éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualitésNumérique1000 librairiesNos partenaires
Contact contact Newsletter

EssaisIntranQu’îllitéscéytuforeign rights

Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

Librairie Au Temps lire


Librairie Au Temps lire
404, avenue de Dunkerque
59130 Lambersart
03 20 92 43 26
voir le plan
RESPONSABLE(S)
Viriginie Deschler
Shih-Li Kow
La Somme de nos folies
« Il y a du Big Fish dans ce premier roman très prometteur de Shih-Li Kow traduit par Frédéric Grellier. La Somme de nos folies est son titre et on n'aurait pu mieux choisir pour ce livre qui illuminera votre rentrée. » Virginie Deschler




Hubert Haddad
Casting sauvage
« Derrière une nouvelle couverture toujours aussi réussie du talentueux David Pearson se cache le dernier roman attendu de Hubert Haddad. Blessée lors des attentats de 2015, Damya ne dansera plus sur scène. La mission qui la tient désormais debout malgré tout : trouver aux détours des rues de Paris des figurants qui incarneront des déportés de retour des camps dans une adaptation cinématographique. La jeune danseuse nous entraîne sans le savoir dans un pas de danse bouleversant d’humanité. Ses rencontres avec des femmes et des hommes blessés, fragilisés, marginalisés sont autant de visages et d’histoires empreints d’une force troublante et d’un espoir insoupçonné. Si Damya ne leur promet pas le premier rôle, elle offre à chacun de ces figurants d’un jour une mise en lumière émouvante, irremplaçable et nécessaire. La plume poétique de Hubert Haddad porte avec grâce ce roman grave et si lumineux. Magnifique, simplement. » Virginie Deschler




Auður Ava Ólafsdóttir
Ör
« La romancière islandaise Auður Ava Ólafsdóttir revient avec un magnifique cinquième roman traduit et publié aux si belles éditions Zulma. Son titre Ör signifie “cicatrices” et selon son auteur, “ce mot n’est ni féminin, ni masculin mais d’un troisième genre qu’on appelle neutre. Ör est identique au singulier et au pluriel. Le terme s’applique au corps humain, mais aussi à un pays, ou un paysage, malmené par la construction d’un barrage ou par une guerre. Nous sommes tous porteurs d’une cicatrice à la naissance et au fil des années s’y ajoutent d’autres cicatrices”. Le héros de Ör s’appelle Jónas, la vie lui a laissé nombre de blessures.  Elles lui font perdre l’équilibre et l’envie de continuer à vivre. Il décide de partir, loin de sa mère, de son ex-femme, de sa fille, avec pour uniques bagages sa caisse à outils et sa perceuse. C’est dans un pays meurtri par la guerre qu’il posera sa vie. Comme dans chacun de ses romans Auður Ava Ólafsdóttir sait faire d’une situation désespérée une histoire lumineuse, délicate et profondément humaine. On referme Ör avec le courage et l’irrésistible volonté de panser les blessures de chacun, de reconstruire un monde en miettes et de faire la paix. Ce roman est un bouleversement, un enchantement, un miracle. Le plus prestigieux prix littéraire d’Islande lui a été décerné. Auður Ava Ólafsdóttir a ce talent de semer un peu de magie islandaise dans ses romans avec une simplicité et une délicatesse exceptionnelles. » Virginie