, trois, quatre…” » Laura




Daniel Morvan
Lucia Antonia, funambule
Coup de cœur des libraires.




R. K. Narayan
Le Guide et la Danseuse
« Entre conte et critique de la société indienne, un récit à l’écriture simple mais touchante, un rien surannée… saupoudrée d’humour et d’auto-dérision. »
Sandrine




Benny Barbash
Monsieur Sapiro
« Sur le rythme d’« associations d’idées incontrôlées », nous accompagnons un homme qui rêve, et de changement, et d’aventure… et qui peut-être profitera d’une occasion pour mettre son plan à exécution. »
Laura




Auður Ava Ólafsdóttir
Rosa candida
«  Un bijou de tendresse ! Ce jeune homme de 22 ans qui vient de perdre sa mère part au fin fond de l’Islande pour s’occuper d’une roseraie cachée dans un monastère. Il se cherche, se découvre au fur et à mesure de ses rencontres. Jeune papa (par « accident ») il va devoir faire face à cette paternité imprévue … On se laisse porter par cette grande tendresse et ce récit simple et doux. »




Zoyâ Pirzâd
C’est moi qui éteins les lumières
« Escale en Iran, nous partageons un moment important dans la vie d’une famille arménienne. Celle qui éteint les lumières nous prouve que le quotidien n’est pas qu’une longue suite de gestes et d’actions routiniers. Une belle leçon de vie ! »
Laura